Où en êtes vous arrivés ?

Vous trouverez les discussions générales qui étaient sur l'ancien forum.

Où en êtes vous arrivés ?

Messagepar May » 2005-03-23, 07:30

Bonjour à Vous tous, je ne suis pas Autochtone mais une simple petite française et il y a déjà un moment que je suis inscrite sur ce forum. je m'étais inscrite pour mieux vous connaitre ainsi que votre culture. mais je dois avouer que depuis quelques temps je suis effarée par les propos échangés sur ce forum à la limite de la politesse . je sais bien que des problèmes existent au sein de votre communauté, mais là il faut avouer que cela passe au règlement de compte. moi qui pensais que la Nation Autochtone était là pour aider les uns les autres,c'est pourtant bien vous qui avait écrit "Le but de ce site est de présenter l'actualité en fonction des faits passés et présents et se veut générateur d'accès à l'information pour le grand public et celui intéressé par l'échange, l'entraide, le partage, la compréhension, la revendication et la solidarité vers l'obtention des vraies valeurs humaines et sociales." Pouvez vous m'expliquer pourquoi depuis quelques temps vous en êtes arrivé là ? qu'est ce qui a bien pu se passer pour que de tel propos envers les uns , le autres soient si durs ? je ne suis pas là pour critiquer, ni pour n'initier dans vos problèmes, ce n'est pas pas mon but. Ce n'est qu'une constatation et peut être une déception. J'espere simplement que les problèmes qui vous divisent vont être le plus rapidement réglés et cela avec sérénité cordialement May
Avatar de l’utilisateur
May
Membre
 
Messages: 46
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09
Localisation: France

Re: Où en êtes vous arrivés ?

Messagepar chune » 2005-03-23, 07:41

bonjour Maylis Houisse ca va ?? pour reponde a votre question ces simple LE POUVOIR,,L'ARGENT,,LE CONTROLE,,, ils a beaucoup d'aide pour les plus pauvre de notre peuple,,,,mais ils a beaucoup de chicane a cet moment ici je sais ces pas bien dans les yeux de le monde ,,,,,mais dupuis le monde est monde ces comme ca viva l'historie welalin Maylis kjijaqamijinu gegnue'g
chune
 

Re: Où en êtes vous arrivés ?

Messagepar Jo Cyr » 2005-03-23, 07:45

Bonjour, Oui le site fait promotions de divers aspects culturels. Mais ce bout ci est un forum de discussion, une sorte de restaurant ou est-ce que l'on vient parlementer avec les autres. Plus les discussions sont houleuses, plus qu'il nous tient a cœur. Comme disais mon voisin italien ! Rien de mieux qu'eux pour s'exprimer fortement tout en s'aimant pareille. Je ne crois pas que les autres éléments du site sont mis en périls suite aux discussions présentes. D'ailleurs il faut continuer de lire les divers articles et informations sur les autres secteurs de ce beau site. Jonathan Cyr, lecteur assidu
Jo Cyr
Membre
 
Messages: 2091
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09
Localisation: Montréal

Re: Où en êtes vous arrivés ?

Messagepar May » 2005-03-23, 10:48

Je suis toujours très interressée par les sujets abordés et très curieuse d'apprendre. Mais c'est vrai que vu de l'exterieur des propos aussi violent surprennent que cela soit ici au ailleurs, je précise bien . Je sais fort bien que dans toutes communautés il y a des désaccords, que de nombreux problemes se posent à vous en particulier, que l'argent y est pour beaucoup mais ne peut on entre gens de bonne intelligence discuter calmement. Vous avez pourtant la réputation d'etre un peuple réfléchi et sage. Je ne veux pas croire que tout cela est disparu et que parmi vous il n'y ai pas des encore certains qui veuillent sauvegarder ce qui peut encore l'être. J'espere ne pas avoir été incorrecte envers vous en me melant de vos dicussions. cordialement May
Avatar de l’utilisateur
May
Membre
 
Messages: 46
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09
Localisation: France

Re: Où en êtes vous arrivés ?

Messagepar Raymond Cyr » 2005-03-23, 17:04

Madame, Chez nous, il a des différents. Certains de nous ont le propos rude. Nous ne nous en formalisons pas trop ici. Les discours échangés sous la grande tente d'autrefois pouvaient être tout aussi fougeux. Les étrangers n'y étaient pas conviés. Donc, pas trop de témoignages écrits à ce sujet. Certains des interlocuteurs ici sont des leaders naturels, d'autres pas du tout, mais que des figurants. Il y a un questionnement profond sur une portion du pouvoir naturel transféré par notre grande communauté (30 000 membres à 80% métisse) au mode corporatiste ou, la légitimité du pouvoir en mode de représentation démocratique des Blancs est sous question. Les protagonistes interrogent par leurs manières propres les leaders communautaires naturels détenant présentement le pouvoir démocratique (corporatif). Autrement dit, l'on synthétise par le discours ici les valeurs qui seront sous-tendues devant le tribunal en début d'avril. Après sera autre chose... Il n'y a que le débat, de chacun à sa manière, qui révèle les positions par l'argument soutenu. Nous connaissons la limite du permissible et les écarts injustifiés font ''perdre des points'' par devant les lecteurs silencieux. Aussi, pardonnez que certains leaders soient de très fiers descendants directs de guerriers et n'ont rien perdu de leur vivacité dans les stratégies d'affrontement. Aussi, il y a une forme synthétique de partition (passagère) d'unité dûe au côtiement des différentes ascendances (culutures) tribales et des enjeux politico-administratifs (Métis et Indiens) dans le discours bien que tous soient des Autoctones et bien souvent, cousins. Il y a beaucoup de feintes, de stratégies verbales, de faux reculs et détours, des procès d'intention et provocations calculées voulant faire dévier le débat en cours vers d'autres points secondaires. Il faut en être pour le savoir. Les leaders maintiennent leurs positions ce qui donne droit à des scéance toute improvisées de victimes, grands coeurs blessés, d'incompris, de versets bibliques refondus en mode autoctones et autres stratégies intéressantes. Les leaders naturels auxquels je fais mention sont aux nombre des élus des communautés métisses mais, ce n'est qu'entre eux et par devant un public d'initiés que le fond des choses est entièrement connues. Beaucoup s'initient et pour eux, c'est leur premier combat. Les vieux leaders les reconnaisent au discours. L'argumentaire classe ces acteurs selon le degré de concordance avec la connaissance des faits et des coutumes en cet art. Aujourd'hui, en 2005, les flèches sont verbales et les casse-têtes sont arguments. Mais, pousuivez d'être parmi nous. Chez les Métis, vous ne serez pas la première venue d'Europe, après tout. Soyez brave. Raymond Cyr Métis
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Re: Où en êtes vous arrivés ?

Messagepar May » 2005-03-24, 02:20

Merci Monsieur, pour votre réponse. Je souhaite simplement que vous arriviez à un accord benefique pour tous cordialement May
Avatar de l’utilisateur
May
Membre
 
Messages: 46
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09
Localisation: France

Nous sommes encore là.

Messagepar Raymond Cyr » 2005-03-24, 04:50

Madame, Les Métis n'ont pas de Grands-chefs tels les Indiens. Ce n'est pas de leur culture. Le soutient à la chefferie seule et/ou isolément ne peut être un discours métis. Les Métis s'identifient fièrement : des personnes libres. Les Indiens, cousins des précédents, s'affirment différemment. Observez. Pour un Métis(ses), quelqu'un qui ne sait ramener le plus petit à la hauteur de tous ne peut pas être un leader. Quiconque s'approprie le pouvoir en solo ne peut être représentant de la communauté; un(e) président(e). Mais d'abord comme au delà, il s'agit de voir les faits et gestes reprochés... qui en sont le(s) auteur(e-s. Des affronts inqualifiables ont été commis. Il y a bien plus que le courage douteux de mettre au défi les principes élémentaires qui régissent le bienn et l'ordre dans nos communautés. Il y a ce courage de protéger et de rendre justice. En gros, ce sera la grande communauté des Métis(ses)qui devra, en plus d'avoir subi indûment, rééquilibrer les forces avec les besoins suite aux fautes commises. Pour l'instant, laissons à chacun le soin de préciser ses valeurs. Raymond Cyr Métis, ex-vice-président de la communauté 081 de l’AAQ, Mamlawbagak de Sherbrooke, membre de l’Institut métis du Québec et de l’Est du Canada et conseiller spécial du président de la Communauté métisse de l’Estrie Note (si vous en avez pas encore fait une lecture attentive): Monsieur Carle est l'actuel président-Grand-chef de l'AAQ. Le Conseil provincial est formé de onze administrateurs dont M. Carle et M. Nolet. Des comptes leur sont demandés sur la base de ce qui suit. Voyez. A TOUTES LES COMMUNAUTES DE L’ALLIANCE AUTOCHTONE DU QUEBEC OBJET : Messieurs Guillaume Carle et Pierre Nolet Mesdames, Messieurs, Nous sommes les procureurs de l’Alliance Autochtone du Québec.(l’A.A.Q.) et de 9 de ses 11 directeurs dans le cadre de procédures judiciaires qui sont présentement en cours dans le district judiciaire de Hull. Ces procédures ont été déposées le vendredi 25 février dernier par messieurs Guillaume Carle et Pierre Nolet pour empêcher la tenue d’une assemblée spéciale du Conseil des directeurs de l’A.A.Q. qui devait avoir lieu le lendemain à 10 heures. Cette assemblée avait été convoquée pour entendre les représentations de monsieur Carle quant à des faits très graves mettant directement en cause ses agissements depuis qu’il a été élu Grand Chef de l’A.A.Q. Ces faits sont rapportés dans un avis qui lui a été signifié le 18 février. Afin de vous permettre de bien comprendre pourquoi cette assemblée des directeurs de l’A.A.Q. a été convoquée, nous vous résumons ci-après le contenu de cet avis et des lettres auxquelles il fait référence. L’une de ces lettres fut adressée aux directeurs de l’A.A.Q. par des délégués qui ont participé à l’assemblée annuelle provinciale du mois d’août 2003 lors de laquelle monsieur Carle a été élu Grand Chef. Ils y relatent avoir découvert que les diplômes universitaires qu’il a utilisés pour mousser sa candidature sont de faux diplômes. Le baccalauréat, la maîtrise en sciences informatiques de même que le doctorat en philosophie qu’il a déclaré avoir obtenus à l’université de Ashford n’ont de réel que le papier sur lequel ils ont été imprimés. Pour votre information, des procédures judiciaires initiées par certains membres en leur propre nom ont été déposées le 7 mars dernier dans le dossier de la Cour Supérieure du district de Hull portant le numéro 550-17-001813-052. Ils demandent à la Cour d’annuler l’élection de Monsieur Guillaume Carle pour fausses représentations. Les faux diplômes de monsieur Carle n’étaient toutefois pas la seule raison justifiant la convocation d’une assemblée spéciale du Conseil des directeurs de l’A.A.Q. Une autre lettre adressée à chacun des directeurs par le conseil d’administration de la Corporation Waskahegen contenait une série de révélations tout aussi graves et troublantes concernant monsieur Carle. Le conseil d’administration de la Corporation Waskahegen les informait que Guillaume Carle avait posé les gestes suivants : 1. Tentative de fraude en soutenant une fausse facture de sa compagnie Night Hawk Technologies Inc. au montant de 56,937.38$ pour tirer indûment avantage du programme de développement de la formation et de l’emploi que la Corporation Waskahegen administrait en février 2004 au bénéfice des membres de l’A.A.Q.; 2. Entrave aux projets de développement économique mis de l’avant par la Corporation Waskahegen au bénéfice des membres de l’A.A.Q.; 3. Accusations gratuites, calomnie et diffamation de la Corporation Waskahegen et de ses dirigeants auprès de la Société d’Habitation du Québec; 4. Discrédit de toutes les personnes lui portant ombrage; 5. Mépris des membres de l’A.A.Q. et valorisation des régimes de dictature; 6. Utilisation à des fins personnelles des fonds publics alloués à l’A.A.Q. pour l’application de l’arrêt Powley; A toutes ces révélations, s’ajoutaient les constatations personnelles des directeurs eux-mêmes, à savoir : 1. Monsieur Carle décidait de tout unilatéralement, sans les consulter et sans obtenir leur accord préalable ; (changement du logo, de la devise, des règles du membership, octroi de contrats à sa compagnie Night Hawk Technologies Inc., octroi de mandats à des professionnels et à des consultants etc ); 2. Aucune des assemblées du Conseil provincial des directeurs auxquelles il les avait convoqués n’avait jamais été précédée d’un ordre du jour leur permettant de savoir quels sujets allaient y être traités; 3. Aucun document ne leur avait jamais été transmis avant la tenue de ces assemblées, de sorte qu’ils n’étaient pas en mesure de s’y préparer en procédant à des vérifications et à des consultations auprès des communautés de leur région respective; 4. Malgré leurs demandes, le procès-verbal des deux dernières assemblées du Conseil Provincial des directeurs tenue le 14 avril et le 1er septembre 2004 ne leur avait pas été transmis; 5. En présence imposée de ses avocats et sous la menace d’expulsion s’ils n’y souscrivaient pas, il leur avait fait signer un engagement de confidentialité qui constituait la négation même de leurs obligations à l’endroit des membres de leur région respective; 6. Il utilisait la menace de procédures judiciaires comme outil d’intimidation pour dissuader ceux et celles qui osaient lui tenir tête; 7. Malgré leurs demandes, aucun état financier interne ne leur avait été fourni depuis le 1er avril 2004, date à laquelle avait débuté l’exercice financier courant de l’Alliance Autochtone du Québec; 8. Ils étaient maintenus dans l’ignorance complète quant à la situation financière de l’Alliance Autochtone du Québec et ils n’avaient aucune idée de la nature et du montant des dépenses qui avaient été faites ou engagées depuis le 1er avril 2004; 9. Le 14 avril 2004, il avait constitué à leur insu une compagnie sous le nom de Les Produits forestiers Autochtones avec domicile à Akwasasne en Ontario en déclarant à l’inspecteur général des institutions financières que l’A.A.Q. en était coactionnaire; or, les statuts de l’A.A.Q. ne l’autorisent pas à détenir du capital actions d’une compagnie privée 10. Monsieur Carle avait unilatéralement décidé de changer le système comptable de l’A.A.Q. qui venait pourtant de se doter d’un système Fortune 1000; 11. Il avait fait en sorte que l’A.A.Q. prenne à sa charge le paiement des mensualités, des frais d’entretien et des assurances d’un véhicule Ford Explorer 2001 qui est toujours immatriculé au nom de sa compagnie Night Hawk Technologies Inc. et dont il garantissait personnellement les obligations à titre de caution; 12. Il avait présenté comme des « dons » à l’A.A.Q. des transactions personnelles ou des factures de sa compagnie Night Hawk Technologies dont le caractère était des plus douteux; 13. Il avait ridiculisé les directeurs qui avaient osé exprimer une opinion qui ne correspondait pas à la sienne; 14. Il les avait maintenus dans l’ignorance de ses démarches quant à l’allocation budgétaire de 429,000$ que le Congrès des Peuples Aboriginaux a accordée à l’A.A.Q. pour l’application du cas Powley au Québec aux termes d’une entente qu’ils ont récemment obtenue et qui a été signée le 9 décembre 2004; 15. Avant même que cette entente ne soit signée et que des fonds n’aient été versés à l’A.A.Q., il avait unilatéralement décidé de convier tous les présidents de communautés au Lac Bouchette les 4 et 5 décembre 2004 pour les entretenir du cas Powley; 16. Il avait lancé cette invitation sans les consulter alors que ces dates avaient été réservées pour la tenue d’un conseil provincial des directeurs qu’ils exigeaient depuis plusieurs semaines; 17. Il avait au surplus manœuvré pour que cette réunion se tienne au Lac Bouchette plutôt qu’à Québec où les directeurs lui avaient pourtant demandé de la tenir pour éviter de jeter de l’huile sur le feu dans le conflit qui opposait alors la Corporation de développement du Lac Bouchette et son maire à la Corporation Waskahegen dans le dossier de la relance de la scierie; 18. Suite à l’annulation de ce conseil provincial des directeurs qui devait être tenu à ces dates, il ne les avait convoqués à aucune autre réunion du conseil des directeurs de l’A.A.Q.; 19. Or la convocation d’une réunion avant la fin du mois de février 2005 était pourtant urgente, ne serait-ce que pour se conformer aux règlements de l’A.A.Q. qui stipulent que les directeurs doivent se réunir au moins une fois tous les six mois; Compte tenu du sérieux des révélations qui leur avaient été faites et de leur propre expérience avec monsieur Carle, les directeurs avaient l’obligation d’agir afin de protéger les intérêts de l’A.A.Q. et de ses membres. Comme membres du conseil d’administration, ils assument en effet les responsabilités et les devoirs qui sont dévolus à tout administrateur par la Loi, les statuts et les règlements de la corporation. Ainsi, s’ils soupçonnent une fraude de la part d’un dirigeant et qu’ils ne font pas enquête, ils s’exposent à être accusés de complicité dans la fraude. Si un acte fautif d’un dirigeant est porté à leur connaissance et qu’ils négligent d’intervenir, ils peuvent être personnellement tenus responsables des dommages avec le dirigeant qui a commis l’acte fautif. Ils ont conséquemment l’obligation d’intervenir.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09


Retour vers Archive - Discussions générales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 0 invités

cron