L'Alliance Autochtone du Québec

Vous trouverez les discussions générales qui étaient sur l'ancien forum.

L'Alliance Autochtone du Québec

Messagepar wendake » 2005-03-23, 06:36

J'aimerai tout d'abord vous dire que je lis ce site depuis un certain temps et je trouve tellement que vous ne faites que du tord à l'Alliance Autochtone et son grand Chef. Comme je vous plain de tout mettre le fardeau sur les épaules du grand Chef. Peut-être n'a-t-il pas les diplomes qu'il pense avoir mais peut importe, vous êtes vous posé la question sur le rôle de l'AAQ ? Je ne crois pas puisque vous sauriez que ce qui est visé par le CA provincial est la chute de l'AAQ provincial. est ce que vous vous êtes tous posé la question sur la composition du CA provincial et le lien qu'il y a avec la corporation de services ? Avez-vous déjà regardé qui sont sur le CA de la corporation et quel lien ils ont ensemble avec le PDG ? peut-être changeriez vous tous d'idée. Regardé celui qui héberge ce site et vous pourrez faire plein de lien entre lui et la corporation ? lorsque je dis que ces gens du CA provincial et celui de la corporation veulent faire tomber l'AAQ, allé sur le site de la corporation et vous verrez que le 25 février, ils ont changé l'organigramme de celle-ci pour tasser l'AAQ. Ce n'est pas l'AAQ qui est en cause dans tout ce litige mais bel et bien la structure qui a permis depuis 25 ans à certaines personnes de profiter d'un système. Vous-êtes tous des locaux qui avez une vitalité et des projets à développer mais vous ne pouvez pas avancer en raison du contrôle de ceux-ci ? ce site de la NAtion Autochtone est hébergé par qui ? Réfléchissé à une question ? est-ce que vous voulez que l'AAQ tombe ? si la réponse est oui alors continué à dire n'importe quoi sur ce site sans savoir ce qui se cache derrière tout ce qui se passe. je vous le dis, ce n'est pas la bonne cible de tapper sur le grand chef. esseyons de refaire le scénario un peu et de refaire l'Histoire. Imaginons que c'est l'autre candidat qui est choisit grand chef ? nous ne serions pas là aujourd'hui à parler de procès. Pourquoi, et bien parce que cette personne à également des liens très étroit avec la corporation de service. un autre question qu'il faudrais peut-être que vous vous posiez ? ou est l'ancien grand chef ? que fait-il? et bien, il siège également sur le CA de la corporation de service et y a également de bon intérêt. En terminant, il faut que les Métis de l'Alliance Autochtone du Québec se lève et démontre une certaine fierté et cesse de se battre entre eux. Nous parlons de travaillé entre nous et bien il faudrait grandement que vous cherchiez à ne pas seulement mettre le blâme sur une seule personne mais que vous regardiez la structure en place et vous verrez que la cible n'est pas la bonne. Je vais vous revenir avec d'autres liens qui vous permettrons de mieux voir ce que j'Avance sur les lien avec le CA provincial et celui de la corporation de services. Après, vous changerez peut-être d'opinion. Cela fait maintenant déjà trente deux ans que l'AAQ existe et rien n'a été fait pour aider les locaux à se développer et à travailler pour la base. Dites-vous que vous êtes redevable à votre base mais que pour d'autres personnes, cela n'est pas le cas. merci et attendez mon prochain texte qui vous fera état des bon lien qui existe entre le CA provincial et la corporation de service. Vous verrez qu'il y a un seul homme derrière tout cela et que ce n'est peut-être pas la bonne cible qui est visé. Il faut que les locaux de l'Alliance Autochtone du QUébec se lève et demande des comptes à cet homme qui prétend parler en votre nom mais qui vous berne depuis les 25 dernières années. Tout cela par le biais du dernier grand Chef qui étrangement est sur plusieurs entreprises et compagnies depuis qu'il n'est plus grand chef et qu'il l'a été depuis le début des années 80. il faut se soulever pour que réellement il y ai un vrai débat sur la place de l'AAQ et des autres afin que la vrai démocratie revienne. soulevons-nous ensemble contre cet injustice qui dure depuis longtemps. C'est bien beau parler des AUTOCHTONES comme le dirait si bien cet homme mais encore, il faut savoir de qui on parles? merci et à la prochaine. ne manquez pas mon prochain article dans les jours qui suivent.
wendake
Membre
 
Messages: 68
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Re: L'Alliance Autochtone du Québec

Messagepar Marco Daigle » 2005-03-23, 08:03

Bonjour Stef, Il est normal de donnée son opinion , mais faut-il ne pas avoir peur de ces opinions. Je ne dit pas que vous avez peur, mais quand a pas savoir a qui on parle, parfois cela peux être un signe de peur, peur de représaille judiciaires peux être car faut il être vraiment sur de ce que l'on affirme pour avancer de tel accusation. Mais je me trompe peux être aussi. Je veux juste vous faire remarquer que je n'ai aucun lien avec la corporation d'on vous parler, a moin bien sur que vous m'en trouviez. Remarquer que cela ne fait pas 25 ans que je fait partie de l'Alliance, peux être que vous si, alors de ce fait je pourrait avoir tort, excuser moi d'avance pour cela. Je me premet de vous citer: "il faut que les Métis de l'Alliance Autochtone du Québec se lève et démontre une certaine fierté et cesse de se battre entre eux." est-ce que je pourrais vous demander sous quelle systême faudrait il le faire, cela de la démocratie, ou celui du controle par le banissement de ceux qui non pas la même opinion? Juste pour savoir si on se comprend bien et de ce fait de faire vraiment le raliement comme vous le demander. Cela serait vraiment merveilleux, un raliement sous le signe de l'entraide, du partage, du non-controle et sans oublier de la vérité. La j'embarque, mais je mest une petite, mais tout petite bémol, car je n'est pas la science infuse, celle de la vérité ultime, mais vous avez l'air de l'avoir, alors je suis prêt a apprendre de vous si vous avez le goût de le partager bien entendu. Bon si je fait une synthèse de votre résonnement(mais encore la, pas trop espert dans cela), vous dite que tout les membre du CA ( à l'exception de Monsieur Nolet et du Grand Chef), son des personnes très douteuse et qui ne travaille qu'a détruire un seul homme et l,Alliance au complet. Je rajouterais , comme vous nous le dite, même celui qui nous permet d'écrire ici (héberge se site) fait partie de se complot gigantesque qui ne vise qu'a détruire l'Alliance et tout ces membres. Alors expliquer moi pourquoi il vous laisse écrire cela ici, car il aurait sûrement le moyen d'enlever vos écrits et qui c'est même émettre des poursuite contre vous. Mais il na pas l'air de le faire, tout comme la corporation. Mais comme je ne connais pas aussi toute la vérité et ce que le futur nous réserve... Mais j'attends quand même avec impatience vos accusations sur ce terrible égrégor noir qui nous survole et est entrain de vouloir faire disparaître l'Alliance Autochtone du Québec. Je vous envoie tout l'Amour du Créateur de toutes vies qui est en moi pour vous protège. Marco Métis et Fier de l'Être.
Marco Daigle
Membre
 
Messages: 617
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Re: L'Alliance Autochtone du Québec

Messagepar Stef » 2005-03-23, 08:47

Salut Marco, je me permet de t'appeller par ton nom si cela ne te dérange pas trop. Je pense sincèrement que tu as raison lorsque tu mentionne que ce n'est pas en mettant à la porte des personnes que l'on va faire avancer la cause des Métis, mais il faut quant même sincèrement que les choses changent. il n'est pas normal que les locaux de l'Alliance ne se sont pas développer pour le mieux être des Métis depuis ce temps. Je voudrais seulement te faire réfléchir sur le concept de citoyenneté et de démocratie. tu pourra ensuite te poser des questions. voici entre autre ce que veut dire la citoyenneté et la démocratie. La citoyenneté : De quoi parle-t-on au juste ? Ce qu’il faut comprendre au niveau de la citoyenneté, c’est avant tout que cette idée a plusieurs sens. Il ne faut surtout pas chercher à en donner qu’un seul puisque dans chacune des sociétés et dans l’Histoire du temps, la citoyenneté a évolué. Ce qu’il faut comprendre avant tout, c’est que la citoyenneté est une réalité complexe, controversée et multidimensionnelle. Premièrement, la citoyenneté ce n’est pas seulement : le passeport canadien,une carte de l'Alliance Autochtone, le droit de vote à tous les quatre ans, la nation, l’État. La citoyenneté c’est une expérience historique en construction permanente. On ne peut pas affirmer qu’il y a une histoire linéaire de la citoyenneté et de la démocratie mais plutôt une discontinuité dont un creux de près de 100 ans. La raison pour laquelle il n’y a pas d’histoire continue de la citoyenneté est qu’il n’y a pas de continuité politique. La citoyenneté est le fruit d’avancées, de reculs, de stagnations, et de bond en avant. Ce n’est pas une réalité effective . C’est un mouvement incessant, un processus par lequel elle s’accomplit. La citoyenneté n’est pas un concept mais une expérience relative à une civilisation en particulier. Prenons comme exemple la civilisation occidentale : le cas des États-Unis qui pensent qu’il n’y a qu’une seule démocratie dans le monde : la leur ! le Président Bush présente d’ailleurs l’Occident et particulièrement les États-Unis comme les propriétaires, les titulaires, les géniteurs et les gardiens de la civilisation (comme s’il n’en existait qu’une seule) et de la démocratie (comme si la démocratie américaine était universelle). Il existe principalement deux idées fondamentales à retenir dès le départ : Droits et libertés et démocratie La citoyenneté est une affaire de droits et libertés Droits civiques Droits judiciaires Droits politiques Droits socio-économiques et culturels Droits à l’égalité La citoyenneté est une affaire de démocratie C’est pourquoi il faut toujours poser la question : Qui détient le pouvoir ? « la démocratie, c’est le gouvernement du peuple, pour le peuple, par le peuple » Qui détient la souveraineté ? La souveraineté, c’est le principe d’autorité suprême qui rend légitime l’exercice du pouvoir politique. En démocratie cette autorité suprême revient au peuple Dans les démocraties modernes, le peuple n’exerce pas directement le pouvoir politique : en raison que nous nommons des représentantEs qui en sont les titulaires. Est-ce à dire que ces gens doivent faire ce qu'ils veulent au nom de tout les membres ? Les principaux ingrédients de la citoyenneté. Il existe principalement quatre ingrédients dans la citoyenneté. Ceux-ci sont aussi important les uns que les autres et font partie d’un tout. Statut juridique La citoyenneté dans le sens le plus strict, c’est un statut juridique octroyé par le droit étatique et le droit international qui confère à l’individu les droits civiques et politiques en plus des devoirs de l’État dont il est le ressortissant. Espace politique La citoyenneté définit un espace politique qui fait référence à une collectivité, un rassemblement de personnes, d’êtres en société ; une organisation proprement politique. Elle est liée à l’énoncé de l’existence dans un espace public où tous les individus, nonobstant leurs particularités religieuses, ethno-culturelles, linguistiques, économiques, sexuelles ont droit d’apparaître et de s’y faire valoir. Cet espace commun, n’est pas une identité commune, un être commun mais : 1. Un espace public de débats, de délibération. 2. Le lieu d’un agir concerté 3. En vue d’un bien commun, d’un monde commun. Dimension sociale La citoyenneté possède aussi une dimension sociale, liée au lien social, aux rapports entre les individus dans la société. Il s’agit d’insister, non pas tant sur les droits et responsabilités mais sur les possibilités d’accéder à la pleine citoyenneté ; sur les conditions économiques, sociales et culturelles de participation pleine et entière à la collectivité. Dimension culturelle La citoyenneté a aussi une dimension culturelle, une manière de concevoir la vie ensemble dans un espace défini en tenant compte d’une multiplicité d’appartenances, de contextes, en oeuvrant à une citoyenneté plurielle où il existe différentes manières d’être citoyen-nes. Les grands enjeux de la citoyenneté Le premier enjeu, c’est de faire entrer dans la citoyenneté le plus de monde possible et donc de viser à contrer toujours davantage le contrôle que les élites exercent sur le pouvoir politique. Le deuxième enjeu, c’est de faire reconnaître que les droits et les devoirs liés à la citoyenneté ne sont pas des privilèges mais le fruit d’un processus historique de conquête de la part de sujets politiques exerçant une pression ou un contrôle sur ceux qui détiennent le pouvoir. Toute citoyenneté repose sur des rapports sociaux basés sur l’exclusion et dont l’évolution consiste à inclure ce qu’elle avait exclu. Le troisième enjeu c’est donc de faire une place aux personnes appauvries, aux femmes et, parmi les femmes, à celles qui sont doublement et triplement discriminées ( ex : les femmes lesbiennes ou les « travailleuses du sexe » ), aux autochtones, aux minorités nationales, aux personnes issues de minorités ethnoculturelles, et aux « autres » différents. Et après Après les luttes pour faire entrer le plus de monde dans la citoyenneté, il faut donner lieu à du nouveau puisque l’accès de nouveaux venus et de nouvelles venues à la citoyenneté implique toujours la redéfinition de la citoyenneté elle-même et de l’espace politico-social. Dans la citoyenneté, il est toujours question d’appartenance à une collectivité (locale, régionale, provinciale, à l’État Nation) qui appelle de la politique et des droits. La citoyenneté se vit : dans des espaces démocratiques où les personnes sont égales en droits et en dignité et où la loi est faite par les personnes pour les personnes. Bref, la citoyenneté est un des termes les plus employés pour traiter de la vie commune en société. Le citoyen, la citoyenne est toujours concitoyen, une concitoyenne. Le (re) surgissement relativement récent du terme de « citoyenneté » serait une manière de reprendre la question de vivre ensemble. La citoyenneté « c’est la possibilité pour les personnes et les groupes de prendre une part réelle, significative, réflexive et efficace dans les affaires qui concerne le bien commun » le terme important c’est participer. Être citoyen-ne c’est se concevoir comme des personnes qui ont leur part de responsabilité dans et envers le monde commun » Être citoyen, c’est tenter de dépasser son cas singulier, s’abstraire de ses conditions pour s’associer avec d’autres à la gestion de la vie publique, devenir avec eux co-partageants et co-participants au pouvoir. Il y a citoyenneté dès qu’un individu accepte de suspendre son point de vue privé pour prendre en considération le bien commun, entrer dans l’espace public où les hommes se parlent à égalité et agissent les uns avec les autres ». Pourquoi je parle de citoyenneté et de démocratie: 1 Parce que les inégalités et les exclusions sont de plus en plus grandes : 1.1 La pauvreté versus l’appauvrissement Le phénomène de la pauvreté et de l’appauvrissement continu de faire des ravages depuis les années 80. De plus en plus, on assiste à un accroissement des inégalités entre pays, et au sein des pays, entre-les déjà riches et les déjà pauvres, entre les hommes et les femmes, entre des secteurs de la population (entre les villes et villages, entre la banlieue et les quartiers pauvres). CertainEs sont moins égaux que d’autres ¨ Les femmes ¨ Les Autochtones ¨ Les réfugiéEs ¨ Certains membres des communautés culturelles ¨ Les personnes psychiatrisées Des formes variées d’inégalités Cet appauvrissement ne se caractérise pas uniquement par le niveau de revenu mais par un ensemble de facteurs : Inégalité de parcours : Le temps de l’égalité des parcours, qui garantissait aux individus également doués ( venant du même milieu social et ayant les mêmes résultats en fin de scolarité) le même type de carrière salariale est révolu. La remise en cause du contrat salariale fait éclater les groupes les plus homogènes. Prenons comme exemple les clauses orphelines qui font que les jeunes n’ont pas les mêmes conditions que ceux qui commençaient il y a de cela une dizaine d’années pour le même emploi. Inégalités liées à la condition féminine : Ces inégalités existent depuis « la nuit des temps ». mais les femmes, outre les inégalités salariales, sont davantage menacées par la précarisation du travail. Cette situation devient un véritable phénomène inégalitaire quand elle se conjugue avec la dissolution de la famille ou la dégradation des incapacités intégratives de l’école étant donné que ce sont les femmes qui assument encore en quasi -totalité la responsabilité des enfants. Inégalités géographiques : les équipements publics, les ressources humaines, culturelles, scientifiques ne sont pas équitablement réparties entre les municipalités, les régions. Il existe deux Québec dans un : celui des grands centres et les régions périphériques que les jeunes fuient. Le mouvement solidarité rural veut faire échec à cette conception et à cette pratique de concentration. Inégalités entre générations : CertainEs auraient eu la « chance » de travailler, d’avoir des fonds de pension et d’avoir accumulé certaines épargnes alors que les « jeunes » n’entrevoient pas encore, à 35 ans et plus, comment accéder durablement au marché du travail. Inégalités de prestations sociales : les multiples programmes de sécurité sociale font en sorte qu’il existe toujours des individus placés juste au-dessus des seuils, dont la situation est pourtant en tout points semblable à celle des personnes éligibles au versement des prestations mais dont le niveau de vie est moins élevé parce qu’il ne bénéficient pas de la prestation sociale. Exemple : les travailleurs/euses au salaire minimum. Inégalités d’accès au système financier : C’est bien connu : on prête qu’aux riches. Aussi, ce sont les personnes qui peuvent payer comptant qui souvent bénéficient d’importantes réductions. Paradoxe : plus tu es pauvre, plus ça te coûte cher pour vivre ! Inégalités dans la vie quotidienne : Dans l’accès à la santé, à l’éducation, aux équipements et aux transports publics, à la vie culturelle, à la participation politique. Cette situation nous invite à ne pas tomber dans le piège de l’économisme et de penser que l’élimination de la pauvreté économique produira automatiquement la fin des exclusions/discriminations/oppressions. Les femmes sont un exemple type : éliminer la pauvreté chez les femmes n’éliminera pas automatiquement les violences faites aux femmes, violences qui se retrouvent dans toutes les sociétés, dans toutes les cultures, dans toutes les classes sociales, dans toutes les religions. 1.2 Les conséquences de la pauvreté/appauvrissement sur la citoyenneté. Dans une société comme la nôtre où elle est gouvernée par des privilégiés, la concentration des richesses mine les libertés individuelles et sape la démocratie. Les privilèges de l’argent amplifient les disparités culturelles, civiques, politiques et laminent une théorique égalité des droits individuels. Plus concrètement, cela veut dire qu’une grande partie de la population est absente des lieux publics où se décide, d’une certaine manière, leur sort. Que ce soit au niveau de la difficulté voire l’incapacité de participation car les conditions pour participer ( éducation, transport) n’existent pas ; Que ce soit par une exclusion de la sphère où se débattent les questions qui concernent l’ensemble de la société ; Que ce soit par une perte de l’estime de soi et la non-reconnaissance par les autres : ces deux conditions couplées produit un effet de rejet et d’isolement : on se conçoit et on est perçu comme des exclus face à ce qui est inclus. Ces conséquences renvoient aux individus la responsabilité de leur propre pauvreté, de leur propre chômage (après tout, si tu perds ton emploi, c’est de ta faute… un peu comme les femmes violées… après tout, c’est de ta faute), de leur propre création d’emploi, etc. (Courant libéral au pouvoir). Voilà pourquoi parler de citoyenneté et de démocratie et pourquoi il faut que tous ensemble, nous travaillons pour faire ressortir le bien commun qui nous échappe tous au main de certain privilégié. Les gens qui mentionne que ce site ne fait pas réfléchir pourront savoir que ce n'est pas le cas et que l'on peut chercher à construire une collectivité meilleure et surtout une Nation forte si les conditions sont mises en place. Salut
Stef
Membre
 
Messages: 89
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Re: L'Alliance Autochtone du Québec

Messagepar Marco Daigle » 2005-03-23, 10:09

Bonjour Stef, Je te remercie infiniment , d’avoir presque répondu a mon message précédent. Tu m’écrit ceci : « Je pense sincèrement que tu as raison lorsque tu mentionne que ce n'est pas en mettant à la porte des personnes que l'on va faire avancer la cause des Métis » Alors pourrais-tu m’expliquer pourquoi cela a été fait dans l’Alliance par certain dirigeant et en présence du Grand Chef??????? Pourrais-tu aussi m’expliquer pourquoi , j’ai eux vent que certains gens on été sortie des réunions de l’Alliance par la Police et que le grand Chef était présent et que d’autre qui sont près de lui applaudissais a tout rompre pendant que ces gens était sorti par les policiers?? Pourquoi a une réunion un(e) président(e) de communauté a demander a un membre de lui dire si il était Métis ou AAQ??? Pourrais-tu aussi m’expliquer pourquoi le grand chef a envoyer une lettre de huissier a un membre lui disant qu’il était banni, lui , qui avec d’autre on travailler a la cause Métis??????? Cette personne que certaine personne ici aime bien détruire, quand il ne le connaisse même pas. Qui sont prêt eux même a tout, se disant dans l’Amour, pour continuer ce jeux qui n’aide personne en ce moment. La je m’excuse l’émotivité m’emporte. Tu me dit ceci : Droits à l’égalité La citoyenneté est une affaire de démocratie C’est pourquoi il faut toujours poser la question : Qui détient le pouvoir ? « la démocratie, c’est le gouvernement du peuple, pour le peuple, par le peuple » Qui détient la souveraineté ? La souveraineté, c’est le principe d’autorité suprême qui rend légitime l’exercice du pouvoir politique. En démocratie cette autorité suprême revient au peuple . Dans les démocraties modernes, le peuple n’exerce pas directement le pouvoir politique : en raison que nous nommons des représentantEs qui en sont les titulaires. Est-ce à dire que ces gens doivent faire ce qu'ils veulent au nom de tout les membres ? » Crois-tu que je ne savais pas cela? C’est mal me connaître, très mal me connaître. Tu sais Stef , bien des gens se font des idées préconçu sur les autres, sans même connaître ce qu’il on vécue, leur cheminement de vie. Il ne se fie que sur certains représentant qui selon imagine qui seront menacé par ces mêmes personnes, car ils voie que ces même personnes s’appartienne totalement, et jamais n’accepteront de vivre dans le mensonge, et de passer pour ce qu’il ne sont pas. Pratiquement tout ce que tu explique dans ton message sur la démocratie, je le vie intérieurement depuis que je suis tout jeune, jamais je n’ai pensée autrement, tu devrais vraiment me connaître. Jamais je n’est accepter que l’on accuse quelqu’un a tort, que l’on invente des histoires a son sujet, que l’on cache la vérité et surtout que l’on fasse des promesses de politiciens et ce juste pour bien paraître au yeux des gens a qui l’on parle. Tu sais ce qui me répugnent le plus, se sont les gens qui plutôt que d’avouer qu’il on fait une erreur, mettre la faute sur les autres qui était la avant(on voie cela dans certaine gouvernement et dans différent Conseil d’administration). Je ne sais pas qui tu es et je vois que tu ne tiens pas a ce qu’on le sache, c’est ton droit et je le respecte. Mais je te suggère de mieux connaître les gens et après te faire ta propres idées, car tu es maître de tes idées tout comme moi. Tu sais j’ai appeler certaine personne ici, j’ai discuter avec eu au téléphone et leur est expliquer ce que moi j’avais vécue et j’avais été témoins, je ne peux parler pour les autres, mais pour moi si et cela jamais personne ne me fera me taire. Je t’envoie tout l’Amour du Créateur de toutes vies qui est en moi et ce pour qu’il t’enrobe de Paix, de Joie et de Sérinité. Marco Métis et Fier de l’Être
Marco Daigle
Membre
 
Messages: 617
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09


Retour vers Archive - Discussions générales

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron