Suggestions pour Recherches de Pistes d’Ancêtres Métis

Suggestions pour Recherches de Pistes d’Ancêtres Métis

Messagepar Chouette-Prudente » 2006-06-24, 15:33

Réal,

Je te transfère le texte ci-bas, revu et corrigé, et vous invite à le placer dans le forum des recherches sur les Métis.


Les membres des Communautés métisses s'identifient Métis, ces dernières devront un jour démontrer en justice qu'ils forment des communautés métisses contemporaines, de même que leurs liens ancestraux avec des communautés métisses historiques.

Les deux livres de l'historien Russel Bouchard tendent à démontrer qu'il y avait une communauté métisse historique dans la région du Saguenay, du Lac Saint-Jean et de la Côte Nord vers 1850 et que ses membres étaient à l’œuvre à l'intérieur d'un territoire réservé à la traite des fourrures, surnommé Domaine du Roy et Seigneurie de Mingan.

Les recherches de la Corporation tendent à démontrer qu'il y avait au moins une seconde communauté métisse historique dans l'Est du Canada avant 1850.

Ses membres étaient des traiteurs de fourrures, des coureurs des bois et des Voyageurs, c'est-à-dire des commerçants à l'oeuvre dans une immense région de traite s'étendant de la côte est jusqu'aux Grands Lacs et à la Baie James.

Si vous identifiez les coureurs des bois, les commis des postes de traite unis aux Sauvagesses et les Voyageurs, vous identifierez une partie des membres de cette communauté historique en lien direct avec la rivière Rouge.

Nous rappelons à tous que le simple lien ancestral avec un couple d'origine interethnique ne suffit pas à démontrer l'état métis. La preuve à faire en justice est toute autre. Prenez le cas Riel : ses grands-pères, originaires de la Nouvelle-France, étaient des coureurs des bois, des traiteurs et des Voyageurs. Sa mère était métisse de sang. Son père, dit l'Irlande, faisait partie de la Communauté métisse historique de la rivière Rouge. Riel se disait Métis. Voilà la preuve de ses droits métis.

D'autre part, signalons que des membres de la communauté métisse historique de la rivière Rouge et certains de leurs descendants ont continué leur chemin jusqu'aux Rocheuses. D'autres sont demeurés sur place. Et d'autres sont revenus au Québec, ou ils se sont faits plus discrets. Ils apparaissent toutefois au recensement de 1851, sous l'appellation de Voyageurs (identité distincte).

Fouillez les archives des postes de traite, vous identifierez les Métis.

Exemple : Les premières familles de colons s'établirent à Matane au début de la décennie 1780-1890. Les Amérindiens fréquentaient aussi ce poste (de traite). Un procès et une liste de débiteurs produite lors de la dissolution de la société MacKinnon-Marchand nous révèlent l'identité de ceraines des personnes qui fréquentèrent Matane à cette époque


Merci de ta bonne participation. Les Idées nous permettent une vue plus Élargie.
RealT amerindien/metis
Avatar de l’utilisateur
Chouette-Prudente
Éditeur
 
Messages: 680
Inscrit le: 2005-10-22, 09:30
Localisation: Sault-au-Recollet

Recensement 1672 en Acadie

Messagepar Chouette-Prudente » 2006-08-19, 09:50

Pierre Montour
Membre


Inscrit le: 23 Mar 2005
Messages: 793

Posté le: 2006-07-02, 23:12 Sujet du message: Recensement de 1671 en Acadie

--------------------------------------------------------------------------------

Le recensement de 1671 en Acadie

Selon le père Lionel Lanctôt, en l'absence de femmes françaises - ou européennes - à marier en Acadie, les pionniers français - ou européens - se sont unis avec les Sauvagesses, notamment un dénommé Lambert et un certain Lejeune.

En l'absence de registres de l'état civil ou religieux et d'actes de baptême, de mariage et de sépulture en Acadie, le premier recensement en Acadie en 1671 est l'une clé incontournable pour comprendre le métissage sur la Côte Est.

Le recensement de 1671 identifie moins de 500 personnes, hommes, femmes et enfants. Différents documents d'époque permettent d'identifier leur origine, notamment des documents administratifs, le rôle des bateaux en partance d'Europe, etc.

En l'absence d'une preuve prépondérante à l'effet que les personnes nommées dans le recensement - ou encore leurs parents - sont d'origine européenne, une présomption simple et réfragable (pouvant être contredite) indique que celles-ci sont d'origine sauvage, à charge pour la partie adverse de démontrer le contraire.

Un tel exercice doit être complété pour mieux y voir clair et identifier les souches potentiellement métisses.

L'exercice ne permettra pas de conclure que les personnes d'origine inconnue sont Métis. Par contre, il permettra d'identifier celles qui sont susceptibles de l'être ou encore celles qui sont susceptibles d'avoir engendré des personnes Métis.

Le même exercice devra être répété en Nouvelle-France.

C'est en accumulant les indices de façon scientifique que les chercheurs pourront identifier les Métis de l'Est du Canada.

À noter que les documents d'époque identifient des centaines d'hommes d'origine européenne débarqués en Acadie avant la fin du 17ème siècle. La Corporation métisse du Québec publiera sous peu cette liste de personnes compilée par un historien.


Déplacé par:
RealT amerindien/metis
Avatar de l’utilisateur
Chouette-Prudente
Éditeur
 
Messages: 680
Inscrit le: 2005-10-22, 09:30
Localisation: Sault-au-Recollet

Félicitations pour ce nouveau volet

Messagepar Russel Aurore » 2006-08-20, 07:37

Félicitations pour ce nouveau volet. Ce peuple, qu'on a tenté d'ensevelir sous les décombres de l'oubli, n'aura jamais été plus en vie depuis que l'État fédéral canadien a décidé de le rayer de ses recensements officiels, à partir de 1861.

Nous parler entre nous, dire que nous existons, ressortir les vieux papiers de familles qui nous lient les uns aux autres, questionner notre temps qui nous refuse la dignité de la reconnaissance officielle comme peuple fondateur, c'est déjà vivre pleinement.

Ne lâchez surtout pas ! Vous êtes sur la bonne voie. Et ne laissez jamais à d'autres le soin de dire qui vous êtes. Vous êtes les plus grands spécialistes de votre identité et de votre histoire familiale. Et c'est avec cette mémoire individuelle qu'on tisse la mémoire collective de notre peuple.

Russel Bouchard
Russel Aurore
Membre
 
Messages: 324
Inscrit le: 2005-10-08, 13:43
Localisation: Chicoutimi

Pas facile de trouver quand on a peu d'indice

Messagepar oublie_moi_pas » 2006-11-12, 00:28

Je sais juste que ma grand méere avait la peau rougie etdes rides profondes. Les cheveux longs et épais. Elle se nommait Lapérière et elle a demeuré avec mon grand père Mercier à St-Valier-de-Belle-Chasse. Pas facile de faire de connection...
Je suis ici pour connaître de nouveaux gens. Je me lasse des conversations qui tournent en rond ou menent à rien. Je suis virtuel. Mais je sais que les doigts qui touche à des millions de claviers sont humains.
oublie_moi_pas
Membre
 
Messages: 3
Inscrit le: 2006-11-11, 23:16
Localisation: Sherbrooke, QC, CA

Messagepar Dominique_Ritchot » 2007-04-27, 12:53

Nous rappelons à tous que le simple lien ancestral avec un couple d'origine interethnique ne suffit pas à démontrer l'état métis. La preuve à faire en justice est toute autre. Prenez le cas Riel : ses grands-pères, originaires de la Nouvelle-France, étaient des coureurs des bois, des traiteurs et des Voyageurs. Sa mère était métisse de sang. Son père, dit l'Irlande, faisait partie de la Communauté métisse historique de la rivière Rouge. Riel se disait Métis. Voilà la preuve de ses droits métis.[url]

L'ascendance métisse de Louis-David Riel, fils de Louis Riel et de Julie Lagimodière, est prouvée :

Marguerite Boucher, la grand-mère paternelle de Louis-Davie Riel, est la fille de Louis-Étienne Boucher et d'une amérindienne Chepewyan. Elle serait née vers 1785 « dans les pays d'en Haut », soit en Saskatchewan ou au Michigan.

Le père de Marguerite, Louis-Étienne Boucher, était un voyageur, originaire de Berthier-en-Haut, fils de Joseph Boucher et Judith Charon dit Ducharme.

Comme plusieurs de ses frères, et son père avant lui, il effectue plusieurs voyages dans l'Ouest. C'est au cours d'un de ces voyages qu'il conçoit Marguerite, qu'il laisse dans l'Ouest.

Une autre de ses filles, Angélique, née vers 1818, est baptisée le 23-09-1822 à Berthier-en-Haut. Ses parrain et marraine sont Joseph Vadenais et Rose Turenne.

Le 04-11-1804, à Berthier-en-Haut, Louis-Étienne Boucher épouse Josephte Leblanc, une métisse, fille adoptive de François Leblanc, un autre voyageur de Berthier-en-Haut.

Marie-Josephte Leblanc, née vers 1793 dans les Pays d'en Haut, est décécée le 29-04-1813, et est inhumée le lendemain à Berthier-en-Haut.

Louis-Étienne Boucher se remarie avec Rose Turenne dit Blanchard, fille de Joseph Turenne et Geneviève Laurence, le 04-11-1814 à Repentigny.

Le couple aura 10 enfants.

Louis-Étienne Boucher s'éteint le 18-04-1852 et est inhumé le 20-04-1852 à Berthier-en-Haut.

[/url]
Dominique Ritchot
descendante de Marie Mité8ameg8K8é
------
En ethnohistoire, la critique de source vise principalement à établir la crédibilité d'un document et conséquemment à valider les faits rapportés.
Jean-René Proulx, RAQ 1987
Avatar de l’utilisateur
Dominique_Ritchot
Membre
 
Messages: 669
Inscrit le: 2007-04-20, 02:26

Messagepar Dominique_Ritchot » 2007-04-27, 18:04

Un petit complément et une correction :

Louis-Étienne Boucher a épousé Adélaïde Turenne dit Blanchard (et non Rose, comme je l'ai écrit dans le message prédécent).

Louis Riel, fils de Jean-Baptiste et de Marguerite Boucher, a été baptisé le 23-09-1822 à Ste-Geneviève de Berthier-en-Haut. Il est dit né dans les Pays d'en Hauts, et âgé de 5 ans et 2 mois.

Ses parrain et marraine furent Louis Boucher, ayeul de l'enfant, et Adélaïde Turenne, épouse du parrain. Cet acte prouve bien l'ascendance métisse de Louis-David Riel.
Dominique Ritchot
descendante de Marie Mité8ameg8K8é
------
En ethnohistoire, la critique de source vise principalement à établir la crédibilité d'un document et conséquemment à valider les faits rapportés.
Jean-René Proulx, RAQ 1987
Avatar de l’utilisateur
Dominique_Ritchot
Membre
 
Messages: 669
Inscrit le: 2007-04-20, 02:26

Messagepar Darquise » 2007-05-14, 22:21

Bonjour M. Tremblay,

Esse bien ce genre de truc, qui est désirer ici;

- Bibliothèque et Archives Nationale du Québec
(Vous pouvez imprimer directement des actes, concession de terres, ct. mariage etc.)
http://pistard.banq.qc.ca/unite_cherche ... che_simple

- Ficher Origine http://www.fichierorigine.com/
(Contient des actes originaux des baptêmes de plusieurs des premiers arrivants)

- Société historique acadienne
http://www.umoncton.ca/etudeacadiennes/ ... e/sha.html

- Ancestry.ca http://content.ancestry.ca/
(Microfilm du fond Drouin, registre des actes originaux)

- Société historique du Saguenay http://www.shistoriquesaguenay.com/

- Bibliothèque et archives Nationale du Québec
http://www.banq.qc.ca/portal/dt/collect ... erique.jsp
(Vous pouvez télécharger des livres) ex;

Dictionnaires Généalogique 7 vol. 4470p. Tanguay
Abitibi, Description et voyages, 238p.J-Bte. Proulx
Au Royaume du Saguenay, Tadoussac, 233p. J.Edmond Roy
Aux sources de l'histoire manitobaine, 120p. Adrien-Gabriel Morice
Histoire de la Baie-St-Antoine, dite Baie-du-Febvre, 709p. J-Élz. Bellemare
Histoire de la paroisse St-Malachie, 234p. Jules-Adrien Kirouac
Histoire de la seigneurie de la Rivière-Sud, 445p. A. Couillard
Le Manitoba, champ d'immigration, 144p. Thomas-Alfred Bernier
Le Saguenay et la vallée du lac St-Jean, 363p. Arthur Buies
Les Anciennes missions en Nouvelle-France, 86p. R.P. Édouard Lecompte
L'Insurrection du Nord-Ouest 1885, 40p. Louis Riel
Algonquiens-Mœurs et coutumes, 251p. Arthur Guindon
Algonquiens-Missions-Histoire, 648p.Henri-Arthure Scott
Dictionnaire historique des Canadiens et des Métis français de l'Ouest, 367p. A.G. Morice
Histoire Abénaquis, 638p. J. Aselme Maurault
Histoire de la nation métisse dans l'ouest canadien, 446p. Aug.-H. Trémaudan
Les Derniers Iroquois, par Henri-Émile Chevalier
et bien d’autres…………

Nos Racines – Our roots http://www.ourroots.ca/f/index.aspx
(Vous pouvez lire à l’écran ou imprimer, pas télécharger) Ex;

- L’ancêtre Peter McLeod et sa descendance
- 300 ans d’histoire, Les Éboulements (Charlevoix)
- la baie d'Hudson, ou, Récit de la première visite pastorale de Mgr N.Z. Lorrain
évêque de Cythère et vicaire apostolique de Pontiac, dans ses missions sauvages de Témiscamingue, d'Abbitibi, de New-Port, de Moose et d'Albany
- L’Abitibi centenaire, 1898-1998 par Denys Chabot,
et encore plus…………


- Généalogie Girard & De Lavoie (il y a tous les dates de ct.)
http://girart.iquebec.com/


Darquise
Darquise
Membre
 
Messages: 18
Inscrit le: 2007-01-28, 16:22

Est-ce-que les descendea famille duRivageilee nomye

Messagepar VduRivage » 2008-04-15, 11:48

Si vous plait:

Je m'appelle Virginia duRivage. Mes arriere-grand-parents arrivent de Quebec circa 1880 y habitent a Toledo, Ohio por quarante annees. Je voudrais sabor est-ce-que mi famille son les descedants des Metis. Mais je ne sais pas les procedures.

Je suis desolee por me fautes de grammaire y merci por votre assitance.

Merci beaucoup.

Virginia duRivage
ginnydurivage@hotmail.com
VduRivage
Membre
 
Messages: 1
Inscrit le: 2008-04-15, 02:35

Messagepar mitakuye oyasin » 2008-04-15, 15:06

Quel est le nom de vos grand-parents ? Cela aiderait à trouver une piste.
Avatar de l’utilisateur
mitakuye oyasin
Membre
 
Messages: 1873
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09
Localisation: Cookshire Qc


Retour vers Sur la Piste des Métis

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Google [Bot] et 1 invité