En sa qualité d'avocat, Maître Nepton devrait savoir.......

Participez à la structure de notre organisation

En sa qualité d'avocat, Maître Nepton devrait savoir.......

Messagepar mitakuye oyasin » 2008-05-03, 15:19

À lire dans Le Peuple Métis de la Boréalie : http://metisborealie.blogspot.com/




SAMEDI, MAI 03, 2008
En sa qualité d'avocat, Maître Nepton devrait savoir que les Indiens ne sont pas les seuls Autochtones dans ce pays...

Image


Maître Carl Nepton, négociateur en chef des Ilnusth dans l'affaire de l'Approche commune


Les Ilnutsh ont la mémoire sélective ; ils aiment bien oublier qu'ils ne sont pas les seuls Autochtones dans ce pays

Monsieur Carl Nepton
Permettez que je réagisse à mon tour à votre diatribe publiée dans le journal Le Quotidien du 3 mai 2008, sous le titre « Les Autochtones négocient de bonne foi ». Dans votre lettre adressée à l'éditorialiste Carol Néron, vous parlez en tant que « Négociateur en chef des Premières Nations de Mashteuiatsh, Nutakuan et Essipit, Approche Commune ». Cette responsabilité aurait dû mieux vous inspirer. Au nom de tous les Ilnutsh, vous vous dites « perplexe » eu égard aux commentaires dans lesquels l'éditorialiste questionne la pertinence de l'Approche commune et les deux niveaux de langage que les chefs de ces communautés ont tenu depuis le 14 juillet 2000, selon qu'ils soient ou pas en leur faveur.

Vous reprochez à M. Néron de « mêler consciemment la négociation de l'Approche commune par les trois Premières nations Innus », « avec un incident [qui] implique des Cris et non des Innus ». Vous lui reprochez son « désir [sic] de torpiller le futur traité des Innus ». Vous n'appréciez pas quand il écrit que l'Autochtone parle « avec la langue fourchue ». Et vous lui rappelez que « ce n'est certainement pas en faisant porter sur le dos de l'Approche commune toutes les coches mal taillées par des Autochtones du pays [qu'il parviendra] à favoriser un climat sain et serein de discussion... »


Une mémoire sélective

Si vous ne parlez pas avec la « langue fourchue », comme vous nous l'assurez et comme je veux bien le croire, vous avez la mémoire sélective. Car je pourrais vous citer en référence au moins dix, vingt, trente textes où les éditoriaux, les chroniques et les nouvelles de la presse, tous médias confondus, vous ont fait la partie facile. Beaucoup trop facile compte tenu de la qualité de votre argumentaire qui s'empêtre dans les sentiments et qui s'ajuste mal à la critique quand elle vous est défavorable !

Voilà qui en dit déjà beaucoup sur vous et sur cette sorte de traité amphigourique que vous négociez dans le secret et sans vous soucier le moins du monde des autres depuis au moins seize ans. Curieuse lettre que la vôtre, vous dirai-je simplement Monsieur Nepton ! Vous questionnez la mauvaise foi de l'autre (et par lui, nécessairement tous ceux et celles qui ne sont pas pour le traité), mais vous ne vous privez pas de lui faire un procès d'intention dans la même lettre ouverte en l'accusant de vouloir « torpiller le traité ». Pour un avocat qui a une telle charge de responsabilité sur ses propres épaules, il y a de quoi rester dubitatif. Vous prenez soin de démêler les Innutsh des Cris en soutenant que tous les Autochtones ne sont pas Innu ou Cri. Ce qui est juste et vrai et ce que vous n'avez jamais pris le temps de corriger cependant puisque vous n'avez jamais cessé de vous présenter comme les seuls Autochtones du pays.


Le lourd préjudice créé aux Métis

Cet abus de langage crée d'énormes préjudices aux Métis et aux Canadiens français.

Je vous rappellerai du reste à cet égard que la confusion des genres dont vous vous dites aujourd'hui victime en tant que peuple, est imputable au discours que vous tenez sans jamais défaillir, un discours qui est loin de refléter la réalité historique et sociale du Saguenay–Lac-Saint-Jean–Côte-Nord. Je constate que vous, le négociateur en chef et les chefs Ilnutsh, n'avez de mémoire et d'arguments que ce qui sert bien votre propre cause. Contestez-moi si j'ai tort ! Depuis l'annonce du projet de l'Approche commune, voilà déjà huit ans, vous n'en n'avez pas perdu une pour vous présenter comme les seuls « Autochtones » des territoires que vous revendiquez dans le Nitassinan, et ce, sans égard aux Métis et aux Canadiens français qui ont peuplé ce pays de nos ancêtres communs et qui, ne vous en déplaise, ont permis au peuple Ilnusth de ne pas s'éteindre.

Monsieur Nepton, dans mon esprit à moi et dans celui de la vérité historique toute simple, votre discours prendra sa force et pourra être considéré quand vous, les chefs et les représentants Ilnutsh, reconnaîtrez officiellement, comme le veut du reste l'article 35 de la Constitution canadienne, que les Autochtones sont, notamment, les Indiens, les Inuits et les Métis. Prétendre, comme vous le faites sans relâche et à toutes les tribunes, que les Métis ne sont pas un peuple, c'est enlever à la Loi suprême tous ses considérants et précisions, c'est aller à contresens de l'histoire, et c'est carrément détruire la Loi sur laquelle repose le socle de vos propres revendications.

Russel Bouchard
Métis montagnais–canadien-français et
Lien de Mémoire de la CMDRSM
Avatar de l’utilisateur
mitakuye oyasin
Membre
 
Messages: 1873
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09
Localisation: Cookshire Qc

Messagepar Hermel Tremblay » 2008-05-03, 19:19

J aimerais que vous preniez connaissance de LA LETTRE AU CHEF DU 30 NOVEMBRE2007 du chef Mr Riopelle et Mr aubin de la nation metis du québec concernant leur position quand a l appartenance du territoire des Pemière Nation du québec . Ceci diffère beaucoup avec la vision Métis de MR Russel Bouchard voici le lien


http://www.nationmetisquebec.ca/index.html

Hermel Tremblay du Peuple Indien et du Peuple Métis
Hermel Tremblay
Membre
 
Messages: 297
Inscrit le: 2008-01-07, 23:33

Messagepar Russel Aurore » 2008-05-03, 20:51

Code: Tout sélectionner
Au Québec, il existe beaucoup de ces personnes qui se font passer pour des autochtones et qui ont créé des organismes et des corporations de service, lesquels osent parler en notre nom. Ils utilisent à tort le titre de Métis en affirmant être Métis, membres de la Nation Autochtone de l'Alliance Autochtone (sic), d'indiens hors réserve, etc.

La plupart de ces personnes ne se sont jamais considérées comme des Métis dans le passé, sauf depuis la cause Powley*. De plus, leurs origines ancestrales sont bien souvent obscures et validées par des exercices généalogiques douteux. Elles sont pour nous de vrais usurpateurs. Elles nous causent un tort, elles, qui sans gêne et avec arrogance, revendiquent des droits Métis à partir des droits des Premières Nations . Ces personnes s'amusent à jouer aux «« petits indiens »» en affirmant être Métis . Le blocage de la route 117, au printemps dernier en est un bel exemple. De plus, elles se donnent toutes des titres comme : Président Grand Chef, Chef National, Chef Provincial, Chef Communautaire etc. Ce qu'elles ne savent pas, c'est que le titre de Chef n'existe pas dans le concept de la pensée des Métis. Il n'y a pas de chefs chez les Métis, il n'y a que des porte-paroles. Les titres de Chefs sont depuis toujours, le propre des Premîères Nations.

Certaines de ces organisations, qui regroupent des individus métissés, mais pas de vrais Métis, vont jusqu'à revendiquer des titres sur le territoire du Québec. L'une d'entre elle poursuit même les gouvernements du Canada et du Québec devant les Tribunaux afin de faire reconnaître ses revendications sur un territoire qui va de la Baie James au Labrador en englobant le Saguenay, le Lac St-Jean et la Côte-nord. Seulement dans l'est du Canada, les Métis ont toujours été des utilisateurs nomades d'un territoire dont le fond appartient d'abord aux Premières Nations. Ce sont elles, donc, qui possèdent un titre aborigène. Les Métis du Québec, les vrais, ne revendiquent pas le territoire.

La recherche d'un statut qui pourrait conférer d'éventuels avantages économiques, de même que la quête quasi ésotérique d'une identité autochtone est ce qui attire ces individus. Ils nous éclipsent et tentent de s'approprier ce que nous sommes et ce qui nous reste: notre identité nationale et notre fierté.

Peut-on espérer un jour, en tant que Nation distincte, un support gouvernemental pour élever à juste titre la Nation Métis au rang des Nations autochtones sur le territoire du Québec. Peut-être aurions-nous besoin d' accommodements raisonnables, à l'instar des différentes groupes culturels qui habitent notre territoire. Les gouvernements, mais aussi les Premières Nations, ne pourraient-ils pas nous aider à nous protéger de ceux qui s'accaparent de nos droits, de notre langue, de notre culture, de notre spiritualité ...et ce afin d'assurer notre survie. [...]

Claude Aubin et Claude Riel-Lachapelle
Porte-paroles de la Nation Métis au Québec


Vous avez raison de le dire : Nous ne tenons pas le même discours.
Pour ma part, je n'entends pas et n'entendrai jamais être celui qui est capable de dire qui est Métis et qui ne l'est pas. Et je ne laisserai à personne le soin de me dire qui je suis ! Ce texte auquel vous nous référez, Mr Hermel, est cousu d'incohérence et manque de générosité. Je suis heureux de vous entendre dire qu'il s'écarte de ma manière de voir et de dire...

Russel Bouchard
Métis
Russel Aurore
Membre
 
Messages: 324
Inscrit le: 2005-10-08, 13:43
Localisation: Chicoutimi

Messagepar Hermel Tremblay » 2008-05-03, 21:42

MR Russel bouchard n interprétez pas mes propos j ai dit que la position de la Nation Métis du Québec territoriale et bien différente de la votre qui revendiqué le territoire des Première Nation eux en appel a un accomodation du territoire avec les Premiere Nation du quebec ce qui et totatement different. Leur approche ce veuille plutot coordiale ou amicale si vous le désiré .

N oublié pas que Mr Claude Aubin a fait ces preuve , il a fait reconnaitre la réserve indienne MALÉCITE de Cacouna . situè dans le bas st laurent.

HERMEL TREMBLAY DU PEUPLE INDIEN ET DU PEUPLE METIS
Hermel Tremblay
Membre
 
Messages: 297
Inscrit le: 2008-01-07, 23:33

Messagepar Richard Harvey » 2008-05-04, 12:36

Monsieur Hermel,

encore une fois c’est vous qui interprétez tout de travers en ce qui concerne les revendications des Métis de la CMDRSM. Nous ne revendiquons pas le territoire des Premières Nations. Nous réclamons notre droit au partage sur ces territoires qui nous sont communs comme ayants droits naturels ( art. 35) au même titre que les Innus. Je vous signale que le libellé de l’approche commune soutenait, jusqu’à tout récemment, l’exclusivité des droits territoriaux et ancestraux pour les Innus, excluant toutes les autres « Premières Nations » et les Métis incidemment. Vous prenez pour acquis, de façon erronée, que le territoire appartient aux Premières Nations exclusivement. Ce qui est en fait une interprétation abusive de la réalité juridique. Nous ne demandons rien, que nous n’ayons déjà consenti aux autres ! Rien d’autre que notre place légitime. Nous n’enlevons rien à personne mais refusons qu’on nous prive de notre droit au partage encore une fois. Nous sommes ouverts...aux Innus et aux autres, au contraire de ces derniers et de M. Aubin.

À ce propos. Il en est où au juste M. Aubin dans ses négociations avec les Indiens ( Cris ou Innus ou autres) concernant la place qu’il quémande auprès des chefs Indiens au nom des « vrais » Métis et de leur droit au partage.

Quand on tient un discours aussi « aplaventri » et chauvin que celui-là je ne pense pas qu’on puisse espérer une attitude rassembleuse du mouvement Métis. M. Aubin est un leader marginal et dépassé qui a comme ses copains de l’APNQL la mémoire et la vue courtes à souhait. À l’instar de ces derniers son discours est prétentieux, « exclusiviste » et méprisant...juste comme celui de M.Picard et ses compères !

La soumission n’est pas ma tasse de thé. Que ce Monsieur et ses troupes restent là où ils sont on en a rien à foutre des « quêteux » et des esprits obtus !
Richard Harvey
Fils du Piékouagamy
Richard Harvey
Membre
 
Messages: 930
Inscrit le: 2005-11-17, 16:15

Messagepar Hermel Tremblay » 2008-05-04, 23:31

Lettre envoyée à touts les Chefs et Grand Chefs des Premières Nations exprimant la position de la Nation Métis Québec sur la question des revendications territoriales.

Île du Grand Calumet , le 30 novembre 2007

Honorable Chef ,

Par la présente, la Nation Métis du Québec désire vous informer qu'elle n'entend faire la demande d'aucune revendication territoriale. Des revendications sont formulées par des organismes corporatifs soi-disant autochtones, desquels la Nation Métis se dissocie complètement.

La Nation Métis du Québec supporte avec respect les Premières Nations dans leurs revendications territoriales. La Nation Métis au Québec reconnaît ainsi la validité des titres des Premières Nations et n'entend pas revendiquer quelque territoire que ce soit.

La Nation Métis du Québec ne désire que négocier, en partenariat, avec les Premières Nations, le gouvernement du Québec et le gouvernement du Canada, des accommodements territoriaux pour permettre aux Métis de continuer à pratiquer leurs activités traditionnelles, et ce, sans nuire aux revendications territoriales des Premières Nations.

La Nation Métis du Québec reconnaît selon des principes de gouvernance, la juridiction des 11 Premières Nations envers toute leur population vivant dans et hors les réserves et ce sur l'ensemble de leurs territoires ancestraux.

La Nation Métis du Québec n'a aucune intention de s'ingérer dans l'appartenance et les affaires internes des Premières Nations, encore moins empêcher ou nuire à leurs revendications territoriales et à la reconstruction de leurs Nations selon les concepts de l'autonomie gouvernementale basée sur les droits ancestraux des Premières Nations.

Aujourd'hui, la Nation Métis du Québec, depuis son témoignage devant la Commission Royale sur les Peuples Autochtones en 1993, est en pleine réorganisation. Une reconnaissance nationale permettra d'ériger la Nation Métis au titre de 12ième nation autochtone sur le territoire du Québec, pour devenir la seule entité responsable des Métis. La Nation Métis du Québec demande la place qui lui revient dans le cercle des Autochtones du Québec.

Pour terminer, il faut se souvenir que la Nation Métis du Québec forme une nation distincte, possédant sa propre histoire, sa culture et ses règles de gouvernance tout comme les Premières Nations et les Nations Québécoise et Canadienne.


Veuillez agréer, Chef, nos plus sincères et distinguées salutations.



Claude Riel-Lachapelle
Claude Aubin

Porte-paroles de la Nation Métis du Québec
29 chemin Tancrédia, C.P. 89 Ile-du-Grand-Calumet (Qc)
J0X 1J0

Voici la lettre donc j ai parlé LETTRE ENVOYÉ AU CHEF du 17 novembre 2007 me voyé désollé car des gens malveillant donc Mr Russel bouchard a pris une tout autre lettre pour faire de la désinformation .

Hermel Tremblay du Peuple indien et du Peuple métis
Hermel Tremblay
Membre
 
Messages: 297
Inscrit le: 2008-01-07, 23:33

Messagepar Hermel Tremblay » 2008-05-04, 23:54

C ette lettre et sur le site de la NATION METIS DU QUÉBEC au lien suivant et cliker sur information.

http://www.nationmetisquebec.ca/index.html


Hermel Tremblay du Peuple indien et du peuple metis
Hermel Tremblay
Membre
 
Messages: 297
Inscrit le: 2008-01-07, 23:33


Retour vers Notre Avenir

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité