Héros authentique (...) par Russel Bouchard

Participez à la structure de notre organisation

Héros authentique (...) par Russel Bouchard

Messagepar Raymond Cyr » 2008-04-28, 13:51

http://metisborealie.blogspot.com/2008/ ... de-la.html


19 avril 2008 - 21h33
Le Soleil
Didier Fessou
Québec

Jean-Daniel Dumas
Un livre pour les amateurs d’histoire. Une fois plongé dedans, on n’en sort pas. Un livre pour rendre hommage à un héros nommé Jean-Daniel Dumas. Né à Montauban en 1721, il s’est fait soldat en 1742 par dégoût de la profession d’avocat dans laquelle il avait pourtant obtenu quelques succès. Nommé lieutenant dans le régiment d’Agenais, il a été promu capitaine en 1747 et transféré dans les troupes de la marine après le démembrement de son régiment. Au printemps 1750, il s’embarque à Bordeaux pour l’Acadie. Ce livre raconte ses campagnes en terre d’Amérique, 10 années mouvementées qui le mèneront de Louisbourg à Fort Duquesne. Il a participé à la bataille des plaines d’Abraham avant d’être rapatrié en France en 1761.

RUSSEL BOUCHARD, Jean-Daniel Dumas, Michel Brûlé, 312 pages
Raymond Cyr
Ki Otipemisiwak /Moi, de ceux des gens libres
Li Esprit, not criâteure, li courage mi yi nawn, paray chee i tayh ta maw.
Esprit, notre créateur, donne-nous le courage d'être une seule pensée.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar mitakuye oyasin » 2008-04-28, 14:48

Héros authentique de la Conquête

Daniel Côté

Le Quotidien

CHICOUTIMI

De la guerre de la Conquête, la plupart des gens ne connaissent que quelques noms: Montcalm, Wolfe, les plaines d'Abraham. Ils savent aussi que la guerre a marqué la fin de la présence française en Amérique, mais personne, ou presque, n'a entendu parler de l'un des héros de ce conflit, le militaire Jean-Daniel Dumas.


http://www.metis-estrie.org/

C'est pour combler ce vide que l'historien Russel Bouchard a écrit le livre "Jean-Daniel Dumas, héros méconnu de la Nouvelle-France". Lancé aujourd'hui, à l'occasion du Salon du livre de Québec, cet ouvrage de près de 300 pages rappelle les faits d'armes de cet officier de la Marine dont la droiture et le courage tranchaient avec la corruption et l'ineptie affichées par l'administration coloniale.

"L'Histoire l'a méprisé parce qu'il n'avait pas eu les honneurs de la guerre, les galons d'un général. En plus, on a entrepris de salir nos héros, au Québec. On a traité Marie de l'Incarnation de folle, Dollard des Ormeaux de voleur, Madeleine de Verchères de putain. On a évacué les points d'ancrage de notre société", a confié Russel Bouchard lundi, au cours d'une entrevue accordée au Quotidien.



Regard neuf sur la Conquête



Publié à 2000 exemplaires par l'éditeur Michel Brûlé, le nouvel ouvrage du Chicoutimien se décline en deux temps. La première partie brosse un portrait de Jean-Daniel Dubois auquel se superpose une analyse de la guerre de la Conquête. L'historien, qui n'a rien perdu de sa verve, en profite pour dénoncer les profiteurs comme l'intendant Bigot, autant que les lâches comme le gouverneur de Vaudreuil qui, sous prétexte d'épargner des misères au peuple dont il n'avait cure, a signé la capitulation de Montréal sans qu'un coup de feu ne soit tiré.

Cette description critique prépare le lecteur pour la suite, laquelle prend la forme d'un traité écrit par le héros lui-même en 1775. Adressé au frère du roi Louis XVI, ce texte parle des lois, de l'administration publique et de l'art militaire, entre autres sujets. S'appuyant sur son expérience en Nouvelle-France, l'auteur décrit la meilleure façon de construire des fortifications dans les colonies, d'utiliser les miliciens et l'artillerie, voire de gérer les hôpitaux.

"J'engage un dialogue avec Jean-Daniel Dumas par l'entremise de mes notes placées en bas de page, souligne Russel Bouchard. Son texte permet de soulever des questions nouvelles, notamment à propos du traité de Paris (c'est ce document signé en 1763 qui a scellé la fin des ambitions françaises en Amérique du nord). Si on avait mieux négocié, la France aurait pu sauver la vallée du Saint-Laurent."

À le lire, cependant, on constate que la Nouvelle-France était pourrie jusque dans ses fondations. Ses prétendues élites étaient étrangères à la notion de sens commun, ce dont témoigne la capitulation de Québec conclue après la défaite des plaines d'Abraham. Rien n'était joué, mais les marchands de la capitale, qui ne voulaient pas compromettre leurs relations avec l'envahisseur, ont prestement hissé le drapeau blanc. "Passer d'un maître à l'autre ne les dérangeait pas", tranche Russel Bouchard, pour qui le courage d'un Jean-Daniel Dumas n'en était que plus saisissant
Avatar de l’utilisateur
mitakuye oyasin
Membre
 
Messages: 1873
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09
Localisation: Cookshire Qc


Retour vers Notre Avenir

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron