Le viol de la Loi et le Mont Orford

Participez à la structure de notre organisation

Messagepar Réjean Auger » 2007-04-14, 09:29

80 hectares par-ci, 80 hectares par-là et dans quelque années les 450 hectares auront été vendu.
On est vraiment des valises bidons.

Chialons, chialons ils se foutte carrément de nous autres. Mais ce qu'ils n"ont pas compris au gouvernement, c'est que nous ne négocions pas du tout, nous ne voulons pas point.
Réjean Auger
Métis
Réjean Auger
Membre
 
Messages: 842
Inscrit le: 2005-08-20, 10:34
Localisation: La Sarre

Messagepar Yves Décosse » 2007-04-27, 21:45

Mont Orford

Claude Roy visite la montagne

Mise à jour le mercredi 25 avril 2007, 18 h 54 .

Mont Orford

Deux jours après avoir annoncé que l'Action démocratique du Québec (ADQ) allait déposer une motion pour imposer un moratoire sur la privatisation partielle du Parc national du Mont-Orford, le député Claude Roy s'est rendu en Estrie.

Il a visité le mont Orford, mercredi, en compagnie de représentants de la coalition SOS Parc Orford et de la coopérative de solidarité du mont Orford, qui s'opposent à la vente du domaine skiable et du club de golf à des intérêts privés.

Claude Roy veut se familiariser davantage avec le dossier avant de faire des recommandations au caucus de l'ADQ, qui décidera du contenu précis de la motion. Il dit avoir encore plusieurs questions en lien avec les impacts environnementaux du projet.

La semaine prochaine, Claude Roy rencontrera également des représentants de la MRC Memphrémagog.

L'appel d'offres lancé par le gouvernement libéral en décembre dernier prévoit un développement immobilier au pied de la montagne. Les promoteurs ont jusqu'au 15 mai pour soumettre un projet. « C'est un grand danger en ce qui me concerne d'ouvrir une brèche dans un dossier comme celui-là », affirme Claude Roy.Stéphanie Tremblay s'est entretenue avec Claude Roy au terme de sa visite de la montagne.

www.radio-canada.ca/regions/estrie/2007 ... ford.shtml



Mont Orford
La coalition rencontre la ministre de l'Environnement


Mise à jour le vendredi 27 avril 2007, 19 h 08 .




Le mont Orford

Après avoir rencontré le député adéquiste Claude Roy mercredi, la coalition SOS Parc Orford s'est entretenue vendredi avec la nouvelle ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs Line Beauchamp.

La rencontre a eu lieu au bureau montréalais de la ministre. Les opposants à la privatisation d'une partie du Parc national du Mont-Orford disent avoir pu réitérer leur position et clarifier les enjeux qui vont au-delà, selon eux, de la rentabilité d'un centre de ski.

Line Beauchamp n'a pris aucun engagement. Les représentants de la coalition ont toutefois senti que le gouvernement minoritaire de Jean Charest pourrait revenir sur son intention de céder à des intérêts privés une partie du parc pour y permettre la construction de 750 unités d'habitation.

La coalition rencontrera également le chef du Parti québécois, André Boisclair, le 3 mai prochain. Elle espère faire annuler la vente avant la fermeture de l'appel d'offres le 15 mai.

www.radio-canada.ca/regions/estrie/2007 ... stre.shtml
Yves Kaku Décosse
Yves Décosse
Membre
 
Messages: 336
Inscrit le: 2005-11-22, 19:21

Messagepar Raymond Cyr » 2007-04-30, 15:23

Case postale 120, Bonsecours (Québec) Canada JOE 1HO


POUR DIFFUSION IMMÉDIATE


Construction de condos au parc du Mont-Orford :
un dossier prioritaire pour les parlementaires
Orford, le 23 avril 2007


– Un an après la manifestation monstre où 12 000 personnes se sont rassemblées
dans les rues de Montréal pour réclamer le respect de la Loi sur les parcs et s’opposer à la privatisation du
Parc national Orford et compte tenu du nouveau contexte politique minoritaire à Québec, SOS Parc Orford a
demandé de rencontrer les chefs des trois partis politiques dans le but de trouver une alternative à la cession
de terrains et au développement immobilier dans le Parc. Selon la Coalition, ce dossier chaud de la rentrée
parlementaire exigera de l’ensemble des députés d’être réellement à l’écoute de la population.
Compte tenu que la date limite pour la vente du Parc a été fixée par le gouvernement au 15 mai, la menace
de perdre l’intégrité du Parc est imminente. Dans le respect de l’intégrité territoriale de tous les parcs
nationaux, SOS Parc Orford réitère sa demande aux parlementaires d’abroger la Loi 23 d’ici là.
Le 17 avril dernier, les membres de la Coalition ont rencontré le nouveau chef de l’opposition, M. Mario
Dumont, le premier parti à accepter l’invitation. Cette rencontre a permis de constater que pour l’ADQ, Orford
constitue un dossier prioritaire et qu’il dispose d’une marge de manoeuvre pour faire bouger le dossier. Les
démarches se poursuivent avec M. Claude Roy, porte parole en matière de faune et parc et député de
Montmagny-L’Islet. La Coalition prévoit aussi une rencontre avec M. Boisclair dans la semaine du 30 avril.
SOS Parc Orford fait appel au nouveau ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs,
Mme Line Beauchamp, pour arrêter, avant le 15 mai, 15h, le rouleau compresseur de l'appel d'offres qui
enclenchera la vente définitive d'Orford et la construction des condos dans le Parc. Reculer après la date du 15
mai serait pour le gouvernement qui voudra revenir en arrière, déboucher sur des pénalités et des
complications considérables.
La Coalition désire rappeler aux parlementaires que la population est toujours massivement contre la vente du
Parc national du Mont-Orford pour la construction de condos et ce dans une proportion de 75 % (sondage
CROP – mars 2007). Orford a été l’un des cinq dossiers chauds de la campagne électorale. En effet, le
message des électeurs a été clair puisque 67 % des électeurs ont voté contre le parti du M. Charest tout
comme 67 % contre le député d’Orford, M. Pierre Reid.
Les ex-directeurs de parc nationaux, qui supportent la Coalition depuis ses débuts, affirment « que toute
vente d’une partie d’un Parc national serait une première au Québec. Ce litige doit être réglé à l’échelle
nationale puisqu’il pourrait créer un dangereux précédent pour l’ensemble du réseau des parcs nationaux » de
souligner Jean Hubert, directeur de parc pendant une douzaine d’années.


-30-


AU SUJET DE SOS PARC ORFORD


La coalition SOS PARC ORFORD s’est donnée comme mission de mettre fin aux démarches de vente d’une
partie du Parc. Elle regroupe les partenaires principaux suivants : La société pour la nature et les parcs du
Canada (SNAP), Nature Québec / UQCN, CREE, Regroupement Orford pour un parc sans condos, auxquels
s’ajoutent plus de 80 000 citoyens et citoyennes du Québec.
SOURCE : COALITION SOS PARC ORFORD / www.sosparcorford.org
Information : Claude Dallaire, 819-578-7083
Raymond Cyr
Ki Otipemisiwak /Moi, de ceux des gens libres
Li Esprit, not criâteure, li courage mi yi nawn, paray chee i tayh ta maw.
Esprit, notre créateur, donne-nous le courage d'être une seule pensée.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar Yves Décosse » 2007-05-01, 15:46

Mont-Orford: Québec va changer les règles du jeu

Denis Lessard

La Presse

Québec

Le gouvernement Charest se prépare à modifier les règles du jeu dans le dossier de la vente du parc du Mont-Orford. On permettra aux acheteurs d'acquérir seulement les terrains au bas de la montagne s'ils le désirent, le scénario qui était à l'origine privilégié par André L'Espérance, de Mont-Orford inc.

Selon les informations obtenues par La Presse, la nouvelle position du gouvernement Charest ne fait pas l'unanimité au gouvernement.

M. L'Espérance avait soutenu qu'il n'a jamais voulu acheter la montagne, partie du parc du Mont-Orford, mais seulement des terrains au bas, qui lui permettraient de construire des immeubles d'appartements en copropriété. Ces terrains font aussi partie du parc national.

Pendant des mois, le ministre de l'Environnement, Claude Béchard, a défendu le projet de loi 23 en martelant que le gouvernement du Québec n'avait pas à gérer de centre de ski. La vente d'une partie du parc du Mont-Orford n'était pas destinée à un seul acquéreur, André L'Espérance, faisait-il valoir.



Terrains à condos



Or les changements considérés viennent faire exactement le contraire ; Québec demeurera propriétaire du centre de ski, qui resterait sous bail avec Mont-Orford inc., tandis que le développeur l'Espérance aurait exactement ce qu'il cherchait au début, des terrains pour construire des condos dans le parc, au bas des pistes.

La nouvelle orientation risque de " provoquer le bordel " dans la région, préviennent des sources libérales. Il faudra amender la loi 23 dans un contexte où les autres partis veulent reporter ou annuler la vente.

Une motion de l'ADQ devrait bientôt repousser l'ouverture des enveloppes des soumissionnaires, prévue jusqu'ici pour le 15 mai.
Or les changements considérés viennent faire exactement le contraire ; Québec demeurera propriétaire du centre de ski, qui resterait sous bail avec Mont-Orford inc., tandis que le développeur l'Espérance aurait exactement ce qu'il cherchait au début, des terrains pour construire des condos dans le parc, au bas des pistes.


Peu d'intérêt


Au début, tout le monde pouvait théoriquement soumissionner pour acheter la station du mont Orford, mais une journée portes ouvertes pour visiter les infrastructures a démontré que bien peu de groupes au Québec ou à l'étranger sont intéressés à acheter les installations. Seule la coopérative locale s'est présentée à cette journée, organisée par la firme KPMG pour plus de 100 000 $ de fonds publics, souligne le maire d'Orford, Pierre Rodier.

Lors du caucus à Montmagny, le député libéral Pierre Reid a souligné que «sur Orford, il y a des aménagements à apporter», ajoutant qu' il y a «des choses qui ne passent pas bien».

En campagne électorale, M. Reid et le président de la chambre de commerce s'étaient dits d'accord avec l'idée de scinder le projet de privatisation, de limiter la vente aux terrains souhaités par M. L'Espérance à l'origine.


www.cyberpresse.ca/article/20070501/CPA ... ACTUALITES
Yves Kaku Décosse
Yves Décosse
Membre
 
Messages: 336
Inscrit le: 2005-11-22, 19:21

Messagepar Yves Décosse » 2007-05-07, 23:10

Mont-Orford
Le gouvernement fait marche arrière


Mise à jour le lundi 7 mai 2007, 12 h 04 .




La ministre de l'Environnement, Line Beauchamp

Le gouvernement libéral recule dans le dossier du mont Orford. La ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs, Line Beauchamp, a annoncé lundi que la vente d'une partie du parc national du Mont-Orford est annulée.

Le gouvernement du Québec met fin à l'appel d'offres en cours et assure que les terres du parc national demeureront une propriété publique.

Line Beauchamp affirme que le gouvernement est également prêt à mettre fin au bail qui le lie à l'entreprise Mont-Orford inc., qui gère les activités de la station de ski du club de golf. Elle donne le mandat à la MRC Memphrémagog de trouver une solution pour assurer le maintien des activités à la montagne. La MRC a deux ans pour soumettre une proposition au gouvernement.

Plus de détails à venir.

www.radio-canada.ca/regions/estrie/2007 ... ulee.shtml

Et semble-t-il que la partie de la loi 23 concernant l'agrandissement du Parc... demeure !

Attendons de voir les tenants et aboutissants de cette annonce...
Et demeurons très très vigilant puisque cette loi pourrait dit-on permettre à la MRC ,de présenter un projet avec "condo" au bas des pentes.
Yves Kaku Décosse
Yves Décosse
Membre
 
Messages: 336
Inscrit le: 2005-11-22, 19:21

Messagepar Yves Décosse » 2007-05-11, 15:39

Infolettre 11 mai 2007

De la demi victoire à la victoire : un dernier pas à franchir
Bonjour Yves Décosse,

Il y a un peu plus d’un mois la Coalition SOS Parc Orford vous invitait à participer à la manifestion anniversaire du lancement de la campagne contre la privatisation d’une partie du Parc du Mont-Orford. Depuis le gouvernement Charest a été réélu mais dans une situation minoritaire qui fait toute la différence.

La population du Québec a envoyé un message très fort pour demander aux élus d’être à l’écoute. Le dossier du Parc du Mont-Orford a été le plus soutenu de 2006 et c’est le premier test de ce mandat d’écoute.

La Coalition a travaillé systématiquement pour se faire entendre auprès des représentants des trois formations politiques et c’est avec une très grande satisfaction que nous rapportons un progrès extrêmement significatif.

Le nouveau consensus est sanctionné par la ministre Line Beauchamp et par l’ensemble des intervenants :

pas de privatisation
pas de condos
De plus on doit applaudir la décision gouvernementale de retirer la gestion du centre de ski et du terrain de golf des mains du promoteur L’Espérance qui fait pression depuis des années pour obtenir l’autorisation de construire des condos à proximité des pentes de ski. On doit également applaudir la décision ministérielle de confier la gestion intérimaire des installations à la SEPAQ, l’organisme para gouvernemental de gestion des parcs. Les pressions à court terme pour improviser des solutions de manière à éviter les impacts économiques négatifs de l’éventuelle fermeture du centre de ski sont ainsi éliminées. La Coalition est également très heureuse qu’on poursuive la démarche d’agrandissement du parc, bien que la Loi 23 ne soit pas nécessaire pour faire ceci.

Alors quel chemin reste-t-il à parcourir pour éliminer complètement les menaces qui ont suscité la création de SOS Parc Orford?

L’abrogation de la loi 23 et le retour des terrains retirés du Parc du Mont-Orford à l’intérieur des limites du parc et sous la juridiction de la Loi sur les parcs.


Une vision consensuelle de la mise en valeur du centre de ski et du terrain de golf dans le respect de l’intégrité territoriale et de la mission de conservation du parc
La ministre accorde un délai de 2 ans à la MRC de Memphrémagog pour créer un consensus autour d’un projet de prise en charge du centre de ski et du terrain de golf. À défaut d’arriver à une solution viable, les installations seront fermées.

Cette directive, sous l’encadrement de la Loi 23, garde la porte ouverte à des dérives qui peuvent intervenir suite aux pressions des milieux économiques. C’est pourquoi la Coalition doit non seulement demeurer vigilante mais aussi devenir partenaire dans la recherche de solutions qui permettront de lever définitivement l’hypothèque de la Loi 23.

Compte tenu du soutien passé de la MRC à la construction de condos à l’intérieur du parc et compte tenu du fait que le statut de parc régional n’offre pas les garanties de conservation d’un parc national, la Coalition demeure sur le qui-vive.

Par contre, c’est avec beaucoup d’espoir que la Coalition assiste à la réconciliation entre le maire du Canton d’Orford, qui a défendu avec beaucoup de vigueur l’intégrité territoriale du Parc du Mont-Orford, et le maire de Magog qui soutenait activement le projet de développement à l’intérieur du Parc et qui a récemment changé d’opinion.

Si on ajoute à ce revirement l’ouverture d’esprit de la ministre responsable du dossier, le travail énergique de l’ADQ pour mettre fin au processus de vente et l’appui indéfectible du Parti Québécois à l’abrogation de la loi 23, les perspectives d’une victoire décisive n’ont jamais été meilleures.

Ce jeudi 10 mai, au premier jour de la session parlementaire du gouvernement qui vient d’être élu, le Parti québécois a déposé une motion pour l’étude de l’abrogation de la loi 23. Cette motion de dépôt a été adoptée à l’unanimité mais, selon les règles parlementaires, c’est au gouvernement Charest de décider quand elle sera étudiée. La table est mise.

C’est dans cette perspective que la Coalition continue de solliciter votre appui pour que, dans un avenir le plus rapproché possible, nous puissions tous célébrer la victoire, soit lorsque les 458 ha seront réintégrés au Parc et qu’aucun condo ne pourra être construit. Et ceci, avec la satisfaction d’avoir bien rempli notre mission démocratique et citoyenne.
Yves Kaku Décosse
Yves Décosse
Membre
 
Messages: 336
Inscrit le: 2005-11-22, 19:21

Messagepar Raymond Cyr » 2007-05-24, 19:08

----- Original Message -----
From: Desrochers, Mélanie
To:
Sent: Thursday, May 24, 2007 1:32 PM
Subject: Orford: une lettre à envoyer à la ministre Beauchamp

Bonjour,

SOS Parc Orford demande votre coopération afin d’envoyer rapidement le plus de lettres possible à la ministre Beauchamp (MDDEP) afin que le gouvernement abroge définitivement la Loi 23.
Bien que les terres ne soient pas vendues, elles ne sont pas réintégrées au Parc national à moins d’une abrogation de la Loi.

Merci d’envoyer la lettre ci-jointe (que vous aurez modifié avec votre signature ou celle de votre association) à :

Madame Line Beauchamp
Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs
Édifice Marie-Guyart, 30e étage
675, boul. René-Lévesque Est
Québec (Québec)
G1R 5V7

Et/ou par courriel : line.beauchamp@mddep.gouv.qc.ca

Avec une copie (cc) à SOS Parc Orford svp : desrochers.melanie@uqam.ca


Un gros merci au nom de SOS Parc Orford!

Mélanie

Mélanie Desrochers, geog. M.Sc.
Responsable de la commission Aires protégées
Nature Québec / UQCN
Tél. 514 987 3000 #2357
desrochers.melanie@uqam.ca




Madame Line Beauchamp
Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs
Édifice Marie-Guyart, 30e étage
675, boul. René-Lévesque Est
Québec (Québec)
G1R5V7

Objet : Abrogration de la Loi 23

Madame Beauchamp,

Nous vous remercions d’avoir entendu la population en mettant fin à la vente des 458 ha du Parc national du Mont-Orford. Ce signe d’ouverture est encourageant pour la grande majorité de la population québécoise qui tient au le respect de l’intégrité territoriale de tous les parcs nationaux.

Toutefois, nous souhaitons souligner à quel point il est fondamental de revoir ces terres réintégrées dans le Parc, en signe de respect pour la société civile qui a créé cette aire protégée en 1938. Pour ce faire, nous vous demandons d’abroger la Loi 23 afin :

1) De retourner les 458 ha à l’intérieur du Parc national du Mont-Orford;
2) D’annuler la vente de façon définitive;
3) De gérer toute forme de développement sous l'encadrement de la Loi sur les Parcs.

Dans l’espoir de voir le gouvernement répondre à l’appel de la population qui demande le respect de l’intégrité de tous les parcs nationaux, et ce pour les générations à venir.


Nom,
Signature
Association (s’il y a lieu)
Adresse de retour
Raymond Cyr
Ki Otipemisiwak /Moi, de ceux des gens libres
Li Esprit, not criâteure, li courage mi yi nawn, paray chee i tayh ta maw.
Esprit, notre créateur, donne-nous le courage d'être une seule pensée.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar Yves Décosse » 2007-06-09, 22:20

Le samedi 09 juin 2007


Une invitation pour SOS Parc Orford et le CREE




SOS Parc Orford et lel Conseil régional de l'environnement de l'Estrie pourraient maintenant faire partie du comité qui cherche une solution au développement harmonieux du parc Orford.
Archives La Tribune, Frédéric Côté

Le conseil exécutif de la MRC de Memphrémagog ouvre la porte à une participation de la coalition SOS Parc Orford et du Conseil régional de l'environnement de l'Estrie au comité de parrainage appelé à trouver une solution consensuelle pour relancer la station Mont-Orford.

Lors d'une rencontre tenue vendredi matin, les membres du conseil exécutif de la MRC ont décidé de recommander au conseil des maires de lancer une invitation aux deux organismes.

Toutefois, dans un communiqué émis par la suite, les participants à la rencontre ont bien précisé "que toutes les organisations invitées à se joindre au comité de parrainage devront travailler en concertation dans une démarche qui sera préalablement entérinée par l'ensemble des maires de la MRC lors de la séance du 20 juin".

Or on ignore pour le moment de quelle manière exactement sera conduite cette démarche. Une des rares conditions connues du public est la durée maximale pour en arriver à une solution, soit deux ans.

"Ce que nous ferons ne pourra être fondamentalement différent de ce que Québec attend de nous. Nous avons maintenant beaucoup de latitude, mais nous avons eu un mandat", se contente pour le moment de déclarer le préfet de la MRC de Memphrémagog, Roger Nicolet.

La semaine dernière, il avait cependant été plus loin en affirmant que SOS Parc Orford paraissait avoir une position incompatible avec la démarche qui s'engage. Le coordonnateur de ce regroupement, Claude Dallaire, avait affirmé qu'il n'était pas question d'entériner un projet de relance si les terres exclues du parc national du Mont-Orford n'étaient pas réintégrées à celui-ci.

Mais une autre membre influente de la coalition, Gisèle Lacasse-Benoit, se montre moins radicale. "On travaille toujours très fort pour obtenir la réintégration des terres sorties du parc. Mais on a aussi comme priorité de participer aux travaux du nouveau comité. C'est une très bonne nouvelle qu'on soit prêt à nous inclure. Notre opinion a de l'importance", dit-elle.

Pour montrer la bonne foi de SOS Parc Orford, elle confie que la coalition ne serait pas opposée à la construction d'une auberge, au pied du mont Orford, si elle était gérée par la SÉPAQ.

"Il est certain qu'il serait préférable de ne faire aucune construction dans le parc. Mais la station Mont-Orford est un pôle économique. Une auberge serait une concession pour nous", explique Mme Lacasse-Benoit, en soulignant qu'un développement hors parc serait une autre solution.

Quant à Jean-Guy Dépôt, président du Conseil régional de l'environnement de l'Estrie, il précise d'emblée qu'il ne sera pas question pour lui d'accepter n'importe quel projet de relance. Il pense par contre que l'approche écologiste rejoint de plus en plus d'intervenants parmi ceux mobilisés par ce dossier.

Ajoutons que le conseil des maires, la Chambre de commerce et d'industrie Magog-Orford, l'Association des gens d'affaires d'Orford, les travailleurs de la station Mont-Orford ainsi que Tourisme Cantons-de-l'Est devraient également être représentés au comité de parrainage.

www.cyberpresse.ca/article/20070609/CPA ... ACTUALITES
Yves Kaku Décosse
Yves Décosse
Membre
 
Messages: 336
Inscrit le: 2005-11-22, 19:21

Messagepar Yves Décosse » 2007-06-13, 21:50

Le mercredi 13 juin 2007


Orford: Québec prêt à réintégrer les terres exclues


Jocelyne Richer

Presse Canadienne

Québec

Le gouvernement Charest est prêt à réintégrer dans le parc national du Mont-Orford les 459 hectares de terrains qui en avaient été exclus, si tel est le voeu de la région.


«La solution ne peut pas être dictée à partir de Québec. La solution doit naître dans la région», a dit la ministre du Développement durable et des Parcs, Line Beauchamp, mercredi, en point de presse, à la suite d'une sortie de la coalition SOS Parc Orford.

«Je ne ferme pas la porte» à la demande de la coalition, a-t-elle ajouté, insistant pour dire que Québec se rendrait «à la volonté de la région».

La coalition SOS Parc Orford, l'Action démocratique et le Parti québécois font front commun pour demander au gouvernement de réintégrer dans le parc national les terrains qui en avaient été exclus.

Même si le gouvernement a écarté la privatisation partielle du parc, l'opposition et le groupe régional poursuivent leur lutte, parce que la loi 23 permet toujours, en théorie, la construction de condos au pied de la montagne, une hypothèse que rejette la coalition.

L'ADQ et le PQ menacent même de forcer le gouvernement à abroger la loi, mais évitent pour l'instant de lui lancer un ultimatum.

Ce qui importe pour la ministre, c'est que la décision résulte d'un large consensus régional, issu de la table de concertation mise sur pied dans ce dossier.

La table de concertation, pilotée par la MRC de Memphrémagog, a deux ans pour proposer un projet récréotouristique pour le parc.

Le député péquiste Stéphane Bergeron et le député adéquiste Claude Roy ont fait pression pour que la ministre Beauchamp réintègre les 459 hectares de terrains dans le parc national.

Le PQ a déjà déposé un projet de loi visant l'abrogation de la loi 23, mais l'ADQ ne s'est pas encore engagée à appuyer cette pièce législative.

www.cyberpresse.ca/article/20070613/CPA ... ACTUALITES
Yves Kaku Décosse
Yves Décosse
Membre
 
Messages: 336
Inscrit le: 2005-11-22, 19:21

Messagepar Raymond Cyr » 2007-06-14, 13:13

Case postale 120, Bonsecours (Québec) Canada JOE 1HO

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE


Consensus sur l’avenir du Parc du Mont-Orford :


La montagne et les terrains exclus doivent réintégrer le parc
Orford, le 13 juin 2007


– La ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs du Québec, madame Line Beauchamp, doit terminer le travail entrepris le 7 mai dernier alors qu’elle mettait fin à l’appel d’offres visant la vente de 459 hectares du Parc national du Mont-Orford, en abrogeant la Loi 23, encore en vigueur actuellement.


Rappelons que la ministre a donné le mandat à la MRC de Memphrémagog d’élaborer un projet récréotouristique à l’intérieur des terres exclues du parc et proposait à la MRC de les louer directement au gouvernement. Les 459 hectares « distraits » ne bénéficient donc plus de la protection de la Loi sur les Parcs, ce qui ouvre grand la porte au développement immobilier au pied et à flan de montagne.


La ministre Beauchamp doit bien comprendre qu’il y a actuellement un consensus tant dans la région de l’Estrie et dans l’ensemble de la population que du côté des partis d’opposition pour réintégrer immédiatement les 459 ha dans le Parc national. En effet, « Réintégrer les terres serait un geste élégant » annonçait récemment Roger Nicolet. Le préfet de la MRC Memphrémagog pense que le gouvernement du Québec gagnerait à réintégrer, dans le parc national du Mont-Orford, les 459 ha de terres qui ont été exclues. « Ce serait la façon la plus élégante de régler la situation. Si cela arrivait on en prendrait acte dans le cadre de nos travaux de concertation ». De plus, le maire de Magog, M. Marc Poulin, a affirmé à la Coalition qu’il ne voyait aucun problème à ce que les terrains retournent dans le parc national. Quand au maire d’Orford, M. Pierre Rodier, il est depuis le début en accord avec le respect de l’intégrité territoriale du parc.


Du côté de l’Assemblée nationale, l’Action démocratique du Québec et le Parti Québécois appuient la Coalition SOS Parc Orford et demandent la réintégration immédiate des 459 ha du Parc national du Mont-Orford.


Dans les derniers jours, la ministre Line Beauchamp a commenté le dossier du projet immobilier en bordure du Parc national des îles de Boucherville en se disant « inquiète et déçue ». Mme Beauchamp se dit déçue en référence au fait qu'il aurait été si simple d'agir bien avant pour la protection de ces territoires, alors que le projet immobilier actuel n'était pas sur la table. Quelle crédibilité donner à cette déception annoncée alors que dans le dossier du Mont-Orford, la situation actuelle favorise une réintégration simple et rapide des 459 ha actuellement exclus du Parc national du même nom et que rien n'est fait?


La ministre Beauchamp, si elle veut être à l’écoute de la population du Québec, doit retourner le plus rapidement possible ces terres à l’intérieur du Parc national pour clore une fois pour toutes le dossier du Mont-Orford; permettant ainsi à la région de connaître les balises sur lesquelles les travaux du comité de la MRC doivent se baser. Sans quoi, la Coalition SOS Parc Orford se verra dans l’obligation d’en faire un dossier chaud pour l’automne 2007.


-30-


AU SUJET DE SOS PARC ORFORD


La coalition SOS PARC ORFORD s’est donnée comme mission de mettre fin aux démarches de vente d’une partie du Parc. Elle regroupe les partenaires principaux suivants : La société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), Nature Québec / UQCN, CREE, Regroupement Orford pour un parc sans condos, auxquels s’ajoutent plus de 80 000 citoyens et citoyennes du Québec.


SOURCE : COALITION SOS PARC ORFORD / www.sosparcorford.org
Information : Claude Dallaire, 819-578-7083
Raymond Cyr
Ki Otipemisiwak /Moi, de ceux des gens libres
Li Esprit, not criâteure, li courage mi yi nawn, paray chee i tayh ta maw.
Esprit, notre créateur, donne-nous le courage d'être une seule pensée.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar Yves Décosse » 2007-09-08, 13:16

Infolettre 7 septembre 2007

Nouvelles du Mont-Orford

Bonjour,

Le dossier du Parc du Mont-Orford fait partie de ces dossiers qu’on voulait régler avant de partir en vacances, mais qui n’est malheureusement pas résolu. Les perspectives sont bonnes, mais il faut le conduire à terme et la Coalition SOS Parc Orford sollicite la participation des sympathisants pour démontrer que la population veille à ce que les décisions appropriées soient prises.

En bref
La ministre Beauchamp a mandaté la MRC de Memphrémagog pour qu’elle produise un projet de mise en valeur des installations existantes de ski et de golf. Malgré les déclarations de la ministre sur la conservation de la propriété publique de la montagne, les 458 hectares demeurent exclus du Parc et il est toujours possible de construire des condos. SOS Parc Orford est maintenant représenté sur le comité de la MRC Memphrémagog.

Votre participation


Réunion des sympathisants


Samedi 22 septembre à 10 h
Église St-Patrice de Magog (sous-sol)
115, rue Merry Nord, Magog


Ordre du jour


Position de SOS Parc Orford au comité de parrainage
Recours judiciaires
Actions depuis octobre 2006
Rapport financier




Randonnée sur la montagne

Dimanche 30 septembre


Une bonne occasion pour se réapproprier la montagne avec une activité familiale d’appréciation de la flambée des couleurs. On lance le message que la population est vigilante en s’habillant en VERT.




Au plaisir de vous revoir
Yves Kaku Décosse
Yves Décosse
Membre
 
Messages: 336
Inscrit le: 2005-11-22, 19:21

Messagepar mitakuye oyasin » 2007-10-25, 07:28

Infolettre 19 octobre 2007

Nouvelle pétition pour la réintégration des terrains à l’intérieur du Parc Orford


Bonjour Danielle Robineau,

Bien que la ministre ait pris l’engagement de maintenir dans le domaine public les 459 hectares exclus du Parc national du Mont-Orford, rien n’a été fait pour réintégrer les terrains à l’intérieur du parc. Le statut de parc national est nécessaire pour assurer la protection à long terme de ce patrimoine régulièrement convoité par les promoteurs immobiliers.


Cette situation laisse encore ouverte la possibilité d’y construire jusqu'à 750 unités d’habitations (condos, hôtels, maisons privées, chalets, piscines, etc.). La MRC Memphrémagog a obtenu un mandat de 2 ans pour produire un projet récréotouristique.

La Coalition SOS Parc Orford poursuit sa lutte pour protéger l’intégrité territoriale du Mont Orford et demande à l’Assemblée nationale de réintégrer immédiatement les 459 hectares exclus du parc afin d’en assurer la conservation pour les générations futures.


Pétition en ligne

Pétition à imprimer



À cet effet la Coalition lance une deuxième pétition. Nous vous demandons de signer cette pétition et de la faire circuler dans votre entourage et dans vos réseaux.

Nous comptons toujours sur votre appui.


Nous apprécions recevoir vos commentaires. Nous les lisons avec beaucoup d'intérêt même si nous n'avons pas les ressources pour entretenir des échanges.


Écrivez à


sosparcorford@gmail.com






L'équipe de SOS PARC ORFORD
Avatar de l’utilisateur
mitakuye oyasin
Membre
 
Messages: 1873
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09
Localisation: Cookshire Qc

Messagepar Raymond Cyr » 2007-10-31, 17:33

LES 30 ANS DES PARCS NATIONAUX DU QUÉBEC: maturité ou crise de la trentaine?


Québec, 23 novembre 2007 | Hôtel Delta Québec


Trente ans après l’adoption par le gouvernement du Québec de la Loi sur les parcs,le réseau des parcs nationaux du Québec compte aujourd’hui 22 parcs, établis en vertu des standards de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) et
occupant une superficie d’environ 6 404km2. Ces parcs assument un rôle de conservation et de protection permanente de territoires représentatifs des 43 régions naturelles du Québec ou, encore, de sites naturels à caractère exceptionnel, notamment en raison
de leur diversité biologique. Ils sont également accessibles au public à des fins d’éducation et de récréation extensive.

Nature Québec entend profiter de cette année anniversaire pour inviter, le 23 novembre prochain à Québec (Hôtel Delta Québec), les principaux acteurs impliqués dans la gestion des parcs, et ce, pour la première fois en 30 ans. Le Rendez-vous sur les parcs se veut un lieu d’échanges visant à dresser un bilan des trente dernières années, mais aussi visant à identifier les actions oncrètes qui garantiront l’avenir des parcs et qui permettront au Québec de se doter, au cours des prochaines années, de nouveaux parcs.

Pour ce faire, Nature Québec vous propose de venir échanger avec un panel d’invités représentatifs des forces en présence et des enjeux soulevés autour de quatre thèmes, soit :
Le rayonnement des parcs nationaux du Québec :
quand on se compare, on se désole ou on se console ?
Si, pour la majorité des Québécois, le réseau des parcs nationaux du Québec constitue une véritable source de fierté et de plaisir, comment se situe-t-il par rapport à l’ensemble du réseau canadien, mais aussi vis-à-vis de notre voisin états-unien et des Européens ?
L’actuel cadre législatif assure-t-il un bon degré de protection des parcs ?

Parc national du Mont-Orford : comment s’assurer que cela ne se reproduise pas ailleurs ?

Au cours des deux dernières années, le parc national du Mont-Orford a été au centre d’un véritable bras de fer entre le gouvernement du Québec et de nombreux groupes environnementaux et citoyens fermement opposés aux projets de développement proposés.

Aujourd’hui, que devons-nous retenir de ce qui s’est passé à Orford?

Les menaces ont-elles vraiment disparus? Que pouvons-nous faire à l’avenir pour éviter d’autres Orford? Quel genre de développement compatible avec la Loi sur les parcsfaut-il encourager?

Les voisins des parcs nationaux : alliés ou ennemis?

Les parcs sont des territoires bénéficiant normalement d’un bon degré de protection pour les générations actuelles et futures. Il existe des mesures pour assurer leur intégrité écologique. Où en sommes-nous avec ces mesures ?

Qu’arrive-t-il lorsque des projets (immobiliers, touristiques, forestiers, miniers, etc.) sont menés en périphérie immédiate
et menacent l’intégrité même des parcs ? Y a-t-il lieu de développer, comme ailleurs dans le monde, des zones tampons ? Ou existe-t-il d’autres avenues pour assurer une transition harmonieuse entre un parc national et les milieux environnants ?
Comment compléter le réseau des parcs nationaux du Québec ?
Dans le contexte social et politique actuel, comment le Québec peut-il parvenir à compléter dans les meilleurs délais un réseau de parcs qui satisfasse à la fois aux normes de protection internationales, à la représentativité des milieux naturels les plus intéressants et à l’intérêt collectif, tout en disposant pour ce faire des ressources nécessaires ?


Nous espérons vivement vous compter parmi nous !


Michel Bélanger, président, Nature Québec



En raison de l’impact connu et reconnu de certains
modes de transport sur les changements climatiques,
priorisez celui qui est le mieux adapté à cette journée
«Verte » mais aussi le plus économique.

Hôtel Delta Québec
690, boulevard René-Lévesque Est
Québec (Québec) G1R 5A8
Tél. : 418 647-1717
Sans frais : 1 888 884-7777
www.deltaquebec.com

Nous vous informons que le stationnement de
l’Hôtel Delta coûte 22 $ pour la journée.

Pour tout renseignement
Nature Québec
Téléphone : 418 648-2104, poste 2053
Télécopieur : 418 648-0991
Courriel : alexandre.archer@naturequebec.org
Site Internet : www.naturequebec.org/30ansparcs


Les activités de l’événement sont conçues et réalisées
dans le but de minimiser l’enfouissement des déchets
produits en réduisant l’utilisation de matières et en
favorisant la mise en valeur des matières résiduelles.
Notre engagement, en partenariat avec
l’Hôtel Delta Québec :
■ Aucune portion individuelle
■ Aucune vaisselle jetable
■ Contenants de tri dans chaque salle
■ Économie d’électricité
■ Recyclage du papier et du plastique
■ Limitation de l’utilisation du papier
Un événement « Zéro déchet »
Imprimé sur du papier Enviro100 contenant 100 % de fibres postconsommation.


RENDEZ-VOUS SUR LES PARCS

Le Rendez-vous sur les parcs est réalisé avec
le soutien financier de La Fondation EJLB
Photos : Pierre Bernier, et JeanPierreHuard.
Photo : Jean-Pierre Huard
Photo : Jean-François Bergeron
Photo : Jean-Sébastien Perron Photo : Mathieu Dupuis
Québec, 23 novembre 2007
Hôtel Delta Québec
690, boulevard René-Lévesque Est
8h15 – 9h00 Accueil et inscription
9h00 – 9h15 Discours inaugural
Michel Bélanger, président de Nature Québec
9h15 – 9h35 Conférence d’ouverture, à confirmer
9h35 – 10h45 Le rayonnement des parcs nationaux du Québec :
quand on se compare, on se désole ou on se console ?
Laurent Bourdeau, directeur, Département de management, Université Laval
Normand Cazelais, géographe et journaliste
Raymond Desjardins, vice-président, Parcs Québec, Sépaq
Harvey Locke, conseiller principal à la conservation, SNAP-National et
membre de la Commission mondiale des aires protégées de l’UICN
10h45 – 12h00 Parc national du Mont-Orford :
comment s’assurer que cela ne se reproduise pas ailleurs ?
Suzanne Comtois, présidente, Coalition SOS parc Orford
Jean-Marc Girard, ancien directeur, Parc national du Mont-Orford
à confirmer, Aventure Écotourisme Québec
 25 $ Étudiants, représentants d’ONG ou
membres affiliés et individuels de Nature Québec
 45 $ Autres
NUMÉRO DE LA CARTE : ______________________________________________________________________________________ DATE D’EXPIRATION : ________________________________
NOM DU DÉTENTEUR : ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________
SIGNATURE : ______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
______________________________________________________________________________________
 Visa  Master Card

J’effectue mon versement par :
 Chèque  Mandat-poste
Veuillez libeller votre chèque ou mandat-poste à l’ordre de
Nature Québec et l’expédier à l’adresse indiquée ci-dessus.
 Je désire recevoir une facture au nom de mon organisme.
 Je désire que la facture soit acheminée à l’adresse suivante :
Fiche d’inscription
Remplissez cette fiche et retournez la par télécopieur au
(418) 648-0991 ou, par courrier à Nature Québec,
870, avenue De Salaberry, bureau 207, Québec (Qc) G1R 2T9
PRÉNOM : ________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
NOM : ____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
FONCTION : ______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
ORGANISME : _____________________________ _______________________________________________________________________________________________________________________________
ADRESSE : _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
VILLE : __________________________________________________________________________________ CODE POSTAL : _______________________________________________________________
TÉLÉPHONE: _____________________________ ________________________________________________TÉLÉCOPIEUR : ______________________________________________________________
COURRIEL: _______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
12h00 – 13h15 Dîner
13h15 – 14h45 Les voisins des parcs nationaux : des alliés ou des ennemis ?
Simone Fabre, présidente, Corporation des Amis du Parc du Mont Tremblant et
vice-présidente du CRE Laurentides
Patrick Graillon, coordonnateur à la conservation, vice-présidence, Parcs Québec, Sépaq
Jean Hubert, co-responsable de la Commission Aires protégées, Nature Québec
Marie-Odile Trépanier, professeure, Institut d’urbanisme, Université de Montréal
14h45 – 15h00 Pause
15h00 – 16h35 Comment compléter le réseau des parcs nationaux du Québec ?
Louis Bélanger, responsable de la Commission Forêt, Nature Québec
Anne Fontaine, consultante en gestion de l’eau et des milieux aquatiques
Serge Fortin, préfet de la MRC du Témiscouata
Jean-François Gagnon, directeur général, SNAP-Québec
16h35 – 16h50 Synthèse de la journée
Mélanie Desrochers, co-responsable de la Commission Aires protégées, Nature Québec
16h50 – 17h00 Discours de clôture
Michel Bélanger, président, Nature Québec
17h00 – 19h00 Cocktail
Cérémonie de remise des prix de la 5e édition du concours de photo Québec Couleur Nature
LES 30 ANS DES PARCS NATIONAUX DU QUÉBEC:
maturité ou crise de la trentaine?
RENDEZ-VOUSSUR LES PARCS
Le nombre de places étant limité, veuillez vous inscrire avant le 16 novembre 2007. Merci !
Photo : Jean-Sébastien Perron
Photo : Mathieu Dupuis
Photo : Steve Deschenes
Photo : Fred Klus Photo : Jean-Pierre Huard Conception graphique : Corsaire design édition
Raymond Cyr
Ki Otipemisiwak /Moi, de ceux des gens libres
Li Esprit, not criâteure, li courage mi yi nawn, paray chee i tayh ta maw.
Esprit, notre créateur, donne-nous le courage d'être une seule pensée.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar Raymond Cyr » 2007-11-08, 17:42

COMMUNIQUÉ

Pour diffusion immédiate





Rendez-vous sur les parcs
Les 30 ans des parcs nationaux du Québec :
maturité ou crise de la trentaine ?

On n'a pas tous les jours… 30 ans !

Québec, le 8 novembre 2007 — Le réseau des parcs nationaux du Québec vient d’avoir trente ans. Pour Nature Québec, impliqué dans ce dossier depuis sa création, le trentième anniversaire de la Loi sur les parcs est une excellente occasion pour dresser le bilan et préparer l’avenir des parcs nationaux du Québec. Pour ce faire, Nature Québec donne rendez-vous à ceux et celles que la question des parcs nationaux intéresse, le 23 novembre prochain, à l’hôtel Delta de Québec (www.naturequebec.org/30ansparcs/).

Le rendez-vous Les 30 ans des parcs nationaux du Québec : maturité ou crise de la trentaine ? s’articule autour des quatre thèmes suivants, soit : (1) Le rayonnement des parcs nationaux du Québec : quand on se compare, on se désole ou on se console ?, (2) Parc national du Mont-Orford : comment s’assurer que cela ne se reproduise pas ailleurs ?, (3) Les voisins des parcs nationaux : alliés ou ennemis ? et (4) Comment compléter le réseau des parcs nationaux du Québec ? Ce rendez-vous est un lieu privilégié d’échanges qui réunira plusieurs des acteurs impliqués dans la réflexion et la gestion des parcs nationaux. Parmi eux, soulignons la participation de :



Jacques Schroeder, professeur, département de géographie, Université du Québec à Montréal (UQÀM)

Laurent Bourdeau, directeur, Département de management, Université Laval

Raymond Desjardins, vice-président, Parcs Québec, Sépaq

Normand Cazelais, géographe et journaliste

Harvey Locke, conseiller principal à la conservation, SNAP-National et membre de la Commission mondiale des aires protégées de l’UICN

Suzanne Comtois, porte-parole, Coalition SOS parc Orford

Jean-Marc Girard, ancien directeur du parc national du Mont-Orford

Simone Fabre, présidente, Corporation des Amis du Parc du Mont-Tremblant et vice-présidente du CRE Laurentides

Patrick Graillon, coordonnateur à la conservation, vice-présidence, Parcs Québec, Sépaq

Marie-Odile Trépanier, professeure, Institut d’urbanisme, Université du Québec à Montréal (UQÀM)

Pierre Gaudreault, directeur général, Aventure Écotourisme Québec

Louis Bélanger, responsable de la commission Forêt, Nature Québec

Anne Fontaine, consultante en gestion de l’eau et des milieux aquatiques

Serge Fortin, préfet de la MRC du Témiscouata

Jean-François Gagnon, directeur général, SNAP-Québec



Nous espérons vivement vous compter parmi nous !



— 30 —



Nature Québec (www.naturequebec.org) est un organisme national à but non lucratif qui
regroupe près de 5000 individus et 100 groupes affiliés œuvrant dans les domaines de
l'environnement et du développement durable. Fondé en 1981, l’organisme s’est
prononcé publiquement au cours des années sur un grand nombre de questions
environnementales, dont les aires protégées, l’agriculture, l’exploitation forestière
et le développement énergétique.



Information :

Mylène Bergeron, coordonnatrice aux communications et aux sollicitations

Tél. : (418) 648 – 2104 poste 2074 ou (418) 933-2031, communications@naturequebec.org






Isabelle Martel, secrétaire administrative
conservons@naturequebec.org

Devez-vous vraiment imprimer ce courriel ? Pensons à l'environnement ...

Nature Québec
870, avenue De Salaberry, bureau 207, Québec (Québec) G1R 2T9
Tél. (418) 648-2104 poste 2070 — Téléc. (418) 648-0991
www.naturequebec.orgwww.francvert.org

AVIS : Le présent message est à l'usage exclusif de son destinataire et peut contenir des renseignements de nature privilégiée et confidentielle. Il est strictement interdit à toute autre personne de le diffuser, le distribuer ou le reproduire. Si ce message vous a été transmis par erreur, veuillez en informer l'expéditeur et le supprimer immédiatement.
Raymond Cyr
Ki Otipemisiwak /Moi, de ceux des gens libres
Li Esprit, not criâteure, li courage mi yi nawn, paray chee i tayh ta maw.
Esprit, notre créateur, donne-nous le courage d'être une seule pensée.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar Yves Décosse » 2007-11-22, 14:48

Le jeudi 22 novembre 2007


La Coopérative du Mont-Orford n'abandonne pas

Jean-François Gagnon

La Tribune

Magog


Malgré que l'avenir de la station Mont Orford soit devenu un sujet moins chaud, des gens continuent à s'activer en vue d'assurer la pérennité de l'entreprise.

C'est le cas des dirigeants de la Coopérative de solidarité du Mont-Orford, qui tiendra sa première véritable assemblée générale annuelle dimanche.

Les membres de la Coopérative du Mont-Orford sont conviés directement au chalet du centre de ski, où une salle a été louée. La rencontre doit commencer à 13 h. On prévoit faire le point sur l'avancement du dossier Mont-Orford et rediscuter du projet de la coopérative.

"On veut valider ce que les gens pensent de la situation actuelle", indique le vice-président de l'organisation, André Martin, qui est convaincu que les membres restent déterminés à foncer.

Il sera question du nombre de membres que compte la Coopérative de solidarité du Mont-Orford lors de l'assemblée générale. Éventuellement, il pourrait être décidé de révéler combien de parts sociales à 200 $ pièce ont été vendues.

L'an dernier, des gens avaient été étonnés de la décision de l'entreprise de ne pas dévoiler ce nombre. Pour certains, cela tendait à démontrer que la réponse du public n'était pas à la hauteur des attentes et que, sans doute, la coopérative n'avait pas les reins suffisamment solides pour acquérir la station.

André Martin assure aujourd'hui que la Coopérative du Mont-Orford n'a jamais été en aussi bonne posture. "Il a déjà été question d'une vente de la station pour 20 millions $. Mais ce chiffre a nettement diminué et ça nous avantage."

Le vice-président de la coopérative rappelle d'ailleurs que la Caisse d'économie solidaire de Québec reste un partenaire de son organisation. Elle serait également rassurée par le nouveau contexte.

"Notre projet est plus actuel que jamais. Les centres de ski sont de plus en plus gérés par des coopératives ou des OSBL. Deux experts l'ont d'ailleurs souligné lors de leur passage devant le comité de relance de la station Mont-Orford récemment", déclare André Martin.

Il déplore cependant le "manque de transparence" du comité de relance, au sein duquel son organisation aurait apprécié détenir un siège. "Ça nous fatigue un peu. On ne sait plus vraiment où en est rendu le dossier présentement."

Et si la coopérative aspire encore à exploiter la station de ski, elle continue de privilégier la réintégration des terres exclues du parc national à l'intérieur de cette aire protégée.

http://www.cyberpresse.ca/article/20071 ... ACTUALITES
Yves Kaku Décosse
Yves Décosse
Membre
 
Messages: 336
Inscrit le: 2005-11-22, 19:21

PrécédentSuivant

Retour vers Notre Avenir

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron