la population métisse a des problèmes de santé chronique

Programmes pour handicapés, adaptation des logements.

la population métisse a des problèmes de santé chronique

Messagepar chune » 2009-02-19, 11:04

Canada. Plus de 50 % de la population métisse a des problèmes de santé chronique

Image

http://www.tolerance.ca/Article.aspx?ID=35724&L=fr&sc=1


Les problèmes de santé chroniques les plus souvent déclarés chez les adultes métis étaient l'arthrite ou les rhumatismes, l'hypertension artérielle et l'asthme. Dans les trois cas, les proportions étaient plus élevées chez les Métis que dans l'ensemble de la population, après correction pour tenir compte des effets attribuables à l'âge.

En 2006, un peu plus de la moitié (54 %) de tous les Métis de 15 ans et plus ont déclaré qu'ils avaient reçu un diagnostic de problème de santé chronique, soit environ la même proportion qu'en 2001.

Environ 14 % des Métis ont dit souffrir d'asthme, ce qui représente près du double de la proportion de 8 % pour l'ensemble de la population, tandis qu'environ 7 % des Métis ont indiqué qu'ils souffraient de diabète, comparativement à 4 % pour la population totale.

Un peu plus du cinquième (21 %) de la population métisse a déclaré avoir de l'arthrite ou des rhumatismes, et 16 % ont parlé d'hypertension artérielle, comparativement à 13 % et à 12 % respectivement pour l'ensemble de la population.

Ces proportions chez les Métis étaient semblables à celles qui avaient été déclarées en 2001. Les femmes métisses étaient légèrement plus portées que les hommes à indiquer qu'elles avaient au moins un problème de santé chronique, et elles étaient également plus susceptibles de déclarer qu'elles avaient deux problèmes de santé chroniques ou plus.

Un problème de santé chronique a été défini comme un problème de santé qui a été diagnostiqué par un professionnel de la santé et qui a duré (ou qui devrait durer) six mois ou plus. La santé relative d'une population peut se mesurer par l'ampleur de certains problèmes de santé chroniques.

Selon les données du Recensement de 2006, 389 785 personnes se sont identifiées comme Métis, en hausse de 33 % par rapport à cinq ans plus tôt. Les Métis représentaient 33 % des 1 172 790 personnes ayant déclaré une identité autochtone. En 2006, l'âge médian des Métis était de 30 ans, soit 9 ans de moins que celui de la population totale.

Les renseignements sur les enfants de 6 à 14 ans ont été fournis par les parents ou les tuteurs de plus de 5 000 enfants métis. Les données sur les personnes de 15 ans et plus étaient tirées des réponses d'environ 9 000 Métis. Les résultats relatifs à la santé de la population canadienne de 15 ans et plus peuvent être obtenus dans l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes de 2005.

Problèmes de santé chroniques selon l'âge

Dans la plupart des groupes d'âge, les Métis étaient plus nombreux que l'ensemble de la population à déclarer avoir reçu un diagnostic de problème de santé chronique. Dans la plupart des cas, la proportion de Métis souffrant d'un problème de santé chronique représentait le double de celle de la population totale.

L'asthme était le problème de santé chronique le plus souvent déclaré chez les adolescents métis de 15 à 19 ans, qui ont dit en souffrir dans une proportion de 20 %. Ce taux représentait près du double de la proportion de 11 % pour l'ensemble de la population du même groupe d'âge.

Chez les Métis du groupe de 45 à 54 ans, 32 % ont dit qu'ils souffraient d'arthrite ou de rhumatismes, et 24 %, d'hypertension artérielle. Les proportions correspondantes pour l'ensemble de la population se situaient à 17 % et à 16 % respectivement.

Chez les aînés métis de 65 ans et plus, la prévalence de l'arthrite ou du rhumatisme et de l'hypertension artérielle était semblable à celle de l'ensemble de la population. Un peu plus de la moitié (52 %) des ainés métis ont déclaré qu'ils avaient reçu un diagnostic d'arthrite ou de rhumatismes, alors qu'un peu moins de la moitié (48 %) ont déclaré souffrir d'hypertension artérielle. En comparaison, 46 % des aînés de la population totale ont déclaré avoir de l'arthrite ou des rhumatismes, et 44 % ont dit faire de l'hypertension artérielle.

Autoévaluation de la santé des Métis

Les répondants ont dû évaluer leur état de santé sur une échelle de 5 points allant de faible à excellent. En 2006, 58 % des adultes métis ont déclaré que leur santé était excellente ou très bonne, soit le même pourcentage qu'en 2001. L'autoévaluation de la santé était semblable chez les hommes et les femmes.

La population totale de 35 ans et plus a déclaré être en excellente ou en très bonne santé plus souvent que la population métisse. Par exemple, 52 % de l'ensemble de la population de 55 à 64 ans a jugé avoir une excellente ou une très bonne santé, comparativement à 40 % des Métis de la même tranche d'âge. Cependant, chez les jeunes de 15 à 19 ans, 75 % des Métis ont indiqué que leur santé était excellente ou très bonne, comparativement à une proportion de 67 % dans l'ensemble de la population.

La majorité (84 %) des enfants métis de 6 à 14 ans avaient une excellente ou une très bonne santé selon ce qu'ont déclaré leurs parents ou leurs tuteurs, ce qui correspond à peu près au pourcentage enregistré en 2001. Parmi les enfants métis, l'état de santé autoévalué était semblable chez les filles et les garçons.

Utilisation des soins de santé

Environ 81 % des Métis ont indiqué qu'ils avaient accès à un médecin de famille, soit une proportion un peu plus faible que dans l'ensemble de la population. La proportion des hommes métis ayant indiqué avoir accès à un médecin de famille était légèrement inférieure à celles des femmes métisses, à l'instar de la population totale. Les femmes métisses étaient également légèrement plus susceptibles que les hommes d'évaluer l'accès à un médecin de famille comme médiocre.

En 2006, les parents ou les tuteurs de plus de la moitié (54 %) des enfants métis ont indiqué que leurs enfants avaient consulté un pédiatre, un omnipraticien ou un médecin de famille au cours des 12 mois précédant l'enquête.

Un tiers des Métis ont déclaré que des médicaments et des méthodes de guérison et de mieux-être traditionnels étaient offerts dans leur collectivité. Ceux qui vivaient dans les régions urbaines étaient plus susceptibles que les Métis des régions rurales de déclarer que ces méthodes étaient disponibles.

Environ 11 % des adultes métis ont dit qu'ils ont eu besoin de soins de santé à un moment donné pendant l'année précédant l'enquête, mais qu'ils n'en ont pas reçu. Cette proportion était presque identique à celle de la population totale.

Façons d'améliorer la santé

Tant en 2001 qu'en 2006, une forte proportion d'adultes métis, soit environ 7 sur 10, ont déclaré qu'ils considéraient pouvoir faire quelque chose pour améliorer leur santé; le plus souvent, ils ont mentionné «faire plus d'exercice».

Cependant, les Métis ont été moins susceptibles en 2006 qu'en 2001 de déclarer qu'arrêter de fumer était la chose la plus importante qu'ils pouvaient faire pour améliorer leur santé. Cette baisse pourrait être attribuable au fait que bon nombre d'entre eux avaient déjà réduit leur tabagisme. En 2006, 31 % des adultes métis fumaient quotidiennement, en baisse par rapport au taux de 37 % affiché en 2001.

19 février 2009
chune
 

Retour vers Santé, famille, jeunesse

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron