HARPER ET LA CRIMINALITÉ AUTOCHTONE

Programmes pour handicapés, adaptation des logements.

HARPER ET LA CRIMINALITÉ AUTOCHTONE

Messagepar Raymond Cyr » 2006-05-06, 21:10

Mafia gouvernementale


Poing à la ligne - Normand Lester


Harper : La loi, l’ordre et les criminels indiens
par Normand Lester


Le chef des Indiens de Colombie-Britannique a mis le Premier ministre en garde : si le gouvernement conservateur ne trouve pas vite le milliard pour financer les accords de Kelowna, absent du budget Harper, il fera face à des conflits à travers le Canada. Le chantage est on ne peut plus clair.

Pourtant, il n’y a aucune raison de croire que les cinq milliards de dollars de plus sur cinq ans qu’avaient promis les libéraux aux Indiens, aux Métis et aux Inuits, aient pu améliorer de façon significative le sort désespérant des Autochtones. Trudeau lui-même il y a 30 ans croyait que la solution était d’abolir purement et simplement cette vieille loi raciste qu’est la loi sur les Indiens. Il était probablement possible alors de se débarrasser des réserves. Maintenant, ce n’est plus possible. Cela profite à trop aux magouilleurs autochtones et à leurs conseillers blancs qui ont compris comment en exploitant le sentiment de culpabilité ils peuvent extorquer de l’argent. C’est qu’il n’y a pas grand-chose que l’on puisse faire vu l’état de déliquescence qui caractérise les populations indiennes. Quand les gouvernements font face à des situations comme celle-là, que font-ils ? Ils tentent de les enterrer sous des montagnes de dollars.

La vérité est que la plupart des réserves ne sont pas viables et que la détérioration des conditions sociales des Indiens a probablement atteint un point de non-retour.

C’est le cas à Kashechewan dans le Nord de l’Ontario, évacué trois fois depuis deux ans sans que les conditions de vie de ses habitants ne s’améliorent d’un iota. Rappelez-vous aussi celui du village indien de 700 habitants du Labrador où tous les enfants sniffaient du pétrole. Le gouvernement fédéral dépensa 280 millions de dollars — 400 000 dollars par Indien — pour localiser tout le monde dans un nouveau village construit de toutes pièces. Aujourd’hui, la situation est pire qu’avant. Parmi les adolescents, les niveaux d’intoxication et de grossesses se sont accrus tandis que la violence faite aux femmes et aux enfants est toujours aussi généralisée.

Impossible de remédier aux problèmes sociaux des Autochtones à moins d’imposer aux leaders indiens des règles strictes de gouvernance. Disons pudiquement que les libéraux du scandale des commandites étaient plutôt mal placés pour le faire.

Il n’est pas sûr que les conservateurs aient la détermination nécessaire pour faire face aux profiteurs, aux corrompus, aux incompétents et aux criminels qui se sont emparés du gouvernement de nombreuses réserves à travers le Canada. Trop de gens impliqués dans cette industrie fort lucrative qu’on appelle la question autochtone ont avantage à perpétuer la situation. Ces filous vont jouer la politique du pire si le gouvernement fédéral manifeste toute intention de fermer le robinet de l’argent facile.

* * *

Le Premier ministre Harper à aussi l’intention d’investir dans la loi et l’ordre, de mettre de l’argent « pour protéger les communautés et les quartiers de plus en plus menacés par la violence des armes à feu, des gangs et par la drogue ». Quelque cent soixante et un millions de dollars iront à la GRC pour embaucher 1 000 agents additionnels. Le gouvernement va également fournir des armes aux douaniers confrontés à des menaces provenant « d'individus à haut risque, d'armes à feu, d'explosifs et de drogue ».

Cela me semble être des descriptions parfaites de la situation qui règne sur les réserves mohawks du Québec et de l’Ontario dominées par les silk shirts, les criminels qui contrôlent depuis une vingtaine d’années les zones extra-légales mohawks et qui ont démontré leur puissance au cours de la crise d’Oka.

Harper va-t-il vraiment armer les agents de douanes à Akwesasne pour endiguer la criminalité transfrontière qui submerge la réserve : trafic d’armes, de drogue et de cigarettes, immigration clandestine, contrebande, etc. Va-t-il cibler la GRC contre le gang autochtone qui domine Kanesatake et Kanawake ? Dans cette dernière zone de tolérance criminelle, les bandits indiens, associés à la mafia, opèrent en toute impunité dans le plus important casino virtuel de la planète ?

Les criminels Mohawks ont appris, durant la crise d’Oka l’efficacité de la violence. Ils savent de plus qu’ils peuvent compter sur la sympathie de la communauté internationale des « cœurs saignants » qui va nécessairement s’apitoyer sur le sort des « pauvres Indiens soumis au génocide » dans toute confrontation avec la police. Une combinaison gagnante qui a rapporté des millions de dollars à ces crapules.

Si les criminels, les corrompus et les accapareurs autochtones décident de mettre le feu aux poudres pour protéger leurs trafics et leurs magouilles, il n’est pas évident que le gouvernement puisse compter sur l’appui de l’opinion publique canadienne pour leur tenir tête. Le public est toujours disposé à acheter la paix à coups de millions de dollars. Les criminels autochtones le savent.

Harper a peut-être l’intention de lutter contre la criminalité. Mais cela me surprendrait qu’il ait le courage de faire régner la loi et l’ordre sur les zones criminelles mohawks.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar Raymond Cyr » 2006-05-06, 21:11

http://www.journalmir.com/membres/courr ... nale/28.sn

Poing à la ligne - Normand Lester

Harper : La loi, l’ordre et les criminels indiens
par Normand Lester
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar Raymond Cyr » 2006-05-06, 21:14

Mot du lecteur


Réactions à l'article « Harper : La loi, l’ordre et les criminels indiens »


06 mai 2006 - 19 h 25


UNE SEULE JUSTICE ET UNE SEULE APPLICATION DES LOIS AU QUÉBEC
par Léon Labine

Bonjour Mr. Lester , je vous avoue ce qui m’effraie le plus dans l’éventualité d’un Québec souverain , c’est ce pacifisme à outrance qui caractérise nos présents partis politiques Québécois . Nous y voyons la copie conforme du Bloc de Gilles Duceppe , être contre toutes répressions qui pourraient ramener le respect des lois pour tous le monde , sans exception , qui vivent sur le territoire Québécois .

Une grande majorité de Québécois , sont à l’unisson pour dire qu’il y a deux systèmes de justice appliqués au Québec , celle des autochtones et celle des blancs . En ce qui concerne les difficultés sociales des réserves autochtones hors Québec , elles ne se seraient jamais éternisées au Québec car on nous aurait aussitôt traîné sur la scène internationale pour nous accuser d’être un peuple raciste .

Nous avons présentement un projet de loi du gouvernement conservateur , sur le renforcement des peines pour les crimes impliquant des armes à feu , l’armement des douaniers et l’augmentation des effectifs de la G.R.C. ( le Bloc de Gilles Duceppe est contre ) mais il faudra , comme le souligne Mr. Lester , faire respecter cette loi si elle est adoptée dans son intégralité par la chambre des communes , dans les réserves autochtones frontalières de l’est du Canada , sans oublié le renforcement de la sécurité nationale dans nos infrastructures portuaires . Il serait opportun pour le Bloc de Gilles Duceppe , de justifier sa présence et son existence , en appuyant ce projet de loi , conditionnellement à son application sur les territoires autochtones frontaliers .

La volonté et la capacité à faire respecter les lois , par tous les citoyens sans exception faisant parti d’un État , est un incontournable pour un État souverain , s’il ne peut le faire , il ne mérite pas d’être souverain .





06 mai 2006 - 01 h 57


AU FOND...
par louis riopel

Comme nous sommes tous un peu de souche Améridienne.Saurons-nous reconnaitre l'urgence d'agir.J'en doute fort.Nos gouvernants sont si médiocres et les chefs autochtones;tous aussi complice de cupidité que leurs apportenet le pouvoir...Le seul qui a des couilles Matthew Mukash;Il tiendra tête à Patapouffe et ses sbires.Bonne Chance Matthew et bravo à vous Normand Lester d'éveillez nos consciences.Comme l'a cité Vigneault:AU FOND DE MOI-MÊME,Y'A UN INDIEN QUI VEILLE;FAUT QUE J'LE RÉVEILLE AVANT L'ENDORMIR...



05 mai 2006 - 21 h 03


n'oublions pas l'ontologie amérindienne
par jacques albert poitras

ms. lester a parfaitement raison , tant qu'aux

gangsters , de certain conseil de bande , qui exploite , sans vergogne , les plus démunis des

amérindiens.

vrai que l'argent coule a coup de centaines de millions et que , la majorité de ces argents servira a d'autres buts que ceux, pour laquel

elles ont été remises.

le cas des inuit du labrador en est un typique.

ces terres ancestrales spoliées , polluées, irrémédiablement enfouies avec ses arbres sous des centaines de milles d'eau stagnantes , polluées qui sécrètent tranquillement sont vevin de metyl mercure et de méthyl méthane.

y a rien a ajouter a ce drame , ou la majorité des populations de ces villages territoriales,

capitale virtuel d'un royaume ou la métaphysique de l'être humain libre comme l'air et le vent, respectueux des esprits des fôrêts,

et des eaux de l'air et de la pluie, des animaux et des oiseaux , pour qui toutes vie est une chanson du grand manitou , se voit lui aussi mis au rancart d'une marginalité , stressante même dans son clan, ou son village .

la raison aussi vrai pour les uns est aussi fausse pour les autres et le pourcentage ,de population touchée par ces bandits exploiteurs est a peu près le même que chez nous les francophone

québécois.

je doute que vous généralisier là je connais votre OBJECTIVITÉ et votre sens de la mesure

d'accord avec la l'abrogation de la loi sur les indiens , d'accord aussi a ce qu'il y est une rente universel par personne , pour toutes les amérindiens d'un territoire , enfouis ou détruit

qui soit en rapport en pourcentage avec les profits qu'en tire les présidents et les vice présidents hydroquébec, je veux signifier ici

les traditionnalistes en rapport avec les silk skirt-

s.v.p. respectons les autoctones comme il faut

et ils ne le rendrons bien .

je ne crains pas de dire,que mes ancêtres étaient innus et je n'ai pas honte de dire que sur le coté européen voici plus de trois cent ans nous étions de normandie , est que cela fait de moi un français ou bien un i9ndien, ni un ni l'autre , je suis Métis par mes ancêtres et j'en suis fier, (comme beaucoup d'autres québécois et canadiens)

une question avant de finir , qu'elle est la troisième minorité ethnique au CANADA,

réponse les allemands surtout installés en alberta et et au manitoba.

ce serait les autochtones si on y ajoutait les métis d'origine amérindienne.

merci de l'occasion que vous me donner . pour expliquer certains fait.

dialog.ca- site pour ere , education , environnement,et pédagogie ouverte

miguish-merci-jacques



05 mai 2006 - 11 h 20


Plastic Canada
par Georges B. Tremblay

Bravo M. Lester!

Comme c'est bon d'entendre quelqu'un dire les choses comme elles sont!

On vas-tu un jour sortir de ce Canada préfabriqué?

Ce Dysney World coast to coast!

Et ce sont les Québécois qu'on traite de racistes!



04 mai 2006 - 16 h 13


Le cas des Cris
par Charles Courtois

Tout de même, comme l'illustrent les Cris du Québec depuis la Paix des Braves, des solutions sont possibles dans bien des cas.

Au Québec elles passent par une autonomie reconnue sur un territoire restreint mais pas un mouchoir de poche de réserve avec un partage des royautés de l'État sur un territoire un peu plus grand, exactement comme dans le cas des Cris.

C'est tout à fait à notre portée pour les Algonquins et les Montagnais du Québec...

Les villages cris du Québec ne se comparent pas à Kashechewan.

Il n'y a donc pas de fatalité totale.



04 mai 2006 - 14 h 08


La GRC est en laisse!
par Christ

La GRC, section de la douane et de l'assise n'enquête aucunement les réserves. Des consignes "informelles" relevant du politique interdisent aux agents d'aller effectuer des enquêtes et des perquisitions.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar Raymond Cyr » 2006-05-12, 19:53

----- Original Message -----
From: Henriette Germain
To: Raymond Cyr
Sent: Friday, May 12, 2006 4:49 PM
Subject: Censure ?




Curieux. Le billet de Normand Lester La loi, l’ordre et les criminels indiens que tu as reproduit sur le site de la Nation autochtone a été retiré des archives de MIR… J’ai envoyé un message aux rédacteurs pour leur demander où ils l’avaient caché.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar Raymond Cyr » 2006-05-12, 19:56

Peut-être serait Monsieur Bell qui tient à ce que tout soit si beau et merveilleux dans son grand théatre où tout va bien.
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Messagepar marielaptitefrancaise » 2006-05-13, 11:19

Je m'excuse par avance de mon ignorance mais qu'est-il écrit dans cette "Loi sur les Indiens"???

Je n'ais pas trouvé d'information dessus..
Avatar de l’utilisateur
marielaptitefrancaise
Membre
 
Messages: 114
Inscrit le: 2006-05-05, 06:52
Localisation: Immigrée à Gatineau

Loi sur les Indiens

Messagepar Henriette Germain » 2006-05-13, 12:29

Bonjour,

Vous pourrez trouver le texte de la loi à cette adresse :
http://lois.justice.gc.ca/fr/I-5/texte.html

Voici un extrait d’un article écrit par Jean Benoît Nadeau portant sur cette loi. L’article a paru il y a deux ans dans la revue l’Actualité et avait comme titre Abolir la loi sur les indiens?

«La première version de la Loi sur les Indiens, qui remonte à 1869, s'appelait "Acte pourvoyant à l'émancipation des Sauvages et à la meilleure administration des affaires des Sauvages". À l'époque, les "Blancs" estimaient que la condition d'Indien était une tare dont il fallait libérer les autochtones. Ces derniers, considérés comme des mineurs perpétuels, ne pouvaient ni voter ni posséder de terres. Par contre, ils pouvaient s'émanciper (lire: devenir des "Blancs") par le simple fait de voter, de voyager, d'étudier à l'université ou d'exercer une profession libérale. Bref, un Indien instruit ne pouvait pas rester indien.

Dans les réserves, on a dû composer avec le représentant du ministre, l'omnipotent "agent des Indiens", qui administrait jusqu'aux déplacements, distribuait les chèques et pouvait emprisonner sans procès. Cet agent a disparu dans les années 1960 pour être remplacé par des conseils de bande, mais le principe général demeure celui d'une tutelle: les Indiens inscrits au registre vivent toujours sous l'autorité directe de leur ministre. Celui-ci peut, encore aujourd'hui déclarer nul un testament, décider de l'incapacité mentale, d'une mise en tutelle. "Personne n'aime la Loi sur les Indiens, mais c'est elle qui a forgé notre culture depuis 135 ans", dit Gilles O'Bomsawin, grand chef de la réserve abénaquise d'Odanak, au nord de Drummondville. "Sans elle, on serait encore plus mal "amanchés" qu'on l'est aujourd'hui." Car la Loi a tout de même atteint son objectif le plus louable: "protéger" les autochtones contre l'usurpation de leurs terres par les colons, même si cette protection fut minimale la plupart du temps et s'est accompagnée de coûts sociaux et humains devenus exorbitants à la longue.

La Loi sur les Indiens confère certes quelques privilèges, mais encore faut-il être inscrit au registre du gouvernement fédéral. Cette loi crée trois types d'Indiens, en nombre à peu près égal. Le premier tiers des 976 000 autochtones canadiens est constitué des Indiens inscrits au registre et vivant dans une réserve; le deuxième, des Indiens inscrits mais vivant hors réserve; le troisième, des non-inscrits, c'est-à-dire ceux qui se déclarent autochtones au recensement même s'ils ont perdu leur statut pour diverses raisons - par exemple, leur mère s'est mariée à un non-autochtone.

Les deux premiers groupes jouissent de certains privilèges. Le dernier, d'aucun.»

Vous trouverez le texte entier à cette adresse :
http://www.vigile.net/ds-actu/docs4a/10-22.html#lajbn


Henriette Germain
Henriette Germain
Membre
 
Messages: 12
Inscrit le: 2005-04-25, 17:55
Localisation: Sherbrooke

Messagepar marielaptitefrancaise » 2006-05-13, 12:35

Comme quoi on en apprend tous les jours
Avatar de l’utilisateur
marielaptitefrancaise
Membre
 
Messages: 114
Inscrit le: 2006-05-05, 06:52
Localisation: Immigrée à Gatineau

Messagepar Raymond Cyr » 2006-05-13, 12:39

Bonjour,



La Loi sur les Indiens ou la loi sur les réserves sont des synonymes.

Mes ancêtres refusèrent d'aller sur les réserves. On les appellera Métis.

Dans l'ESt , les Indiens et les Métis ont exactement les mêmes ancêtres. Les termes Indiens et Métis sont des statuts, un fractionnement du titre Autochtone.

Nous sommes des Autochtones.


Raymond Cyr
Métis

Extrait:

La Loi sur les Indiens est la principale loi fédérale traitant du statut d'INDIEN, de gouvernement local, de gestion des terres des réserves et d'argent détenu en commun par les Indiens. La loi actuelle date de 1951, mais ses mesures restent fondées sur la loi coloniale et les Proclamations royales. Les lois antérieures sur les Indiens ont pour but de réglementer le commerce entre les réserves indiennes et les populations non indiennes dans les territoires autochtones. Avant la Confédération, on promulgue des lois visant à protéger les terres autochtones dans le Haut-Canada et le Bas-Canada, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, à l'Île-du-Prince-Édouard et en Colombie-Britannique. Le concept du statut d'Indien est établi à l'origine dans le but de déterminer qui a le droit de vivre dans une réserve indienne. Toutefois, cette situation change à la suite des modifications apportées en 1985 à la loi, qui traite maintenant le statut d'Indien, l'appartenance à la bande et la résidence comme des questions séparées (voir AUTOCHTONES, DROIT DES). La politique du gouvernement fédéral est de mettre en place des dispositions législatives en réponse aux initiatives autochtones.


http://www.thecanadianencyclopedia.com/ ... 1SEC851984
Raymond Cyr
Membre
 
Messages: 3950
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09


Retour vers Santé, famille, jeunesse

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité