Indien un jour, pas Indien toujours...

Les ressources particulières pour les autochtones en cas d'infractions.

Indien un jour, pas Indien toujours...

Messagepar Saguingoira » 2010-08-22, 19:55

La définition légale d'un Indien en 1850

Au Canada, l'une des premières définitions légales de l'Indien apparaît dans une législation datant de 1850 (13 & 14 Vict., chap. 42)

- Premièrement -
Tous sauvages pur sang, réputés appartenir à la tribu ou peuplade particulière de sauvages intéressée dans la dite terre, et leurs descendants.

- Deuxièmement -
Toutes les personnes mariées à des sauvages, et résidant parmi eux, et les descendants des dites personnes

- Troisièmement -
Toutes personnes résidant parmi les sauvages, dont les parents des deux côtés étaient ou sont des sauvages de telle tribu ou peuplade, ou ont droit d'être considérés comme tels

- Quatrièmement -
Toutes personnes adoptées dans leur enfance par des sauvages, et résidant dans le village ou sur les terres de telle tribu ou peuplade de sauvages, et leurs descendants

-
Saguingoira
Membre
 
Messages: 1760
Inscrit le: 2007-06-02, 23:27

Messagepar Saguingoira » 2010-08-22, 19:57

Un article de loi discriminatoire pour les femmes autochtones en 1869

Le projet de loi canadien de 1869 (32 & 33 Vict., chap. 6) modifie la définition légale d'un Indien pour éviter une augmentation considérable de la population autochtone. En effet, comme les unions mixtes issues d'hommes blancs et de femmes autochtones sont trop nombreux, les autorités politiques modifient la définition légale d'un Indien pour restreindre l'intégration des métis issus d'un Blanc et d'une Indienne.

"Toute femme Sauvage qui se mariera à un autre qu'un Sauvage, cessera d'être une Sauvage dans le sens du présent acte et les enfants issus de ce mariage ne seront pas non plus considérés comme Sauvages dans le sens du présent acte ; pourvu aussi que toute femme Sauvage qui se mariera à un Sauvage d'une autre nation, tribu ou peuplade cessera d'être membre de la nation, tribu ou peuplade à laquelle elle appartenait jusque là, et deviendra membre de la nation, tribu ou peuplade à laquelle appartient son mari ; et les enfants issus de ce mariage seront membres de la tribu de leur père seulement"

-
Saguingoira
Membre
 
Messages: 1760
Inscrit le: 2007-06-02, 23:27

Re:

Messagepar mmercier » 2011-08-16, 21:38

Saguingoira a écrit:Un article de loi discriminatoire pour les femmes autochtones en 1869

Le projet de loi canadien de 1869 (32 & 33 Vict., chap. 6) modifie la définition légale d'un Indien pour éviter une augmentation considérable de la population autochtone. En effet, comme les unions mixtes issues d'hommes blancs et de femmes autochtones sont trop nombreux, les autorités politiques modifient la définition légale d'un Indien pour restreindre l'intégration des métis issus d'un Blanc et d'une Indienne.

"Toute femme Sauvage qui se mariera à un autre qu'un Sauvage, cessera d'être une Sauvage dans le sens du présent acte et les enfants issus de ce mariage ne seront pas non plus considérés comme Sauvages dans le sens du présent acte ; pourvu aussi que toute femme Sauvage qui se mariera à un Sauvage d'une autre nation, tribu ou peuplade cessera d'être membre de la nation, tribu ou peuplade à laquelle elle appartenait jusque là, et deviendra membre de la nation, tribu ou peuplade à laquelle appartient son mari ; et les enfants issus de ce mariage seront membres de la tribu de leur père seulement"

-


Ils avaient peur de perdre leurs hommes :D
Puisque les femmes (blanches ou "sauvages") n'avaient pas d'âme et que tous les sauvages n'en avaient pas non plus, fallait bien qu'ils trouvent un autre moyen pour obliger les bonnes âmes à rester avec eux :)

C'est fou le monde hin ?

Et ça continue, de toutes les manières inimaginables...

Le pouvoir de la possession de la vérité.
Ça mène exactement là où on en est.
mmercier
Membre
 
Messages: 25
Inscrit le: 2011-08-02, 16:50

Re: Indien un jour, pas Indien toujours...

Messagepar Abitawis » 2012-04-27, 15:23

.
Kwey !

Petite question pour les membres du présent site concernant l’identité reconnue d’une personne et son appartenance à une culture, à une communauté, à un peuple et à une nation…. et qui peut facilement être basée sur des cas bien réels et vécus autant passés que présents de l’histoire du Québec et du Canada.

Disons, deux personnes sont nées dans les Amériques.

L’une est de descendance amérindienne et l’autre de descendance européenne.

La première de descendance amérindienne est adoptée en très bas âge par un couple de descendance européenne et passe toute sa vie dans cette culture et cette communauté tout en conservant des liens avec la communauté de ses parents naturels. Il en est de même pour les descendants de cette personne.

La deuxième de descendance européenne est également adoptée en très bas âge mais plutôt par un couple de descendance amérindienne et passe également toute sa vie dans cette culture et cette communauté tout en conservant des liens avec la communauté de ses parents naturels. Il en est de même pour les descendants de cette personne.

Selon vous, quelle est l’identité de chacune de ces personnes et de leurs descendants qu'ils ont le « droit » de prendre, de s’identifier et d’être reconnue comme telle?

En d’autres termes, ont-elles le « droit » de s’identifier comme Autochtones (i.e. Inuit, Indien ou Métis) ou comme Non-Autochtones ou les deux à la fois et, selon vous, pourquoi ?

Petite question….. :wink:
.
Abitawis
Membre
 
Messages: 160
Inscrit le: 2009-06-27, 20:39
Localisation: Outaouais

Re: Indien un jour, pas Indien toujours...

Messagepar alton » 2012-09-22, 06:24

Nice post. I like it. Thanks for sharing these information. Keep it up. :jap: :roll: :lol:
alton
alton
Membre
 
Messages: 1
Inscrit le: 2012-09-22, 06:21

Re: Indien un jour, pas Indien toujours...

Messagepar lumière » 2012-09-24, 11:44

Il faut cependant dire que la loi discriminatoire de 1869 a pris fin en 1985.Nous devons maintenant travailler a combattre d'autres discriminations qui existent et perdurent depuis si longtemps.
lumière
Membre
 
Messages: 65
Inscrit le: 2012-09-02, 23:36

Re: Indien un jour, pas Indien toujours...

Messagepar Abitawis » 2012-09-25, 02:29

.
Kwé,

Lumière mentionne: Il faut cependant dire que la loi discriminatoire de 1869 a pris fin en 1985.Nous devons maintenant travailler a combattre d'autres discriminations qui existent et perdurent depuis si longtemps.

La loi discriminatoire de 1869 n'a pas pris fin. Elle demeure toujours discriminatoire mais sous une autre forme.

Entre autres discriminations, la Loi sur les Indiens continue encore de nos jours de déterminer qui, aux yeux du Gouvernement, est un "Indien" ou pas et qui peut donc "bénéficier" des droits Autochtones.

En effet, avant 1985, les règles d'inscription privilégiaient les hommes. Notamment, une Indienne qui épousait un non-Indien perdait son statut d'Indienne et ses enfants ne pouvaient être inscrits. Par ailleurs, un Indien qui épousait une non-Indienne conservait son statut d'Indien, et son épouse et ses enfants étaient aussi inscrits. Cette discrimination fondée sur le sexe a été de plus en plus critiquée au fil des ans. Avec l'adoption de la Charte canadienne des droits et libertés, en 1982, qui exigeait du gouvernement fédéral qu'il élimine toute discrimination fondée sur le sexe de toutes les lois avant le 17 avril 1985, la Loi sur les Indiens devait donc être modifiée. (source: http://www.aadnc-aandc.gc.ca/fra/110010 ... 0100032437)

Les modifications à la Loi sur les Indiens (projet de loi C-31), en 1985, ont cherché à équilibrer des perspectives concurrentes et à harmoniser la loi avec la Charte canadienne des droits et libertés. Pour l'avenir, la nouvelle loi éliminait la discrimination fondée sur le sexe des règles d'inscription. Désormais, personne n'obtiendrait ni ne perdrait le statut d'Indien par mariage.

Le projet de loi C-31 a rétabli le statut d'Indien et l'appartenance à la bande pour ceux qui les avaient perdus dans le passé en raison de dispositions discriminatoires dans les versions précédentes de la Loi sur les Indiens. Les enfants de ces personnes sont devenus admissibles à l'inscription conformément aux nouvelles règles d'admissibilité au statut d'Indien.

Malgré les modifications apportées à la Loi sur les Indiens en 1985 pour la rendre conforme à la Charte canadienne des droits et libertés de 1982, la Loi sur les Indiens donne encore lieu à une discrimination fondée sur le sexe. La décision rendue dans l'affaire McIvor est la première décision qui tranche une contestation judiciaire sur ce sujet.

C'est donc dire que les enfants et petits-enfants issus d'un couple membre d'une Première Nation peuvent encore se voir refuser d'être reconnu "Indien" et être ainsi forcée de quitter leur famille et leur communauté pour aller vivre dans le milieu non-autochtone...... C'est le cas de milliers d'Indiens dits "non-inscrits" que le Gouvernement considère ainsi comme "assimilés" et, par ce fait, n'ont aucun droits Autochtones transmis de leurs parents. Les Inuits "non-bénéficiaires" et les Métis "Non-Powley", pour des raisons discriminatoires similaires, ne sont pas reconnus non plus Autochtones et n'ont aucun droits ancestraux également.

On peut se demander ce que diraient les Non-autochtones Francophones du Québec si le Gouvernement du Canada refuserait de reconnaitre leurs enfants et petits-enfants comme étant Francophones et les chasserait de leur foyer et communauté pour les forcer d'aller vivre au Canada Anglais ... coupant ainsi leurs liens à leur langue, culture et croyance et, ce disons, strictement pour réduire le nombre de Francophones inscrits dans leur régistre et ainsi économiser sur les frais d'éducation Française?

Qu'en pensez-vous?
.
Abitawis
Membre
 
Messages: 160
Inscrit le: 2009-06-27, 20:39
Localisation: Outaouais


Retour vers Lois et politiques

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité