Traité sur l'utilisation du territoire: le ministre Corbeil

Les ressources particulières pour les autochtones en cas d'infractions.

Traité sur l'utilisation du territoire: le ministre Corbeil

Messagepar Saguingoira » 2009-04-14, 22:08

Publié le 10 avril 2009
Traité sur l'utilisation du territoire: le ministre Corbeil trop lent, déplorent les Innus

Michel Corbeil
Le Soleil

(Québec) Les Innus déplorent la cadence bien trop lente que propose le ministre Pierre Corbeil pour négocier un traité sur l'utilisation du territoire.

Lors d'un entretien téléphonique, Gilbert Dominique, le porte-parole des communautés innues de Masteuiash, de Natashquan et d'Essipit, a fait valoir que le dossier progresse. «Nous ne faisons pas de surplace», a-t-il insisté au sujet de tractations qui remontent au début de la décennie.

M. Dominique s'est cependant dit «un peu inquiet d'entendre le ministre [des Affaires autochtones de Jean Charest] se donner deux ans» pour conclure un accord. «L'indication me laisse perplexe», a-t-il commenté au sujet de «l'horizon 2010» qu'a évoqué M. Corbeil pour ratifier un pacte. «Il aurait été fort intéressant qu'il en parle avec les chefs lorsqu'il nous a rencontrés, le 26 mars.»

Gilbert Dominique a mentionné que, pour sa seule communauté de Masteuiash, pas moins de 12 millions $ ont été consacrés en 30 ans d'interminables pourparlers. Or, a-t-il souligné, il s'agit d'une somme prêtée par les autorités fédérales, une dette qui devra être remboursée, éventuellement.

«Je m'inquiète et je m'interroge, a-t-il repris. Nous devions rencontrer le premier ministre Jean Charest en décembre. Cela a été reporté en mars. Et maintenant, c'est de nouveau reporté à la fin juin.» Il écrira d'ailleurs bientôt à M. Charest pour s'assurer que le rendez-vous aura bel et bien lieu, au début de l'été.

Le chef Dominique a convenu de la complexité des échanges parce qu'ils ont trait à l'utilisation et au partage du territoire. «Nous visons une cohabitation harmonieuse et pacifique» avec les Blancs, a tenu à glisser le leader autochtone.

Les négociations s'inscrivent comme une suite logique à l'Approche commune, document signé, en 2002, par Québec, Ottawa et les Innus. À l'époque, cette proposition d'entente avait soulevé le mécontentement dans plusieurs villages situés près des trois communautés autochtones.

Gilbert Dominique a répondu qu'il ne constate pas de ressentiment dans la région du lac Saint-Jean à l'endroit de Masteuiash. Les négociations peuvent inquiéter les gens, a-t-il reconnu, mais «nous sommes très proactifs auprès de la population pour clarifier les perceptions».

Il a, par contre, admis «qu'effectivement, il existe une incompréhension» chez les voisins de la communauté d'Essipit. Le maire des Escoumins, Pierre Laurencelle, s'objecte bruyamment aux pourparlers. «Québec doit se donner un bon plan de communications», s'est contenté de conseiller M. Dominique.

Selon lui, une entente bénéficierait aux autochtones tout autant qu'aux Blancs. Il a plaidé que l'accès aux ressources naturelles est un point «fondamental si on veut bâtir une économie stable et durable pour nos Premières Nations».

Il a donné l'exemple de sa communauté qui a profité du projet hydroélectrique sur la rivière Péribonka. «Il n'y a pas si longtemps, nous avions des taux de chômage de 25 %. Maintenant, on se situe à 16 %. Nous voulons utiliser la négociation pour avoir des retombées, en matière d'emplois.»

source : http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/act ... -innus.php
------------
Saguingoira
Membre
 
Messages: 1760
Inscrit le: 2007-06-02, 23:27

Retour vers Lois et politiques

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron