Nouveaux partenariats en éducation autochtone

Ai-je droit à des subventions ou aides?

Nouveaux partenariats en éducation autochtone

Messagepar Saguingoira » 2008-03-19, 14:00

10. Nouveaux partenariats en éducation autochtone
10.1 Un nouveau partage des responsabilités
Dans l'ensemble du présent chapitre, nous avons souligné que l'éducation, sous tous ses aspects, doit relever des autochtones eux-mêmes. Pour entreprendre la première étape du transfert des pouvoirs, nous avons recommandé que les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux reconnaissent sans délai que l'éducation appartient au domaine central du champ de compétence des gouvernements autonomes, c'est-à-dire un domaine où les nations et les collectivités autochtones peuvent agir d'office. Une telle reconnaissance permettrait d'interpréter de façon adaptée et souple la législation actuelle et les conditions de financement, et permettrait aux nations et collectivités autochtones qui sont prêtes à réaliser des changements fondamentaux de le faire immédiatement.

Au cours de la deuxième étape, les nations autochtones se reformeront et se feront reconnaître en vertu de la loi sur la reconnaissance et le gouvernement des nations autochtones, dont nous proposons l'adoption. Elles seront ensuite en mesure d'exercer leurs pouvoirs dans les secteurs centraux, de préférence après entente avec les gouvernements fédéral et provinciaux, dans le contexte d'un accord-cadre pancanadien ou d'ententes conclues individuellement avec le gouvernement fédéral et les provinces prêtes à agir. Nous sommes convaincus que l'éducation sera l'un des secteurs où les nations autochtones voudront assumer leurs responsabilités le plus tôt possible et que les gouvernements fédéral et provinciaux le reconnaîtront immédiatement comme secteur essentiel à la vie et au bien-être, à la culture et à l'identité des peuples autochtones.

10.2 Leçons du passé, promesses d'avenir
Les réformes de l'éducation qui ont été mises en œuvre au cours des 25 dernières années ont jeté une base solide pour le transfert de pouvoirs que nous proposons. Comme nous l'exposons dans le présent chapitre, les collectivités des Premières nations et inuit ont assumé des responsabilités administratives relativement aux écoles locales. Elles ont apporté des changements qui ont rapproché les programmes et le milieu scolaires de la vie communautaire, et elles ont amélioré les taux de persévérance scolaire. Les conseils tribaux et les gouvernements régionaux ont créé des autorités scolaires et leur ont confié le mandat de diriger le processus du changement dans le monde de l'éducation. Des organisations provinciales et territoriales ont négocié des cadres stratégiques avec les gouvernements provinciaux. Des organisations nationales ont participé aux travaux de tribunes fédérales, mené d'importants projets de recherche et publié des documents d'orientation dans le domaine de l'éducation. Des établissements postsecondaires autochtones et des organismes de formation ont été créés pour négocier des accords de financement avec les gouvernements et les conditions d'affiliation à des établissements provinciaux.

Les autochtones interviennent maintenant de plus près dans les décisions relatives à l'éducation au niveau provincial et territorial, la négociation d'accords sur les frais de scolarité, la création de groupes consultatifs et l'activité des conseils scolaires. Les établissements provinciaux et territoriaux ont adapté les programmes d'études, créé de nouveaux programmes et appliqué de nouvelles méthodes; dans certains cas, ils ont fixé des objectifs afin d'accroître l'accessibilité et la persévérance scolaire. Les gouvernements provinciaux et territoriaux se sont penchés sur la façon dont les politiques pouvaient favoriser la participation et la réussite des autochtones dans les établissements provinciaux.

Avec l'aide d'initiatives spéciales menées dans le domaine de la formation des maîtres depuis les années 60, les autochtones ont commencé à s'imposer dans le monde de l'enseignement; nombre d'entres eux ont maintenant leur place dans les écoles des réserves et des collectivités du Nord, mais ils ne sont guère présents dans les écoles des provinces. L'enseignement est un domaine où de nombreux autochtones choisissent de poursuivre des études supérieures. Les éducateurs autochtones qui ont obtenu des diplômes d'études supérieures ou qui ont quitté la salle de classe pour assumer des fonctions administratives forment maintenant un groupe de spécialistes chevronnés, prêts à diriger la politique et la réforme de l'éducation.

Tous ces changements sont les bienvenus. Mais comme nous l'avons montré, ils ne suffisent pas à réduire l'écart entre les autochtones et les autres Canadiens pour ce qui est du niveau de scolarité. À mesure que l'économie postindustrielle mondiale impose des exigences de plus en plus strictes en matière de compétences, la marginalisation, la pauvreté et la situation défavorisée des autochtones risquent de s'accentuer, à moins que le taux de réussite scolaire ne soit amélioré.

Pour les autochtones et leurs éducateurs, il est essentiel de donner aux générations montantes les compétences nécessaires pour participer à l'économie globale, mais ce n'est qu'un élément de leur stratégie. Les autochtones sont déterminés à préserver leur culture et leur identité; ils considèrent l'éducation comme un outil indispensable pour préparer leurs enfants à voir le monde avec leurs yeux d'autochtones et à assumer leur identité. L'éducation autochtone doit donc se fonder sur les cultures autochtones et les réalités communautaires. Elle doit renforcer l'identité autochtone, inculquer des valeurs traditionnelles et confirmer la validité du savoir et des modes d'apprentissage autochtones.

Les éléments que nous avons examinés indiquent que l'éducation, lorsqu'elle relève des autochtones, est généralement axée sur un double objectif: promotion des compétences nécessaires à l'insertion dans la société contemporaine et consolidation de l'identité culturelle. Cette éducation donne aussi de meilleurs résultats, selon des mesures objectives de réussite scolaire et de contribution à la collectivité et des mesures subjectives d'épanouissement personnel et de satisfaction.

LA SUITE :
http://www.ainc-inac.gc.ca/ch/rcap/sg/si54_f.html
:idea:
Saguingoira
Membre
 
Messages: 1760
Inscrit le: 2007-06-02, 23:27

Retour vers Éducation

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité