re : Julie Lange Lefebvre dite Descôteaux

Recherches ancestrales

Re: ASCENDANCE AMÉRINDIENNE DE DÉMERISE GAGNÉ

Messagepar FERN » 2011-01-02, 00:00

[quote="Jacques Delisle"][quote="Jacques Delisle"][b]
L'ASCENDANCE AMÉRINDIENNE DE DÉMERISE GAGNÉ EST CONFIRMÉE PAR LES REGISTRES DE MARIAGE DÛMENT RETRACÉS PAR L'ABBÉ ANGELBERT LACROIX, PRÊTRE CATHOLIQUE, PETIT-COUSIN DE LA FAMILLE AYANT LUI-AUSSI COMME ANCÊTRE DÉMERISE GAGNÉ.

Fern bonjour cousin lointain, preuve de mariage ok mais avez vous le document ou il est mentionné quel est amérindienne si cé dans un régistre sa doit ce copier

DÉMERISE GAGNÉ A POUR ASCENDANCE MARTIN PRÉVOST MARIÉ À QUÉBEC LE 3 NOV. 1644 À MARIE OLIVIER MANITHABEHICH, FILLE DE ROCH MANITHABEHICH, SAUVAGE.

Fern vous mentionnez son ascendance hummm pas sur de cela moi


NOTE: D'APRÈS LE DOCUMENT "RELATIONS DES JÉSUITES, FRANCE EN L'ANNÉE 1637 page 13, LA MÈRE DE MARIE SE NOMME OUTCHIBAHABANOUKOUEOU.



FERN mère de Marie Marie Olivier marié a Martin Prévost c,est exact


NOUS AVONS PU OBTENIR TOUS LES REGISTRES DE MARIAGE À PARTIR DE MARIE MANITHABEHICH JUSQU'À NOUS, MÊME CELUI DE MARIE PRÉVOST (fille de Martin Prévost & Marie Manithabehich) MARIÉE À MICHEL AUBIN DE TOUROUVRE, LE 11 JUIN 1670 , STE-FAMILLE, ÎLE D'ORLÉANS.

Fern ho la sa marche plus voici ce dit Jetté


Source, Dic. Jetté, p. 944-945

PRÉVOST Martin (Pierre & feue Charlotte Vien) de Montreuil-sous-Bois, ar. Bobigny,
archevêché Paris (Seine-St-Denis); d 27 s 28-01-1691 Beauport (80 ans);
frère de Jeanne m Gaston Guay; 55 ans au rec. 66, 58 ans au rec. 67, 71 ans au rec. 81, à Beauport;
cité ct 1639 Piraude; cité 20-07-1690 Hôtel-Dieu Québec, 80 ans (DBC I 566-567 )
1er m 03-11-1644 Québec
SYLVESTRE, Marie-Olivier (Roch Manitouabèouich & …) Huronne; d 10 s 12-09-1665 Québec
1. Marie-Madeleine n 21 b 28-12-1647 Québec d et s 05-02-1648 id.
2. Ursule n 13 b 14-12-1649 Québec d 01- s 02-01-1661 id.
3. Louis n vers 1651, 15 ans au rec. 66, 17 ans au rec. 67, 32 ans au rec. 81, m 1672 Françoise Gagnon.
4. Marie-Madeleine n 07 b 13-01-1655 Québec d (entre 16-03 et 16-04 ) 1662 id.
5. Antoine n 15 b 23-10-1657 Québec s 16-03-1662 id.
6. Jean n 31-01 b 14-02-1660 Québec m 1690 Françoise Cadieux.
7. Jean-Baptiste n 16-05 b 24-06-1662 Québec m 1683 Marie-Anne Giroux.
8. Thérèse n et b 03-06-1665 Québec m 1683 Michel Giroux.

2ème m 08-11-1665 Québec ( ct 28-10 Aubert )
ABANCOURT(d'), Marie (veuve Geoffroy Guillot) d entre 24-11-1678 et rec. 81, Québec
SANS POSTÉRITÉ

fern jaimerais savoir comment une femme décédé peut enfanté ?
tout en étent néofite en généalogie !je croit que vous navez pas la bonne lignée


NOTE: LE MARIAGE DE MICHEL AUBIN ET DE MARIE (Madeleine) PRÉVOST (ou Provost) EST ÉGALEMENT CONFIRMÉ PAR TANGUAY, VOLUME 1, page 499 et VOLUME 2, page 64 et ÉGALEMENT DANS DROUIN, TOME 1, page 27.

Fern je répète je crois que vous n,avez pas la bonne lignée


--L'HISTORIEN YVAN DEBLOIS DANS SON DOCUMENT HISTORIQUE MENTIONNE QUE LE COUPLE JEAN-BAPTISTE TANGUAY ET MARIE-ROSE LANGLOIS SE SONT ÉTABLIS DANS LE VILLAGE ABÉNAKIS DE STE-CLAIRE DE BELLECHASSE VERS 1820. ILS SONT LES GRAND-PARENTS MATERNELS DE MARIE CÉSARIE ROY, MÈRE DE DÉMERISE GAGNÉ.

Fern encore de la spéculation ,le fait davoir céjourné avec les indiens
ne vous procure pas de sang indien a ce que je sache,


DE PLUS, MARIE-ROSE LANGLOIS EST DESCENDANTE DE NOËL LANGLOIS & FRANÇOISE GRENIER-GARNIER.

Fern jusqua date je n,ai jamais jamais vu un seul document qui prouve que Noel Langlois ou son épouse Francoise Grenier Garnier sont dorigine amérindienne il existe des tonnes de spéculation mais aucune preuve crédible , désollé cousin mais si vous pouvez placé une preuve de ce que vous avez mentionné précédamment c,est avec plaisir que je feré amande honorable , je répète jusqua date pas un seul généalogiste du Québec ou du N, Brunswick na été capable de montré une preuve incontestable , des fausses preuves des candiratons un tel a écrit un tel a dit, c,est tout ce que j,ai vu jusqua date

Fern bonne année a vous, et a tout les internautes
Avatar de l’utilisateur
FERN
Membre
 
Messages: 2142
Inscrit le: 2005-09-24, 20:18

DÉMERISE GAGNÉ, Ascendance amérindienne

Messagepar jdelisle » 2011-01-02, 02:09



Petit cousin,

Ne soyez pas inquiet, nous avons tous les certificats de mariage à partir du mien jusqu'à Marie Manitouabeouich ou plus précisément Manithabehich. Quant à Marie Prévost elle s'est bien mariée avec Michel Aubin, aucun doute à ce niveau et de plus il s'agit du même couple confirmé par Drouin et Tanguay. Quant à Jetté sur quoi se base-t-il pour affirmer qu'elle est décédée en bas âge?. Avez-vous son certificat de sépulture? D'après Tanguay, la sépulture de Marie Prévost a eu lieu le 6 décembre 1700.

Une chose est certaine: Marie Prévost n'a pu décéder avant son mariage.

Concernant notre lignée avec Marie Manitouabeouich, mon petit cousin
prêtre catholique et moi n'avons aucun doute. De plus, Marie Manitouabeouich est considérée comme Algonquine dans le document des Jésuites. Quant à Françoise Grenier Garnier, elle est souvent considérée comme ayant une origine inconnue même si plusieurs documents laissent à croire qu'elle puisse être d'origine Amérindienne.

Il m'est impossible d'envoyer sur ce site un document de mariage "scanné" car il me faut un lien. Dans le cas d'un document avec lien, il n'y a aucun problème pour l'envoyer sur ce site. Enfin vous n'avez qu'à comparer Jetté avec les 2 autres généalogistes qui l'ont précédé soit Tanguay et Drouin dont les deux confirment la même chose. Le certificat de mariage de Marie Prévost et Michel Aubin ont le même contenu de base que Drouin et Tanguay avec davantage d'information.
Il est mentionné dans ce contrat de mariage que Marie Prévost est déjà veuve. Le mariage a lieu devant 2 témoins soit Pierre Prévost et Jaques Paradis.



BONNE ANNÉE
jdelisle
Membre
 
Messages: 220
Inscrit le: 2007-05-21, 19:05

Messagepar Pierre » 2011-01-02, 18:54

M. Jacques Delisle

Vous affirmez avoir consulté tous les registres de mariage à partir de Marie Manitabeouich jusqu’à vous, incluant celui de «leur fille Marie Prévost, mariée à Michel Aubin en 1670 à Ste-Famille, Ile d’Orléans».

Selon René Jetté et le PRDH. au moment ou Marie Prévost épouse Michel Aubin en 1670 à Ste-Famille, elle est veuve de Maurice Berthelot (p. 27).

Elle est décédée en 1700, à l’âge de 55 ans

Elle est la sœur de Pierre Prévost. (p. 93).

Elle est née en France ou elle a épousé Maurice Berthelot vers 1662 avant de se remarier à Michel Aubin en 1670 (p. 93).

Jetté et le PRDH sont toutefois muets sur l’identité des parents de Marie Prévost et de Maurice Berthelot. Qui plus est, la date précise de leur mariage est manquant. Par conséquent, l’origine de Marie Prévost, peut être questionnée.

Marie a une fille, Marie-Madeleine Berthelot, née en 1663, mariée à François Circé en 1680.

Selon un document émanant de l’Hôtel Dieu cité par Jetté, Marie a 50 ans en 1689 (p. 93), ce qui la fait naître vers 1639.

Sa fille Marie-Madeleine Berthelot épouse François Circé dit St-Michel en 1680. Le couple a 14 enfants, dont 2 naturels. Un de leur fils, Pierre, épouse la Sauvagesse Cécile Monimapita en 1700 à Kaskaskia.

Selon le PRDH et Jetté, le frère de Marie, Pierre Prévost, est également né en France. Ils ne donnent toutefois pas le nom de ses parents, ce qui est signe que la preuve de son origine par actes de bms est manquante et que son origine d’origine de nature spéculative peut elle aussi être questionnée.

Selon Jetté, Pierre Prévost est domestique des Ursulines en 1659 et domestique des Jésuites en 1690 et en 1707.

En 1678, il est père d’un enfant naturel, Pierre junior, né d'une union hors mariage avec Marie Buhot.

Enfin, toujours selon Jetté et le PRDH, Martin Prévost épouse Manitabeouich en 1644. Martin est né en 1610. Le couple a 8 enfants, quatre gars, quatre fille, dont deux filles prénommées Marie-Madeleine, l’une née en 1647 et décédée en 1648, et l’autre née en 1655 et décédée en 1662. Martin Prévost s’est remarié à Marie d’Abancourt et le couple est demeuré sans postérité.

M. Delisle, vous écrivez que Marie Prévost, mariée à Michel Aubin, est la fille de Martin Prévost et de Manitabeouich. Vous ajoutez avoir consulté un Registre précis à ce sujet. Pouvez-vous donner la référence précise de cette dernière allégation ?
Pierre
Membre
 
Messages: 2374
Inscrit le: 2005-03-23, 10:09

Re: ASCENDANCE AMÉRINDIENNE DE DÉMERISE GAGNÉ

Messagepar Saguingoira » 2011-01-02, 20:22

Bonjour M. Delisle,

Je ne vous connais pas personnel, je ne sais donc si vous êtes maniaco-dépressif, si tel est le cas, chose certaine il serait plus que profitable que vous cessez de crié après les gens, en état de crise si vous, vous sentez dépasser par les évènements il faudrait mieux vous abstenir d'écrire et attendre que ce moment désagréable passe, car nous ne méritons nullement ce comportement c'est vraiment agressant, depuis 2007 ici, vous avez obtenu des informations de qualité qui nécessite de nombreuses heures de recherches et ceci vous a été offert de bonne volonté et gratuitement. Jusqu'à présent ce fil de discutions ne possédait aucune méchanceté. D'écrire des messages en lettres gras et majuscule, signifie de la colère et des cris, ceci est l'une des premières chose que tout internaute apprend.

Jacques Delisle a écrit:
L'ASCENDANCE AMÉRINDIENNE DE DÉMERISE GAGNÉ EST CONFIRMÉE PAR LES REGISTRES DE MARIAGE DÛMENT RETRACÉS PAR L'ABBÉ ANGELBERT LACROIX, PRÊTRE CATHOLIQUE, PETIT-COUSIN DE LA FAMILLE AYANT LUI-AUSSI COMME ANCÊTRE DÉMERISE GAGNÉ.

Ceci est entièrement impossible.

DÉMERISE GAGNÉ A POUR ASCENDANCE MARTIN PRÉVOST MARIÉ À QUÉBEC LE 3 NOV. 1644 À MARIE OLIVIER MANITHABEHICH, FILLE DE ROCH MANITHABEHICH, SAUVAGE.

Ceci est complètement faux, j'ai maintenant terminer de remonter tout le triangle généalogique de Démerise Gagné, et Martin Prévost ne figure nullement parmi ses ancêtres, et ce a moins d'erreur de ma part, et si erreur il y a, elle serait au niveau du triangle d'Ambroise Gagné et de Marie Marotte, qui selon moi, la seule filiation possible serait Alexis Gagné dit Bellavance et Marie-Claire Marotte marié en 1771.

NOTE: D'APRÈS LE DOCUMENT "RELATIONS DES JÉSUITES, FRANCE EN L'ANNÉE 1637 page 13, LA MÈRE DE MARIE SE NOMME OUTCHIBAHABANOUKOUEOU.

Ceci est vrai, il y est aussi mentionné à la même seconde source, que Marie Olivier a un frère prénommé François qui est baptisé en 1637 et qui épouse en 1698 Geneviève Salois.

NOUS AVONS PU OBTENIR TOUS LES REGISTRES DE MARIAGE À PARTIR DE MARIE MANITHABEHICH JUSQU'À NOUS, MÊME CELUI DE MARIE PRÉVOST (fille de Martin Prévost & Marie Manithabehich) MARIÉE À MICHEL AUBIN DE TOUROUVRE, LE 11 JUIN 1670 , STE-FAMILLE, ÎLE D'ORLÉANS.

Comme mentionné plus haut, ceci est impossible, car ni Marie Prévost et ni Martin Prévost, qui ne sont pas relier, ne font parti de vos ancêtres dans le triangle de généalogie de Démerise Gagné. Et Marie Prévost n'est pas la fille de Martin Prévost.

NOTE: LE MARIAGE DE MICHEL AUBIN ET DE MARIE (Madeleine) PRÉVOST (ou Provost) EST ÉGALEMENT CONFIRMÉ PAR TANGUAY, VOLUME 1, page 499 et VOLUME 2, page 64 et ÉGALEMENT DANS DROUIN, TOME 1, page 27.

Dans un premier temps, aucun livre d'ouvrage généalogique ne confirme quoi que ce soit, et en second lieu il est vrai que ce couple figure dans le dictionnaire Tanguay, mais malheureusement avec des présomptions non fondé de la part de l'auteur.

--L'HISTORIEN YVAN DEBLOIS DANS SON DOCUMENT HISTORIQUE MENTIONNE QUE LE COUPLE JEAN-BAPTISTE TANGUAY ET MARIE-ROSE LANGLOIS SE SONT ÉTABLIS DANS LE VILLAGE ABÉNAKIS DE STE-CLAIRE DE BELLECHASSE VERS 1820. ILS SONT LES GRAND-PARENTS MATERNELS DE MARIE CÉSARIE ROY, MÈRE DE DÉMERISE GAGNÉ.

Ce qui n'en fait nullement des amérindiens.

DE PLUS, MARIE-ROSE LANGLOIS EST DESCENDANTE DE NOËL LANGLOIS & FRANÇOISE GRENIER-GARNIER.

Ce qui ne donne absolument pas de sang amérindien.

VOICI UN PETIT APERÇU DE QUELQUE LIGNÉE AMÉRINDIENNE DU CÔTÉ MATERNEL.

Il ni a absolument rien de généalogie amérindienne du côté de la généalogie de Démerise Gagné.

Malheureusement, comme mentionné dans un fil de discussion à ce même monsieur, il a toujours été de toute évidence pour moi, qu'à la base même le réel problème ne relève pas de la généalogie, c'est fort désolant et plus décevant, bref une perte de temps totale à répétition.





Pour ma part, parmi mes ascendances amérindiennes le couple de Martin Prévost et de Marie-Olivier Sylvestre Manethabehick, revient à trois reprises dans mon arbre généalogie personnel. C'est ainsi que j'ai hérité de la morphologie facial des anciens Algonquins et j'en ai été reconnu par les Amérindiens dont aujourd'hui ils sont anthropologues reconnus.

Le couple de Noël Langlois et Françoise Garnier, tous deux d'origine française, revient à plusieurs reprises dans mon arbre généalogique personnel, comme la majorité des québécois dit de souche et en aucun temps ce couple ne m'attribue d'origine amérindienne.


A+
Sylvie Gauthier (G.R.A.)
Saguingoira
Membre
 
Messages: 1760
Inscrit le: 2007-06-02, 23:27

Re: DÉMERISE GAGNÉ, Ascendance amérindienne

Messagepar Saguingoira » 2011-01-02, 20:43

Jacques Delisle a écrit:
Petit cousin,

Ne soyez pas inquiet, nous avons tous les certificats de mariage à partir du mien jusqu'à Marie Manitouabeouich ou plus précisément Manithabehich. Quant à Marie Prévost elle s'est bien mariée avec Michel Aubin, aucun doute à ce niveau et de plus il s'agit du même couple confirmé par Drouin et Tanguay. Quant à Jetté sur quoi se base-t-il pour affirmer qu'elle est décédée en bas âge?. Avez-vous son certificat de sépulture? D'après Tanguay, la sépulture de Marie Prévost a eu lieu le 6 décembre 1700.

Une chose est certaine: Marie Prévost n'a pu décéder avant son mariage.

Petit cousin de la fesse gauche et fort probablement aussi de la droite, FERN National, et ainsi qu'à tous autres lecteurs, je vous confirme à 150 %, que vous avez toutes les raisons de vous iniquité concernant les affirmations erronées de ce monsieur.

Concernant notre lignée avec Marie Manitouabeouich, mon petit cousin
prêtre catholique et moi n'avons aucun doute.

Le seul et unique doute qui n'est pas a avoir dans toute cette histoire des plus invraisemblable, est que Marie-Olivier Sylvestre Manethabehick, était bel et bien une amérindienne.

De plus, Marie Manitouabeouich est considérée comme Algonquine dans le document des Jésuites.

Ceci est vrai, et confirmé dans un acte de vente notarié en 1668, dont voici la notice complète en provenance des Archives nationale :

Cote : E1,S4,SS1,D345,P8 Centre : Québec
Titre, Dates, Quantité
Contrat de vente par Martin Provost, habitant de la côte de Beauport, veuf de feue Marie Olivier, sa première femme, sauvagesse algonquine de nation (amérindienne), tant en son nom que comme tuteur de leurs enfants mineurs, à Nicolas Gauvreau, maître armurier et arquebusier de Québec, d'un emplacement et d'une petite maison sis en la Basse-Ville de Québec (Notaire Romain Becquet) . - 20 mars 1668
- 1 document(s) textuel(s)
Source du titre composé propre
Titre correspondant au contenu de la pièce
Autres formats
Pièce disponible sur support numérique et sur le microfilm M7/2.
Notes générales
Pièce provenant du Registre des titres de propriété des emplacements de la Ville de Québec, de la Ville des Trois-Rivières et des autres concessions relevant de la censive du Roi (vers 1722-1726), volume 2, f. 651-653. Pour consulter les pages du registre permettant de comprendre son contexte de création, sa valeur juridique et administrative, son contenu ou l'historique de sa conservation, voir la pièce E1,S4,SS1,PCC.
Termes rattachés
BASSE-VILLE (SECTEUR : QUEBEC, QUEBEC)
CENSIVE DU ROI (NOUVELLE-FRANCE)
CUL-DE-SAC, DU (RUE : QUEBEC, QUEBEC)
QUEBEC (VILLE : QUEBEC)


Quant à Françoise Grenier Garnier, elle est souvent considérée comme ayant une origine inconnue même si plusieurs documents laissent à croire qu'elle puisse être d'origine Amérindienne.

Il est vrai que ce monsieur possède bien dans sa généalogie cette personne et ce comme presque tout québécois dit de souche.
Il est aussi vrai que l'on ne connait pas avec exactitude l'endroit précis en France d'où provient Françoise Garnier, par contre, aucun acte officiel ne la reconnait, ni ne mentionnent, et aucune allusion n'est fait non plus, à l'effet que Françoise Garnier comme étant biologiquement amérindienne. Les documents dont il est mention ici par monsieur, ne sont d'aucune validité, fabriquer d'une façon des plus erronée par une personne dont il a déjà été question sur ce présent forum, ces documents sont reconnu comme étant de la fraude généalogique et cette dernière n'est pas reconnue dans le milieu et a même été refuser au titre qu'elle avait postulé en 2008. Ajouté les mots, origine amérindienne au côté du nom de Françoise Garnier, alors qu'aucun acte officiel reconnu ne mentionne ce fait, est en soit de la falsification de document et par le fait même est, oui de la fraude.


Il m'est impossible d'envoyer sur ce site un document de mariage "scanné" car il me faut un lien. Dans le cas d'un document avec lien, il n'y a aucun problème pour l'envoyer sur ce site.

Je m'abstiens de faire plus de commentaire, autre que en tout cas…

Enfin vous n'avez qu'à comparer Jetté avec les 2 autres généalogistes qui l'ont précédé soit Tanguay et Drouin dont les deux confirment la même chose.

Malheureusement c'est le contraire qu'il faut faire, Jetté corrige les deux autres étant donné le désuet rattaché au dictionnaire Tanguay et Drouin, et ce justement à cause des présomptions personnel non prouvée retrouvé dans ces deux sources et non colligé avec les l'actes originaux.

Le certificat de mariage de Marie Prévost et Michel Aubin ont le même contenu de base que Drouin et Tanguay avec davantage d'information.
Il est mentionné dans ce contrat de mariage que Marie Prévost est déjà veuve. Le mariage a lieu devant 2 témoins soit Pierre Prévost et Jaques Paradis.

Et voici justement une présomption non colligé dans le Tanguay ainsi que dans Drouin.
En aucun cas Marie Prévost ne peut être la fille de Martin Prévost, car ce que monsieur ne sait pas encore est que cette même Marie Prévost immigre en tant que Fille du Roi, elle figure à la , (Source : liste d'Yves Landry dans Les Filles du roi au XVIIème siècle (Leméac, 1992). Et, René Jetté, dans le dictionnaire généalogique des Familles du Québec (Les Presses de l'Université de Montréal, 1983). )

Oui elle était bien veuve de Maurice Berthelot autrefois marié en France et elle n'arrive pas seule au nouveau pays puisqu'elle avait une fille de son premier mariage. De plus, le Pierre Prévost mentionné comme témoin lors de son seconde mariage avec Michel Aubin, est nul autre que le frère de Marie Prévost, il est aussi présent lors du contrat de mariage de cette dernière le 16 octobre 1669, notaire Paul Vachon, (qui en passant était l'employeur du futur époux Michel Aubin, domestique).

Tout comme le petit cousin FERN, voici donc textuellement les corrections apportée par Jetté, dans son dictionnaire concernant ces personnes :

AUBIN, Michel (Jacques & Jacqueline Cornilleau) de St-Aubin de Tourouvre, ar. Mortagne, év. Chartres, Perche (Orne); d 16 s 19-04-1688 St-Pierre Î. O. (50 ans); 22 ans au rec. 66, à Beauport, domestique de Paul Vachon; 45 ans au rec. 81, à l'Île d'Orléans; confirmé janvier 1664 Beauport, 23 ans. (AG-FNF, AGA)
M 11-06-1679 Ste-Famille Î. O. ( ct 16-10-1669 Vachon)
PRÉVOST, Marie (veuve Maurice Berthelot) d 04 s 06-12-1700 St-Pierre Î. O. (55 ans)
1. Pierre n 13 b 20-11-1670 Ste-Famille Î.O. m 1693 Marie Paradis.
2. Mathieu n 23 b 25-12-1676 Ste-Famille Î.O. d 31-12-1676 s St-Pierre 01-01-1677 Ste-Famille Î. O.

Source : p. 27 du Dictionnaire généalogique des familles du Québec des origines à 1730, par René Jetté, avec la collaboration du Programme de recherche en démographie historique de l'Université de Montréal, préface de Hubert Charbonneau, édition 1983, par Les Presses de L'Université de Montréal.

BERTHELOT, Maurice (…) de Mortagne-sur-Gironde (n'est pas venu au Canada)
M vers 1662, St-Michel de Mortagne-sur-Gironde, ar. et év. Saintes, Saintonge (Charente-Maritime)
PRÉVOST, Marie (…) de Mortagne-sur-Gironde; sœur de Pierre Prévost; citée 07-06-1689 Hôtel-Dieu Québec, 50 ans; rem. 1670 Michel Aubin.
1. Marie-Madeleine n vers 1663, 18 ans au rec. 81, m 1680 François Circé; confirmée 31-05-1678 Québec.

Source : p. 93 du Dictionnaire généalogique des familles du Québec des origines à 1730, par René Jetté, avec la collaboration du Programme de recherche en démographie historique de l'Université de Montréal, préface de Hubert Charbonneau, édition 1983, par Les Presses de L'Université de Montréal.

Concernant Pierre Aubin fils du deuxième mariage de Marie Prévost, j'ai moi-même colligé l'indice de mariage de ce dernier, Le couple déclare ne savoir signé, marié en présence de Robert Paradis, Gabriel Paradis et Charles Boucher, qui ont signé.
(Source : BANQ-M, fond Drouin, page 16, 3e acte, mariage no. 1).

Tant qu'au contrat de mariage vous pouvez l'obtenir directement sur site de la Bibliothèque et Archives Nationale du Québec, en voici la notice complète :

Cote : CR301,P368 Centre : Québec ( document de 3 pages )
Titre, Dates, Quantité
Contrat de mariage passé pardevant Étienne Jacob, notaire et greffier aux baillages de Beaupré et du comté de Saint-Laurent, entre Pierre Aubin, fils de feu Michel Aubin, vivant habitant de la paroisse Saint-Pierre audit comté de Saint-Laurent, et de Marie Prévost; et Marie Paradis, fille de Pierre Paradis et de Jeanne Milloir, habitants du même lieu; sont présents Pierre Prévost; Joseph Paradis; Jeanne Paradis; Barbe Guyon; Guillaume Paradis; Geneviève Milloir; François Freland; Marie Paradis, veuve de feu Guillaume Boucher; Robert et Guillaume Paradis; Charles Boucher; Geneviève Paradis; Marguerite Boucher; parents et amis des futurs époux; les sieurs Charles Goulet et Charles Letartre sont témoins . - 14 novembre 1693 [Document insinué le 5 février 1694]
- 1 document(s) textuel(s)
Restriction(s)
Restriction COMPLÈTE et permanente de consultation.
Remarque : ±Seul le prêt de la copie est autorisé pour consultation sur place lorsqu'un document original est reproduit.
Source : Normes et procédures archivistiques des Archives nationales du Québec, 4e éd., Québec, Ministère des Affaires culturelles, 1992, p. 105 (règle 302).
Source du titre composé propre
Titre correspondant au contenu de l'unité de description
Autres formats
Pièce disponible sur support numérique et sur le microfilm M65/1.
Notes générales
Pièce provenant des registres des insinuations de la Prévôté de Québec, vol. 1 (Anciennement registres 1, 2 et 3) (1er mars 1667 - 25 septembre 1696), pages 716-718.
Termes rattachés
NOUVELLE-FRANCE. COUR DE LA PREVOTE DE QUEBEC





Parmi les affirmations qui sont fait ici, le seul couple que Démerise Gagné, possède réellement dans son triangle généalogique est celui de Noël Langlois et de Françoise Garnier.

Comme mentionné précédemment, si je n'ai pas erroné au triangle (Ambroise ) Alexis Gagné et de M-Claire Marotte, Marie Prévost immigrante en tant que fille du Roi ainsi que Marie-Olivier Sylvestre Manethabehick, ne font nullement parti des ancêtres de Démerise Gagné.

Veilliez noté qu'il est question ici dans ce fil de discussion que des ancêtres à partir de la branche ancestrale de Démérise Gagné et que dans les pages précédentes Dominique Ritchot à déjà colligé plusieurs indices de recherches à l'aide des actes originaux. À tout les lecteurs qui possèdent à la maison des secondes sources et qui désirait faire l'exercice, et si vous avez peur des représailles d'un certain quelqu'un, vous pouvez me faire parvenir vos résultat en privé, et je m'engage à les placer ici, sans y mentionné votre nom, si c'est bien ce que vous désirez.
Voici les données de base de départ :

- Jacques Delisle, ( Marcel Delisle et Floriane Lacroix )
le 26 décembre 1976, St-Esprit de Sherbrooke
Christine Handfield, (Jean-Paul Handfield et Rolande Lagacé )

- Marcel Delisle, ( Urgel Delisle et Claire Ida Lemay )
le 3 février 1951, Ste-Famille de Richmond
Floriane Lacroix, ( Alfred Lacroix et Laura Aurore Viens )
Floriane est remarié en 1980 à Gaston Godbout.

- Alfred Lacroix, ( Joseph Lacroix et Démerise Gagné )
le 3 février 1926, St-Claude de Richmond
Laura Aurore Viens, ( Philippe Viens et Joséphine Moreau )

- Joseph Lacroix, ( Charles Lacroix et Julie Lefebvre-Descoteaux )
le 9 janvier 1882, Ste-Bibiane de Richmond comté Shefford
Démerise Gagné, ( Françoise Gagné et Césarie Roy )


Bonne recherche !

A+
Saguingoira
Membre
 
Messages: 1760
Inscrit le: 2007-06-02, 23:27

Re: ASCENDANCE AMÉRINDIENNE DE DÉMERISE GAGNÉ

Messagepar jdelisle » 2011-01-08, 21:42

Goulet Fernand a écrit:
Jacques Delisle a écrit:
Jacques Delisle a écrit:
L'ASCENDANCE AMÉRINDIENNE DE DÉMERISE GAGNÉ EST CONFIRMÉE PAR LES REGISTRES DE MARIAGE DÛMENT RETRACÉS PAR L'ABBÉ ANGELBERT LACROIX, PRÊTRE CATHOLIQUE, PETIT-COUSIN DE LA FAMILLE AYANT LUI-AUSSI COMME ANCÊTRE DÉMERISE GAGNÉ.

Fern bonjour cousin lointain, preuve de mariage ok mais avez vous le document ou il est mentionné quel est amérindienne si cé dans un régistre sa doit ce copier

DÉMERISE GAGNÉ A POUR ASCENDANCE MARTIN PRÉVOST MARIÉ À QUÉBEC LE 3 NOV. 1644 À MARIE OLIVIER MANITHABEHICH, FILLE DE ROCH MANITHABEHICH, SAUVAGE.

Fern vous mentionnez son ascendance hummm pas sur de cela moi


NOTE: D'APRÈS LE DOCUMENT "RELATIONS DES JÉSUITES, FRANCE EN L'ANNÉE 1637 page 13, LA MÈRE DE MARIE SE NOMME OUTCHIBAHABANOUKOUEOU.



FERN mère de Marie Marie Olivier marié a Martin Prévost c,est exact


NOUS AVONS PU OBTENIR TOUS LES REGISTRES DE MARIAGE À PARTIR DE MARIE MANITHABEHICH JUSQU'À NOUS, MÊME CELUI DE MARIE PRÉVOST (fille de Martin Prévost & Marie Manithabehich) MARIÉE À MICHEL AUBIN DE TOUROUVRE, LE 11 JUIN 1670 , STE-FAMILLE, ÎLE D'ORLÉANS.

Fern ho la sa marche plus voici ce dit Jetté


Source, Dic. Jetté, p. 944-945

PRÉVOST Martin (Pierre & feue Charlotte Vien) de Montreuil-sous-Bois, ar. Bobigny,
archevêché Paris (Seine-St-Denis); d 27 s 28-01-1691 Beauport (80 ans);
frère de Jeanne m Gaston Guay; 55 ans au rec. 66, 58 ans au rec. 67, 71 ans au rec. 81, à Beauport;
cité ct 1639 Piraude; cité 20-07-1690 Hôtel-Dieu Québec, 80 ans (DBC I 566-567 )
1er m 03-11-1644 Québec
SYLVESTRE, Marie-Olivier (Roch Manitouabèouich & …) Huronne; d 10 s 12-09-1665 Québec
1. Marie-Madeleine n 21 b 28-12-1647 Québec d et s 05-02-1648 id.
2. Ursule n 13 b 14-12-1649 Québec d 01- s 02-01-1661 id.
3. Louis n vers 1651, 15 ans au rec. 66, 17 ans au rec. 67, 32 ans au rec. 81, m 1672 Françoise Gagnon.
4. Marie-Madeleine n 07 b 13-01-1655 Québec d (entre 16-03 et 16-04 ) 1662 id.
5. Antoine n 15 b 23-10-1657 Québec s 16-03-1662 id.
6. Jean n 31-01 b 14-02-1660 Québec m 1690 Françoise Cadieux.
7. Jean-Baptiste n 16-05 b 24-06-1662 Québec m 1683 Marie-Anne Giroux.
8. Thérèse n et b 03-06-1665 Québec m 1683 Michel Giroux.

2ème m 08-11-1665 Québec ( ct 28-10 Aubert )
ABANCOURT(d'), Marie (veuve Geoffroy Guillot) d entre 24-11-1678 et rec. 81, Québec
SANS POSTÉRITÉ

fern jaimerais savoir comment une femme décédé peut enfanté ?
tout en étent néofite en généalogie !je croit que vous navez pas la bonne lignée


NOTE: LE MARIAGE DE MICHEL AUBIN ET DE MARIE (Madeleine) PRÉVOST (ou Provost) EST ÉGALEMENT CONFIRMÉ PAR TANGUAY, VOLUME 1, page 499 et VOLUME 2, page 64 et ÉGALEMENT DANS DROUIN, TOME 1, page 27.

Fern je répète je crois que vous n,avez pas la bonne lignée


--L'HISTORIEN YVAN DEBLOIS DANS SON DOCUMENT HISTORIQUE MENTIONNE QUE LE COUPLE JEAN-BAPTISTE TANGUAY ET MARIE-ROSE LANGLOIS SE SONT ÉTABLIS DANS LE VILLAGE ABÉNAKIS DE STE-CLAIRE DE BELLECHASSE VERS 1820. ILS SONT LES GRAND-PARENTS MATERNELS DE MARIE CÉSARIE ROY, MÈRE DE DÉMERISE GAGNÉ.

Fern encore de la spéculation ,le fait davoir céjourné avec les indiens
ne vous procure pas de sang indien a ce que je sache,


DE PLUS, MARIE-ROSE LANGLOIS EST DESCENDANTE DE NOËL LANGLOIS & FRANÇOISE GRENIER-GARNIER.

Fern jusqua date je n,ai jamais jamais vu un seul document qui prouve que Noel Langlois ou son épouse Francoise Grenier Garnier sont dorigine amérindienne il existe des tonnes de spéculation mais aucune preuve crédible , désollé cousin mais si vous pouvez placé une preuve de ce que vous avez mentionné précédamment c,est avec plaisir que je feré amande honorable , je répète jusqua date pas un seul généalogiste du Québec ou du N, Brunswick na été capable de montré une preuve incontestable , des fausses preuves des candiratons un tel a écrit un tel a dit, c,est tout ce que j,ai vu jusqua date

Fern bonne année a vous, et a tout les internautes


DEUX QUESTIONNEMENTS CONCERNANT JETTÉ? (Nombre d'enfants et identité amérindienne)

-TOUT D'ABORD JETTÉ MENTIONNE SEULEMENT 8 ENFANTS DU COUPLE MARTIN PRÉVOST et MARIE-OLIVIER- SYLVESTRE ( MANITOUABEOUICH);
-DE PLUS, JETTÉ MENTIONNE QUE MARIE-OLIVIER SYLVESTRE ( MANITOUABEOUICH) EST HURONNE.
-------------------------------------------------------------------------------------
NOTES: CEPENDANT TANGUAY MENTIONNENT 9 ENFANTS DU COUPLE MARTIN PRÉVOST ET MARIE-OLIVIER-SILVESTRE MANITOUABEWICH, NOMBRE D'ENFANTS DE CE COUPLE ÉGALEMENT APPUYÉ PAR LE DICTIONNAIRE BIBILIOGRAPHIQUE DU CANADA EN LIGNE ALLÉGUANT AU MOINS 9 ENFANTS DU COUPLE MARTIN PRÉVOST ET MARIE-OLIVIER-SYLVESTRE MANITOUABEOUICH.

DE PLUS, MARIE MANITOUABEOUICH EST CONSIDÉRÉE COMME ALGONQUINE DANS LE DOCUMENT DES JÉSUITES.

SOURCES:
Cliquer sur le lien suivant: www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?&i ... mvosvqle3g

Dictionnaire biographique du Canada en ligne
Passer au contenu | Passer aux liens institutionnels
English
Accueil
Contactez-nous
Aide
Recherche
canada.gc.ca
Page d'accueil
Affichage du document
Retour aux résultats | Recherche
1000-1700 (Volume I)
PRÉVOST (Provost), MARTIN, un des pionniers de Beauport, près de Québec, né vers 1611, fils de Pierre Prévost et de Charlotte Vien, de Montreuil-sur-le-Bois-de-Vincennes (aujourd’hui Montreuil-sous-Bois), près de Paris, décédé à Beauport le 26 janvier 1691.
La présence de Prévost est signalée à Québec, dans les actes du notaire Piraube, dès l’année 1639. Le 3 novembre 1644, il y épousait Marie-Olivier-Sylvestre Manitouabeouich. C’est le premier mariage entre un Français et une Indienne dont fassent mention les annales du Canada. La jeune épouse avait été donnée par ses parents à l’interprète Olivier Letardif, qui l’avait fait élever à la française, chez le sieur Guillaume Hubou, après lui avoir servi de parrain. Après son mariage et jusqu’à sa mort, on voit Martin Prévost établi à Beauport comme habitant, c’est-à-dire cultivateur, ce qui ne l’empêchait pas d’avoir un emplacement et une maison à Québec, en 1667. Il épousa en secondes noces (1665) Marie d’Abancourt, veuve de Jean Jollyet et de Gefroy Guillot. Il avait eu au moins neuf enfants de sa première épouse. Vers la fin de sa vie, il signait Provost. Ses descendants ont adopté l’une ou l’autre orthographe.
Honorius Provost
JR (Thwaites), IX : 103 ; XI : 93.— Papier terrier de la Cie des I. O. (P.-G. Roy).— Jean Langevin, Notes sur les archives de Notre-Dame de Beauport (Québec, 1860).

© 2000 University of Toronto/Université Laval
Bibliographie générale
Date de création :
Date de modification :
Haut de la pageAvis importants

DE PLUS, MARIE MANITOUABEOUICH EST CONSIDÉRÉE COMME ALGONQUINE DANS LE DOCUMENT DES JÉSUITES.

AUSSI, RÉFÉRANT À LA CITATION DE MADAME DARQUISE SUR CE SITE EN DATE DE 2011-01-02, IL EST DIT:

Ceci est vrai, et confirmé dans un acte de vente notarié en 1668, dont voici la notice complète en provenance des Archives nationale :

Cote : E1,S4,SS1,D345,P8 Centre : Québec
Titre, Dates, Quantité
Contrat de vente par Martin Provost, habitant de la côte de Beauport, veuf de feue Marie Olivier, sa première femme, sauvagesse algonquine de nation (amérindienne), tant en son nom que comme tuteur de leurs enfants mineurs, à Nicolas Gauvreau, maître armurier et arquebusier de Québec, d'un emplacement et d'une petite maison sis en la Basse-Ville de Québec (Notaire Romain Becquet) . - 20 mars 1668
- 1 document(s) textuel(s)
Source du titre composé propre
Titre correspondant au contenu de la pièce
Autres formats
Pièce disponible sur support numérique et sur le microfilm M7/2.
Notes générales
Pièce provenant du Registre des titres de propriété des emplacements de la Ville de Québec, de la Ville des Trois-Rivières et des autres concessions relevant de la censive du Roi (vers 1722-1726), volume 2, f. 651-653. Pour consulter les pages du registre permettant de comprendre son contexte de création, sa valeur juridique et administrative, son contenu ou l'historique de sa conservation, voir la pièce E1,S4,SS1,PCC.
Termes rattachés
BASSE-VILLE (SECTEUR : QUEBEC, QUEBEC)
CENSIVE DU ROI (NOUVELLE-FRANCE)
*censuré*-DE-SAC, DU (RUE : QUEBEC, QUEBEC)
QUEBEC (VILLE : QUEBEC)


Bonne lecture!





jdelisle
Membre
 
Messages: 220
Inscrit le: 2007-05-21, 19:05

MARIAGE DE MICHEL AUBIN ET MARIE PRÉVOST

Messagepar jdelisle » 2011-01-08, 23:51

Pierre Montour a écrit:M. Jacques Delisle

Vous affirmez avoir consulté tous les registres de mariage à partir de Marie Manitabeouich jusqu’à vous, incluant celui de «leur fille Marie Prévost, mariée à Michel Aubin en 1670 à Ste-Famille, Ile d’Orléans».

Selon René Jetté et le PRDH. au moment ou Marie Prévost épouse Michel Aubin en 1670 à Ste-Famille, elle est veuve de Maurice Berthelot (p. 27).

Elle est décédée en 1700, à l’âge de 55 ans

Elle est la sœur de Pierre Prévost. (p. 93).

Elle est née en France ou elle a épousé Maurice Berthelot vers 1662
avant de se remarier à Michel Aubin en 1670 (p. 93).

Jetté et le PRDH sont toutefois muets sur l’identité des parents de Marie Prévost et de Maurice Berthelot. Qui plus est, la date précise de leur mariage est manquant. Par conséquent, l’origine de Marie Prévost, peut être questionnée.

Marie a une fille, Marie-Madeleine Berthelot, née en 1663, mariée à François Circé en 1680.

Selon un document émanant de l’Hôtel Dieu cité par Jetté, Marie a 50 ans en 1689 (p. 93), ce qui la fait naître vers 1639.

Sa fille Marie-Madeleine Berthelot épouse François Circé dit St-Michel en 1680. Le couple a 14 enfants, dont 2 naturels. Un de leur fils, Pierre, épouse la Sauvagesse Cécile Monimapita en 1700 à Kaskaskia.

Selon le PRDH et Jetté, le frère de Marie, Pierre Prévost, est également né en France. Ils ne donnent toutefois pas le nom de ses parents, ce qui est signe que la preuve de son origine par actes de bms est manquante et que son origine d’origine de nature spéculative peut elle aussi être questionnée.

Selon Jetté, Pierre Prévost est domestique des Ursulines en 1659 et domestique des Jésuites en 1690 et en 1707.

En 1678, il est père d’un enfant naturel, Pierre junior, né d'une union hors mariage avec Marie Buhot.

Enfin, toujours selon Jetté et le PRDH, Martin Prévost épouse Manitabeouich en 1644. Martin est né en 1610. Le couple a 8 enfants, quatre gars, quatre fille, dont deux filles prénommées Marie-Madeleine, l’une née en 1647 et décédée en 1648, et l’autre née en 1655 et décédée en 1662. Martin Prévost s’est remarié à Marie d’Abancourt et le couple est demeuré sans postérité.

M. Delisle, vous écrivez que Marie Prévost, mariée à Michel Aubin, est la fille de Martin Prévost et de Manitabeouich. Vous ajoutez avoir consulté un Registre précis à ce sujet. Pouvez-vous donner la référence précise de cette dernière allégation ?


LE MARIAGE DE MICHEL AUBIN ET MARIE PRÉVOST A ÉTÉ CÉLÉBRÉ LE 11 JUIN 1670 À STE-FAMILLE, ILE D'ORLÉANS PAR L'ABBÉ THOMAS MOREL. DONC EN VOICI LA RÉFÉRENCE: ORIGINAL DE L'ACTE DE MARIAGE DU COUPLE.

--VOICI CE QU'EN DIT DROUIN ( DICTIONNAIRE NATIONAL DES CANADIENS-FRANÇAIS, TOME I, PAGE 27)


LE MARIÉ: MICHEL AUBIN,
SON PÈRE ET SA MÈRE: JACQUES ET JACQUELINE CORNILLEAU DE TOUROUVRE, PERCHE

LA MARIÉE: MARIE PRÉVOST
SON PÈRE ET SA MÈRE: MARTIN ET M.-OLIVIER SILVESTRE (VOIR PRÉVOST, PAGE 1670)

ENDROIT ET DATE DE LEUR MARIAGE: STE-FAMILLE, 11 JUIN 1670.
-----------------------------------------------------------------------------------

--VOICI CE QU'EN DIT TANGUAY (DICTIONNAIRE GÉNÉALOGIQUE DES FAMILLES CANADIENNES, VOLUME I, PAGE 499)

1644, (3 novembre) Québec. (2)

I. - PREVOST, Martin, (2) b 1611, fils de Pierre et de Charlotte Vien, de Montreuil, sur-le-Bois-de-Vincenne; s 26 janv. 1691, à Batiscan. (8)

1e Manitouabewich, Marie-Olivier-Silvestre, s (2)
10 sept 1665.

Marie-Madeleine, b (2) 28 déc. 1647; 1e m...;
2e m 11 juin 1670, à Michel Aubin, à Ste.Famille.


Note (2): C'est le premier mariage d'un Français avec une femme sauvage.
-------------------------------------------------------------------------------------
DANS DICTIONNAIRE GÉNÉALOGIQUE DES FAMILLES CANADIENNES, TANGUAY, 2eVOLUME, PAGE 64:

1670, (11 juin) Ste-Famille, I.O.

I- AUBIN, Michel,
b 1638; s 19 avril 1688, à St-Pierre, I.O.
PROVOST, Marie (Martin)
s 6 déc. 1700

--Pierre, b 20 nov. 1670; m 17 nov. 1693, à Marie Paradis; s 4 juillet 1742.
--Joseph, b... m 1720, à Marie-Anne Michaud.
-------------------------------------------------------------------------------------
DANS COMPLÉMENT AU DICTIONNAIRE GÉNÉALOGIQUE TANGUAY ( JOSEPH-ARTHUR LEBOEUF) PREMIÈRE SÉRIE, PAGE 4

AUBIN, MICHEL ( Jacques et Jacqueline Cornilleau) de Tourouvre au Perche, France, m 11 juin 1670 Ste-Famille, I.O., à Marie Provost, veuve de Maurice Berthelot, page 64.
-------------------------------------------------------------------------------------

QUESTIONNEMENT CONCERNANT JETTÉ QUI EST MUET SUR LES NOMS DES PARENTS DE MARIE PRÉVOST ( PROVOST); CEPENDANT, TANGUAY ET DROUIN IDENTIFIENT CLAIREMENT LES PARENTS DE MARIE PRÉVOST ( PROVOST) QUI SONT MARTIN PRÉVOST (PROVOST) et MARIE MANITOUABEOUICH.

ENFIN JETTÉ ALLÈGUE LE NOMBRE DE 8 ENFANTS SEULEMENT POUR MARIE MANITOUABEOUICH & MARTIN PRÉVOST ALORS QUE LE DICTIONNAIRE BIBILIOGRAPHIQUE DU CANADA EN LIGNE ALLÈGUE AU MOINS 9 ENFANTS COMME TANGUAY.
QUI EST CE 9e ENFANT? AURAIT-IL OU AURAIT-ELLE ÉTÉ OUBLIÉE PAR JETTÉ????








jdelisle
Membre
 
Messages: 220
Inscrit le: 2007-05-21, 19:05

DICTIONNAIRE BIBLIOGRAPHIQUE DU CANADA EN LIGNE

Messagepar jdelisle » 2011-01-08, 23:55

jdelisle
Membre
 
Messages: 220
Inscrit le: 2007-05-21, 19:05

Re: ASCENDANCE AMÉRINDIENNE DE DÉMERISE GAGNÉ

Messagepar jdelisle » 2011-01-09, 00:45

Darquise G. a écrit:Bonjour M. Delisle,

Je ne vous connais pas personnel, je ne sais donc si vous êtes maniaco-dépressif, si tel est le cas, chose certaine il serait plus que profitable que vous cessez de crié après les gens, en état de crise si vous, vous sentez dépasser par les évènements il faudrait mieux vous abstenir d'écrire et attendre que ce moment désagréable passe, car nous ne méritons nullement ce comportement c'est vraiment agressant, depuis 2007 ici, vous avez obtenu des informations de qualité qui nécessite de nombreuses heures de recherches et ceci vous a été offert de bonne volonté et gratuitement. Jusqu'à présent ce fil de discutions ne possédait aucune méchanceté. D'écrire des messages en lettres gras et majuscule, signifie de la colère et des cris, ceci est l'une des premières chose que tout internaute apprend.

Jacques Delisle a écrit:
L'ASCENDANCE AMÉRINDIENNE DE DÉMERISE GAGNÉ EST CONFIRMÉE PAR LES REGISTRES DE MARIAGE DÛMENT RETRACÉS PAR L'ABBÉ ANGELBERT LACROIX, PRÊTRE CATHOLIQUE, PETIT-COUSIN DE LA FAMILLE AYANT LUI-AUSSI COMME ANCÊTRE DÉMERISE GAGNÉ.

Ceci est entièrement impossible.

DÉMERISE GAGNÉ A POUR ASCENDANCE MARTIN PRÉVOST MARIÉ À QUÉBEC LE 3 NOV. 1644 À MARIE OLIVIER MANITHABEHICH, FILLE DE ROCH MANITHABEHICH, SAUVAGE.

Ceci est complètement faux, j'ai maintenant terminer de remonter tout le triangle généalogique de Démerise Gagné, et Martin Prévost ne figure nullement parmi ses ancêtres, et ce a moins d'erreur de ma part, et si erreur il y a, elle serait au niveau du triangle d'Ambroise Gagné et de Marie Marotte, qui selon moi, la seule filiation possible serait Alexis Gagné dit Bellavance et Marie-Claire Marotte marié en 1771.

NOTE: D'APRÈS LE DOCUMENT "RELATIONS DES JÉSUITES, FRANCE EN L'ANNÉE 1637 page 13, LA MÈRE DE MARIE SE NOMME OUTCHIBAHABANOUKOUEOU.

Ceci est vrai, il y est aussi mentionné à la même seconde source, que Marie Olivier a un frère prénommé François qui est baptisé en 1637 et qui épouse en 1698 Geneviève Salois.

NOUS AVONS PU OBTENIR TOUS LES REGISTRES DE MARIAGE À PARTIR DE MARIE MANITHABEHICH JUSQU'À NOUS, MÊME CELUI DE MARIE PRÉVOST (fille de Martin Prévost & Marie Manithabehich) MARIÉE À MICHEL AUBIN DE TOUROUVRE, LE 11 JUIN 1670 , STE-FAMILLE, ÎLE D'ORLÉANS.

Comme mentionné plus haut, ceci est impossible, car ni Marie Prévost et ni Martin Prévost, qui ne sont pas relier, ne font parti de vos ancêtres dans le triangle de généalogie de Démerise Gagné. Et Marie Prévost n'est pas la fille de Martin Prévost.

NOTE: LE MARIAGE DE MICHEL AUBIN ET DE MARIE (Madeleine) PRÉVOST (ou Provost) EST ÉGALEMENT CONFIRMÉ PAR TANGUAY, VOLUME 1, page 499 et VOLUME 2, page 64 et ÉGALEMENT DANS DROUIN, TOME 1, page 27.

Dans un premier temps, aucun livre d'ouvrage généalogique ne confirme quoi que ce soit, et en second lieu il est vrai que ce couple figure dans le dictionnaire Tanguay, mais malheureusement avec des présomptions non fondé de la part de l'auteur.

--L'HISTORIEN YVAN DEBLOIS DANS SON DOCUMENT HISTORIQUE MENTIONNE QUE LE COUPLE JEAN-BAPTISTE TANGUAY ET MARIE-ROSE LANGLOIS SE SONT ÉTABLIS DANS LE VILLAGE ABÉNAKIS DE STE-CLAIRE DE BELLECHASSE VERS 1820. ILS SONT LES GRAND-PARENTS MATERNELS DE MARIE CÉSARIE ROY, MÈRE DE DÉMERISE GAGNÉ.

Ce qui n'en fait nullement des amérindiens.

DE PLUS, MARIE-ROSE LANGLOIS EST DESCENDANTE DE NOËL LANGLOIS & FRANÇOISE GRENIER-GARNIER.

Ce qui ne donne absolument pas de sang amérindien.

VOICI UN PETIT APERÇU DE QUELQUE LIGNÉE AMÉRINDIENNE DU CÔTÉ MATERNEL.

Il ni a absolument rien de généalogie amérindienne du côté de la généalogie de Démerise Gagné.

Malheureusement, comme mentionné dans un fil de discussion à ce même monsieur, il a toujours été de toute évidence pour moi, qu'à la base même le réel problème ne relève pas de la généalogie, c'est fort désolant et plus décevant, bref une perte de temps totale à répétition.





Pour ma part, parmi mes ascendances amérindiennes le couple de Martin Prévost et de Marie-Olivier Sylvestre Manethabehick, revient à trois reprises dans mon arbre généalogie personnel. C'est ainsi que j'ai hérité de la morphologie facial des anciens Algonquins et j'en ai été reconnu par les Amérindiens dont aujourd'hui ils sont anthropologues reconnus.

Le couple de Noël Langlois et Françoise Garnier, tous deux d'origine française, revient à plusieurs reprises dans mon arbre généalogique personnel, comme la majorité des québécois dit de souche et en aucun temps ce couple ne m'attribue d'origine amérindienne.


A+
Sylvie Gauthier (G.R.A.)




VOIR CITATION DE MADAME DARQUISE G. SUR LE SITE DE LA NATION AUTOCHTONE EN DATE DE 2011-01-03:


Auteur Message
Darquise G.
Membre


Inscrit le: 02 Juin 2007
Messages: 1902

Posté le: 2011-01-03, 19:34 Sujet du message: Concernant certaine sources format papier
Concernant certaines sources secondaires d'indices de
recherche généalogique au format papier

I.
Pour tous les glaneurs, débutants ou amateurs de généalogie, concernant certaines sources secondaires régulièrement mentionnées sur ce forum : Tanguay, Drouin, et Jetté, sachez que d'avoir en sa possession une photocopie d'une page de chacune d'elles ne constitue aucunement une preuve et que les notices qui s'y retrouvent ne doivent être considérées que comme indices de dépannage de départ à une recherche plus élaborée et jamais comme étant officielle. En d'autres mots, tout doit être colligé, vérifié avec les actes originaux consignés aux Archives Nationales (ou tout centre de recherches agréé).

II.
Aujourd'hui en 2011, le Tanguay ne peut plus être considéré, ni utilisé par les assidus dans le milieu, tout simplement à cause de ses nombreuses erreurs de présomption non fondées faites par l'auteur. Il faut comprendre que le Tanguay est le premier, donc le plus ancien ouvrage de compilation en généalogie, sa dernière édition date de 1875. Il a par le fait même énormément servi à la découverte par monsieur et madame tout le monde dans les années 60, époque où la généalogie a commencé à prendre un certain engouement pour les gens, et aussi à l'ouverture plus grande des archives.

Maintenant, tentez une seule petite seconde de remonter le temps et de vous replacer en 1875, avec le peu de possibilités et moyens techniques disponibles pour une telle compilation, et dites-moi que personne d'entre vous n'aurez fait d'erreur d'aucune sorte.

La raison pour laquelle Tanguay est encore aujourd'hui disponible gratuitement à tous par Internet sont :

1) les droits d'auteur sont périmés et ;

2) jusqu'à présent bien que plusieurs croient qu'il serait mieux de le mettre au rancard, il ne l'est pas simplement parce qu'il constitue en quelque sorte en un trésor de notre patrimoine canadien en étant le premier ouvrage colossal du genre dans le domaine, malgré ses nombreuses erreurs.

En archives là où je travaille, les volumes de Tanguay restent carrément sur les tablettes. Il y a plusieurs années que je ne vois plus personnes les utiliser. Pour moi personnellement, ils sont tout simplement désuets. Je possède des copies que j'avais téléchargées à l'époque où les Archives les avait offertes en ligne, et je pense sérieusement à les passer dans le déchiqueteur éventuellement. De plus, que je possède aussi une copie Cdrom obtenue avec un certain abonnement d'un certain site web. Je n'utilise jamais les Dictionnaire Tanguay pour les familles québécoises, mais seulement le volume du Clergé Canadien. Pour ce qui est du Drouin, publié beaucoup plus tard, c'est un peu la même chose, les auteurs ont aussi fait beaucoup de présomptions sans vérifications plus approfondies, mais il est aussi considéré comme faisant partie du patrimoine.

Précision concernant le Drouin : il n'est pas question ici de la grande série Hommes et Femmes, ou Répertoire des mariages en format de 8 par 14, mais bien du Drouin en trois volumes (partie généalogique et historique).

III.
Quant au PRDH, c'est la même chose que pour les précédents en ce qui concerne le format livre (papier), qui est toujours disponible en Archives lui aussi demeure sur les tablettes, je ne sais même plus où ils sont classés. Par contre, comparativement aux sources secondaires que sont les dictionnaires Tanguay et Drouin, le PRDH même en format papier (livre) est encore le plus performant et le plus fiable, malgré ses nombreuses erreurs de transcription. Cependant, il existe mieux encore, avec le PRDH complètement revu et corrigé régulièrement, offert en service payant sur le Web. En fait, cette version informatisée constitue la meilleur base de données généalogique que l'on peut retrouver dans tout le Web, aucune n'est plus fiable que celle-ci.

IV.
Il reste le Dictionnaire généalogique des familles du Québec de Jetté, qui lui contrairement aux deux autres, est considéré comme une source secondaire de qualité. L'auteur a bâti cet ouvrage en correction des précédents. Il n'a pas fait de présomptions, et si tel est le cas, elles y sont mentionnées sous forme de questionnement. Jetté a rapporté les faits comme il les a retracés, allant beaucoup plus loin dans ses recherches en y incluant des notices de sources notariales, etc. Par contre, il n'est pas gratuit, et bien que dispendieux, il en vaut le coût. Le Dictionnaire Jetté est encore par les droits d'auteur protéger. René Jetté est décédé à l'âge de 59 ans en 2003 d'un cancer. Grandement reconnu, il ne fait aucun doute que son départ fut une très grande perte pour le domaine de la généalogie. Dans le domaine, c'est lui qui nous a laissé l'œuvre la plus complète, colossale et évoluée de notre époque et ce, malgré les quelques erreurs qui peuvent s'y retrouver.

En résumé :
Jetté et le PRDH sont toujours de très bonne sources secondaires pour des indices de départ de recherche à approfondir.
Quant à Tanguay et Drouin, ils ne peuvent maintenant être classés qu'au troisième rang des sources de dépannage et bien sûr, des indices à colligé.

En terminant :
Répétons encore une fois qu'aucune photocopie de pages de livre quelconque, répertoires ou ouvrages généalogiques ne continuent en soit en une preuve pour les instances officielles reconnues. Seul le format microfilmé ou numérique d'actes de l'état civil ou notarial constituent une preuve officielle et rien d'autre. Et ce malgré les erreurs que ceux-ci peuvent contenir, erreurs qui doivent être corrigées, expliquées et détaillées avec l'ajouts d'autres actes officiels de l'état civil, notariés ou judiciaires.

Bonne recherche à tous !
-------------------------------------------------------------------------------------

Madame Darquise G.,

Merci pour vos précieuses informations. CEPENDANT SUR QUOI VOUS BASEZ-VOUS POUR ALLÉGUER LA NATIONALITÉ DE FRANÇOISE GRENIER GARNIER, CELLE DE MARIE PRÉVOST MARIÉE À MARTIN PRÉVOST ( PROVOST ) ET MÊME MARIE LANGLOIS MARIÉE À JEAN-BAPTISTE TANGUAY IMPLANTÉS AU VILLAGE ABÉNAKIS DE STE-CLAIRE DONT VOUS NE VOYEZ AUCUNE POSSIBILITÉ QUE L'UN DES DEUX OU LE COUPLE SOIT AMÉRINDIEN.

AVEZ-VOUS EN VOTRE POSSESSION LES ACTES ORIGINAUX DES REGISTRES DE BAPTÊME ( NAISSANCE ), MARIAGE ET SÉPULTURE DE CES PERSONNES?
COMME VOUS LE MENTIONNEZ SI BIEN SEULS CES ACTES ORIGINAUX DES REGISTRES ( BMS) CONSTITUENT UNE PREUVE OFFICIELLE ET RIEN D'AUTRE, MÊME PAS JETTÉ, TANGUAY OU DROUIN SELON VOTRE ÉCRIT.

Note: Je tiens cependant à vous remercier pour les informations objectives sur ce site de votre part. Je respecte vos opinions et je crois important également de respecter les opinions de chacun(e) d'entre nous. Accepter les différents points de vue permet un échange enrichissant pour tous les membres de ce site et celles et ceux qui nous lisent. Je vous souhaite une très bonne année.

De plus, je ne prétends pas détenir le monopole de la vérité et je tiens toujours à avoir une attitude de recherche objective en généalogie, ce qui n'est pas facile car les auteurs souvent diffèrent dans leurs points de vue, prétentions ou allégations. Je peux me tromper mais la généalogie ne m'apparaît pas une science exacte ou du moins relativement précise comme la physique, la chimie ou la biologie.
jdelisle
Membre
 
Messages: 220
Inscrit le: 2007-05-21, 19:05

MARIE OLIVIER MANITOUABEOUICH

Messagepar jdelisle » 2011-01-09, 01:00

SVP CLIQUER SUR LE LIEN SUIVANT: http://dralloc.chez.com/indienne.html

Hommage aux indiens du Canada

Souche indienne

Descendance en ligne directe de Marie Olivier Manitouabeouich (*)

Génération Époux
(épouse) Épouse
(époux) Lieu du mariage Date du mariage

1ière Marie Olivier Martin Prévost 1 Québec 3 novembre 1644

2ième Michel Aubin Marie Provost Ste-Famille Ile-d'Orléans 11 juin 1670

3ième Pierre Aubin Marie Paradis St-Pierre Ile-d'Orléans 17 novemb. 1693

4ième Pierre Aubin Marguerite Marcoux St-Pierre Ile-d'Orléans 12 novemb. 1730

5ième Louis Aubin Geneviève Noël St-Pierre Ile-d'Orléans 1767

6ième Louis Aubin Elisabeth Mirand St-Pierre Ile-d'Orléans 23 novemb. 1807

7ième Elisabeth Aubin Joseph Collard St-Pierre Ile-d'Orléans 11 août 1840

8ième Malvina Gauthier Louis Collard N.-Dame de Laterrière 13 février 1882

9ième Emma Harvey Joseph Collard2 St-Joseph- d'Alma 10 août 1921

10ième Agathe Gagné Jacques Collard St-Pie X Québec 26 juin 1965

11ième . Chantale Collard 3
. .
* Marie Olivier "Manitouabeouich" (Manitouabewick)( nom indien) a été la première indienne ( on disait sauvagesse) à épouser un français soit Martin Prévost.
Appelée aussi Sylvestre, éduquée chez les Ursulines de Québec, décédée à Québec le 10 septembre 1665.

1- Baptisé en France en 1611 à Montreuil sur-le- Bois-de-Vincenne, Ile-de-France. Décédé à Batiscan en Nouvelle-France le 26 janvier 1691.

2-Maire de St-Joseph-d'Alma de 1932 à 1944, industriel.

3-Enseignante (Claudia et Jacques Jr, frère et soeur de Chantale)


sources: Institut Généalogique Drouin.
jdelisle
Membre
 
Messages: 220
Inscrit le: 2007-05-21, 19:05

LES FAMILLES LANGLOIS ET TRAVERSY SE RENCONTRENT À ODANAK

Messagepar jdelisle » 2011-01-09, 01:29

LES FAMILLES LANGLOIS ET TRAVERSY SE RENCONTRENT À ODANAK POUR DES RETROUVAILLES.
SVP CLIQUER SUR LE LIEN SUIVANT; www.lecourriersud.com/Societe/Famille/2 ... a-Odanak/1

Les familles Langlois et Traversy se rencontrent à Odanak

Publié le 27 Juillet 2010

Le 28 août prochain, une centaine de Traversy et de Langlois, issus du même ancêtre, se rencontreront à Odanak pour une journée de rassemblement et de retrouvailles.

Sujets : Les Langlois d’Amérique , Conseil de bande , Musée , Canada , Abénakis , Beauport

En effet, l’association de famille Les Langlois d’Amérique tient son rassemblement annuel dans la région cette année et a choisi Odanak comme point de rencontre.

Elle souhaitait ainsi atteindre deux objectifs.
Tout d’abord, souligner le 350e anniversaire de présence Abénakise au Canada. Le Conseil de bande a justement prévu des festivités pour souligner cet événement.
Comme deuxième objectif, l’association de famille a voulu souligner la forte présence de la famille Traversy dans la région, précisant que les membres de cette famille sont tous issus de leur ancêtre commun, Noël Langlois par son mariage avec Françoise Garnier, en 1634.

La présence des Langlois dits Traversy à St-François-du-Lac remonte à 1721 alors que le petit-fils de Noël Langlois, Noël Langlois dit Traversy arrive de Beauport et épouse Françoise Niquet à St-François. Tous les Traversy de la grande région de Pierreville et Drummondville sont issus de ce mariage.

La rencontre se tiendra d’abord au Centre communautaire le matin puis se transportera au Musée l’après-midi. Sur place, les participants pourront «bruncher» le midi et souper avec les Abénakis le soir. Deux conférences sont prévues, l’une sur les Abénakis et l’autre, sur la famille Traversy. Une visite guidée du Musée suivra.

Il faut s’inscrire et acquitter les frais de 75$ pour la journée ou 55$ pour la demi-journée. On peut obtenir plus de renseignements ou un formulaire d’inscription en écrivant à l’organisateur de l’événement, Michel Langlois à michel_langlois@videotron.ca ou par téléphone à 450-359-0907. Afin de permettre à l’organisation de prévoir le nombre de convives, il faut s’inscrire avant le 14 août prochain.
jdelisle
Membre
 
Messages: 220
Inscrit le: 2007-05-21, 19:05

Re: ASCENDANCE AMÉRINDIENNE DE DÉMERISE GAGNÉ

Messagepar Saguingoira » 2011-01-09, 15:39

Jacques Delisle a écrit:Madame Darquise G.,

Merci pour vos précieuses informations. CEPENDANT SUR QUOI VOUS BASEZ-VOUS POUR ALLÉGUER LA NATIONALITÉ DE FRANÇOISE GRENIER GARNIER, CELLE DE MARIE PRÉVOST MARIÉE À MARTIN PRÉVOST ( PROVOST ) ET MÊME MARIE LANGLOIS MARIÉE À JEAN-BAPTISTE TANGUAY IMPLANTÉS AU VILLAGE ABÉNAKIS DE STE-CLAIRE DONT VOUS NE VOYEZ AUCUNE POSSIBILITÉ QUE L'UN DES DEUX OU LE COUPLE SOIT AMÉRINDIEN.

AVEZ-VOUS EN VOTRE POSSESSION LES ACTES ORIGINAUX DES REGISTRES DE BAPTÊME ( NAISSANCE ), MARIAGE ET SÉPULTURE DE CES PERSONNES?
COMME VOUS LE MENTIONNEZ SI BIEN SEULS CES ACTES ORIGINAUX DES REGISTRES ( BMS) CONSTITUENT UNE PREUVE OFFICIELLE ET RIEN D'AUTRE, MÊME PAS JETTÉ, TANGUAY OU DROUIN SELON VOTRE ÉCRIT.

Note: Je tiens cependant à vous remercier pour les informations objectives sur ce site de votre part. Je respecte vos opinions et je crois important également de respecter les opinions de chacun(e) d'entre nous. Accepter les différents points de vue permet un échange enrichissant pour tous les membres de ce site et celles et ceux qui nous lisent. Je vous souhaite une très bonne année.

De plus, je ne prétends pas détenir le monopole de la vérité et je tiens toujours à avoir une attitude de recherche objective en généalogie, ce qui n'est pas facile car les auteurs souvent diffèrent dans leurs points de vue, prétentions ou allégations. Je peux me tromper mais la généalogie ne m'apparaît pas une science exacte ou du moins relativement précise comme la physique, la chimie ou la biologie.


Monsieur Delisle, vous courrez après le trouble.

Question d'opinion, je crois sincèrement que n'importe qui à votre place, aurait prit le temps de se relire avant d'en remettre. Je ne prétend pas non plus détenir la vérité absolu, mais il a quand même une différence entre un fait vérifiable et de jouer au sceptique incrédible et sans expérience que pour faire suer le peuple.

La généalogie n'est pas une question d'opinion, mais de faits.
La généalogie est une science exacte en sa filiation, c'est l'histoire qui n'est qu'interprétation parsemer de prétention et allégation.

Votre tactique abusive pour obtenir gratuitement des informations de première source, acte et ou leur transcription, ne fonctionne pas avec moi.

Pas plus de votre façon de détourner vos incrédibilité informations largement prouvé sur ce forum. Vous n'avez aucune connaissance des sources et vous ne faite pas la différence entre une notice de document et une preuve de première source. Et comme bien d'autres sur ce forum, vous omettez volontairement des informations qui ne font pas votre affaire.

Concernant les actes de baptêmes de Françoise Garner et Marie Prévost, payer vous un voyage en France et aller fouillé les archives et revenez nous avec les résultats.
Vous pouvez aussi les faires exhumés et demander un teste d'ADN, à savoir si elles étaient bien amérindiennes. Et vous avez aussi la possibilité d'écrire ou téléphoné
à M. Michel Langlois : michel_langlois@videotron.ca ou par téléphone à 450-359-0907


Il ne suffit pas d'écrire que notices de secondes sources et du glanage internet, mais bien de se procurer les documents d'archives et de les lire.

Vous avez affirmez volontairement et faussement descendre de Matin Prévost et son épouse amérindienne, par Démerise Gagné.

Vous avez aussi faussement affirmez descendre de Marie Prévost épouse de Maurice Berthelot et de Michel Aubin, par Démerise Gagné.

Vous avez toute aussi affirmer faussement et ce qu'a glaner dans des secondes sources et internet, que Marie Prévost était la fille de Martin Prévost.

Vous avez aussi affirmez faussement de détenir entièrement toutes les preuves d'actes de votre arbre généalogique. Vraiment désolé, monsieur, mais je crois qu'avant d'arrivé ici comme bien d'autres de vos semblables vous n'aviez jamais vu et ni obtenu un acte officiel.

Et maintenant, et de façon tout aussi erroné et incrédible, vous tenter de vous mesuré à moi en tant que généalogiste, en nous présentant que des saletés de fraude généalogique et glanage internet en pleine figure. Laissez moi vous dire monsieur, que dans votre cas bien précis, vous avez plus que du rattrapage à faire. Pour la troisièmes fois sur ce forum, il a toujours été évident pour moi qu'à la base votre réel problème ne concerne nullement la généalogie.

On ne choisi pas nos ancêtres, on ne s'inventent pas une généalogie, et on ne s'invente pas une histoire. La falsification de document et fraude généalogique à inventer des amérindiens est très répandu parmi vos semblables.


La suite dans le prochain message :arrow:
Saguingoira
Membre
 
Messages: 1760
Inscrit le: 2007-06-02, 23:27

Messagepar Saguingoira » 2011-01-09, 15:54

Monsieur,

Contrairement à vos affirmations vous concernant, mon arbre généalogique personnel est véritablement colligé et annoter de premières sources d'archives. Il y a longtemps que j'ai compris que plusieurs membres de ce forum on besoin de dessins, malheureusement ce site n'est pas pourvu de cette option.

Donc, Ok monsieur Delisle, maintenant je vais joué votre jeu, vous en conviendrez tout comme moi, que lorsqu'un accouchement se déroule normalement, c'est la tête du bébé qui se présente en premier. Par conséquence, en terminant Monsieur Jacques Delisle glaneur, bien que je n'attend pas de réponse crédible de votre part, S.V.P. à l'aide du tableau qui suit, des affirmations erronées de vos semblables, tentez de nous expliquer pourquoi je n'es pas reçu la carte du statu d'indienne d'estamper dans le front dès ma naissance ?

Selon les spéculations erronées des fraudeurs généalogique qui par des omissions volontaires d'informations et par des documents falsifié affirment et diffusent abondamment que les personnes ici-bas sont tous de provenance Amérindiennes :

Antoine Bourg, revient à quatre reprises dans mon arbre personnel :
Il est 1 fois mon 9e arrière grand-père
Il est 3 fois mon 10e arrière grand-père

Germain Doucet, revient à sept reprises dans mon arbre personnel ;
Il est 1 fois mon 10e arrière grand-père
Il est 5 fois mon 11e arrière grand-père
Il est 1 fois mon 12e arrière grand-père

Françoise Garnier, revient à douze reprises dans mon arbre personnel ;
Elle est 1 fois ma 8e arrière grand-mère
Elle est 1 fois ma 9e arrière grand-mère
Elle est 5 fois ma 10e arrière grand-mère
Elle est 5 fois ma 11e arrière grand-mère

Marie Godard, revient une fois dans mon arbre personnel ;
Elle est 1 fois ma 9e arrière grand-mère

Charles Gotreau, revient une fois dans mon arbre personnel :
Il est 1 fois mon 9e arrière grand-père

Jean-Claude Landry, revient à huit reprises dans mon arbre personnel ;
Il est 1 fois mon 10e arrière grand-père
Il est 7 fois mon 11e arrière grand-père

Radegonde Lambert, revient à cinq reprises dans mon arbre personnel ;
Elle est 1 fois ma 9e arrière grand-mère
Elle est 3 fois ma 10e arrière grand-mère
Elle est 1 fois ma 11e arrière grand-mère

Edmée Lejeune, revient à quatre reprises dans mon arbre personnel ;
Elle est 1 fois ma 9e arrière grand-mère
Elle est 2 fois ma 10e arrière grand-mère
Elle est 1 fois ma 11e arrière grand-mère

Jeanne Oneau, revient une fois dans mon arbre personnel ;
Elle est 1 fois ma 10e arrière grand-mère

Catherine Pillard, revient à cinq reprises dans mon arbre personnel :
Elle est 4 fois ma 9e arrière grand-mère
Elle est 1 fois ma 10e arrière grand-mère

Marie Prévost épouse de Maurice Berthelot, revient une fois dans mon arbre personnel ;
Elle est 1 fois ma 9e arrière grand-mère

Étienne Robichaud, revient une fois dans mon arbre personnel :
Il est 1 fois mon 10e arrière grand-père

Françoise Toureault, revient à onze reprises dans mon arbre personnel ;
Elle est 5 fois ma 10e arrière grand-mère
Elle est 6 fois ma 11e arrière grand-mère

Uniquement en spéculation erronées de vos semblables, si j'ai bien calculé,
ceci m'attribue 61 lignées d'ascendances présumés amérindiennes.

Pour votre information personnel, voici l'image de ce que représente un tableau généalogique sur dix générations.

Image

Uploaded with ImageShack.us
Saguingoira
Membre
 
Messages: 1760
Inscrit le: 2007-06-02, 23:27

Re: MARIE OLIVIER MANITOUABEOUICH

Messagepar jdelisle » 2011-01-18, 23:12

Jacques Delisle a écrit:SVP CLIQUER SUR LE LIEN SUIVANT: http://dralloc.chez.com/indienne.html

Hommage aux indiens du Canada

Souche indienne

Descendance en ligne directe de Marie Olivier Manitouabeouich (*)

Génération Époux
(épouse) Épouse
(époux) Lieu du mariage Date du mariage

1ière Marie Olivier Martin Prévost 1 Québec 3 novembre 1644

2ième Michel Aubin Marie Provost Ste-Famille Ile-d'Orléans 11 juin 1670

3ième Pierre Aubin Marie Paradis St-Pierre Ile-d'Orléans 17 novemb. 1693

4ième Pierre Aubin Marguerite Marcoux St-Pierre Ile-d'Orléans 12 novemb. 1730

5ième Louis Aubin Geneviève Noël St-Pierre Ile-d'Orléans 1767

6ième Louis Aubin Elisabeth Mirand St-Pierre Ile-d'Orléans 23 novemb. 1807

7ième Elisabeth Aubin Joseph Collard St-Pierre Ile-d'Orléans 11 août 1840

8ième Malvina Gauthier Louis Collard N.-Dame de Laterrière 13 février 1882

9ième Emma Harvey Joseph Collard2 St-Joseph- d'Alma 10 août 1921

10ième Agathe Gagné Jacques Collard St-Pie X Québec 26 juin 1965

11ième . Chantale Collard 3
. .
* Marie Olivier "Manitouabeouich" (Manitouabewick)( nom indien) a été la première indienne ( on disait sauvagesse) à épouser un français soit Martin Prévost.
Appelée aussi Sylvestre, éduquée chez les Ursulines de Québec, décédée à Québec le 10 septembre 1665.

1- Baptisé en France en 1611 à Montreuil sur-le- Bois-de-Vincenne, Ile-de-France. Décédé à Batiscan en Nouvelle-France le 26 janvier 1691.

2-Maire de St-Joseph-d'Alma de 1932 à 1944, industriel.

3-Enseignante (Claudia et Jacques Jr, frère et soeur de Chantale)


sources: Institut Généalogique Drouin.



SVP CLIQUER SUR LE LIEN SUIVANT : http://membres.multimania.fr/dralloc/indienne.html

MERCI.
jdelisle
Membre
 
Messages: 220
Inscrit le: 2007-05-21, 19:05

Messagepar Saguingoira » 2011-01-19, 00:14

Monsieur Delisle,

Ce n'est pas parce que vous trouvez un texte sur le net, que c'est un bon texte. Ce texte ne contient aucune première source.
Ces gens sont comme vous, ils disent et écrivent n'importe quoi.

De plus, Marie Prévost et son deuxième époux Michel Aubin, ne sont même pas les ancêtres de Démerise Gagné. Et cette Marie Prévost n'est pas la fille de Martin Prévost.

Si on écrit sur un site internet que vous devez vous jeter en bas d'un pont, allez vous le faire ?


-
Saguingoira
Membre
 
Messages: 1760
Inscrit le: 2007-06-02, 23:27

PrécédentSuivant

Retour vers Je veux retracer ma famille

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron